A la Une

Huawei n’est pas ZTE et va contrer l’interdiction des Etats-Unis d’Amérique avec sa propre technologie: le PDG

Le fondateur et PDG de Huawei, Ren Zhengfei, tient une interview au siège de la société chinoise à Shenzhen. (Photo par Takashi Kawakami)

Ren Zhengfei dit que sa fille Meng Wanzhou ne sera pas son successeur

SHENZHEN – La société chinoise Huawei Technologies se défendra en produisant ses propres composants de haute technologie au cas où les Etats-Unis d’Amérique interdiraient au plus grand équipementier de télécommunications au monde d’accéder à la technologie américaine, a déclaré vendredi son fondateur et PDG Ren Zhengfei dans un entretien rare avec les médias japonais.

Si Washington intensifie sa répression contre la société de la sorte, « nous allons fabriquer des produits alternatifs nous-mêmes. Ce n’est pas gans l’intérêt des États-Unis d’Amérique », a déclaré Ren aux journalistes dans les bureaux de la société à Shenzhen, dans le sud de la Chine.

Ren répondait à la question de Nikkei sur une proposition du législateur du Congrès visant à limiter la vente de puces et de pièces des Etats-Unis d’Amérique aux sociétés chinoises, notamment Huawei et son autre fabricant d’équipements de télécommunication, ZTE, qui violent les sanctions des Etats-Unis d’Amérique ou les lois régissant le contrôle des exportations.

« Huawei ne ressemblerait pas à l’affaire ZTE », a déclaré Ren. Une interdiction technologique des Etats-Unis d’Amérique comme celle imposée à ZTE aurait des conséquences sur Huawei, mais « l’impact ne serait pas très important », a-t-il ajouté.

Huawei investit des milliards de dollars dans la recherche et le développement en développant sa division interne de puces HiSilicon Technologies afin de réduire sa dépendance vis-à-vis de fournisseurs étrangers, notamment les fabricants états-uniens de puces Intel, Nvidia et Qualcomm. Plus tôt cette année, la société a annoncé un ensemble de puces destiné à concurrencer les produits Intel pour les serveurs de centre de données.

En avril 2018, ZTE a subi une interdiction paralysante d’utiliser une technologie états-unienne liée à des violations des sanctions iraniennes. Les États-Unis d’Amérique ont levé l’interdiction en juillet.

Ren a dit qu’il était « très surpris » par l’arrestation au Canada de sa fille, Maw Wanzhou, chef des finances de Huawei, soupçonnée de traiter avec l’Iran. Il s’est abstenu de commenter davantage en citant que l’enquête était en cours.

Il a déclaré pour la première fois que sa fille ne lui succéderait pas à la tête de la société. Meng, qui a été arrêté le mois dernier au Canada pour des accusations liées à des sanctions états-uniennes contre l’Iran, a été considéré comme un futur chef du groupe de technologie chinois.

« Mon successeur ne sera certainement pas Meng Wanzhou », a déclaré Ren. « Meng Wanzhou a du talent en gestion et en communication, alors que mon successeur devrait être issu d’un contexte technique, devrait avoir une connaissance approfondie du marché, devrait être doté d’une pensée stratégique et devrait avoir une connaissance de la sociologie et de la philosophie. »

« Mon successeur ne sera pas une personne, mais un groupe de personnes », a-t-il ajouté.

Lorsqu’on lui a demandé si Huawei serait en mesure de s’opposer à une demande du gouvernement chinois ou du Parti communiste chinois de communiquer des informations sensibles sur ses clients, Ren a déclaré qu’il donnerait la priorité à leurs clients.

« Au cours des 30 dernières années, nous n’avons jamais eu de problème de sécurité », a-t-il déclaré. « Si on nous demandait de soumettre des données d’une manière préjudiciable à nos clients, nous refuserions », a souligné Ren.

Ren, âgé de 74 ans, connu pour sa solitude au cours des trois dernières décennies, a rompu des années de silence et a tenu une série de conférences de presse pour les médias étrangers et locaux au siège de Huawei, du lundi au vendredi, une offensive de charme destinée à bâtir des alliés ailleurs à travers les médias mondiaux.

Ren, ancien ingénieur de l’Armée de libération du peuple et membre actuel du Parti communiste, a fondé Huawei avec 3000 $ à Shenzhen en 1987. La société est passée d’une société de négoce d’appareils de télécommunication obscure au premier fournisseur mondial d’équipements de télécommunication et au deuxième plus grand smartphone vendeur. Il a généré plus de 100 milliards de dollars en 2018.

Mais Huawei doit faire face à une pression croissante de nombreux pays. Son activité d’équipements de télécommunications, notamment le déploiement de sa technologie 5G, a perdu de nombreux fournisseurs de services sans fil clés au cours des derniers mois, notamment le groupe britannique BT et le groupe français Orange. Les États-Unis d’Amérique, l’Australie et la Nouvelle-Zélande interdisent l’utilisation de la technologie de réseau de la société chinoise.

Le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique enquête actuellement sur Huawei à la suite d’allégations selon lesquelles la société aurait volé des secrets commerciaux au fournisseur américain de services de téléphonie mobile, T-Mobile, a rapporté le Wall Street Journal. Au Royaume-Uni, l’Université d’Oxford a annoncé jeudi qu’elle cesserait d’accepter des dons ou des fonds de recherche de la part de Huawei, en raison des préoccupations croissantes suscitées par le risque de la société chinoise pour la sécurité nationale.

Le fondateur de Huawei a déclaré que la société pourrait maintenir sa croissance en 2019. « Mais l’élan de croissance ne sera pas aussi élevé que 20% », a déclaré Ren, citant le chiffre atteint en 2018.

Le fondateur a déclaré que sa société avait acheté pour 6,6 milliards de dollars de composants et de pièces détachées à des sociétés japonaises en 2018. Il a estimé que les achats totaux de Huawei entre 2019 et 2023 devraient dépasser les 50 milliards de dollars.

TAKASHI KAWAKAM

Lauly Li et Cheng Ting-Fang à Taipei ont contribué à ce rapport.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Nikkei ASIAN REVIEW

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :