A la Une

Renault enregistre des ventes record, le successeur de Ghosn recherché

Renault a vendu un nombre record de 3 884 295 véhicules en 2018 Photo: Fichier / AFP

PARIS – Le constructeur français Renault a dévoilé vendredi des ventes record de près de 3,9 millions de véhicules l’an dernier, alors qu’il s’apprête à tourner la page sur l’ère du chef de la direction, Carlos Ghosn, qui reste derrière les barreaux de Tokyo pour des accusations de fraude.

La société a déclaré que ses ventes en 2018 avaient augmenté de 3,2% par rapport à l’année précédente, devançant ainsi son rival français PSA, dont les marques incluent Peugeot, Citroën et Opel.

Les ventes ont augmenté en raison de la demande des modèles à bas prix de Renault, y compris deux véhicules utilitaires légers construits dans le cadre d’une entreprise commune avec la société chinoise Brilliance, qui ont compensé l’effet de son retrait de l’Iran en raison de nouvelles sanctions états-uniennes et du marasme du marché turc.

Les marques Dacia et Lada de Renault ont également continué à enregistrer de bonnes ventes, enregistrant des augmentations respectives de 7% et 19%.

Et les ventes de véhicules électriques ont bondi de 37%, menées par Zoe, même si elles représentaient encore un peu moins de 50 000 voitures vendues l’année dernière.

Renault a indiqué qu’il visait une « légère » croissance des ventes « avec une accélération au second semestre » grâce au lancement de nouveaux modèles, dont une version mise à jour de son produit phare, Clio compact.

L’année dernière, le groupe a enregistré une sixième année consécutive de hausse des ventes, ce qui s’inscrit dans le cadre d’une alliance puissante entre les deux sociétés japonaises Nissan et Mitsubishi, dirigée par Ghosn avant son arrestation à Tokyo en novembre, pour inconduite financière.

Quelques jours après sa mise en détention, il a été limogé des fonctions de président de Nissan et de Mitsubishi, mais Renault l’a gardé au poste de directeur général en attendant de savoir comment l’affaire se déroulerait.

Mais ses jours en tant que patron de Renault apparaissent comptés.

Dans un communiqué publié jeudi, le constructeur automobile a déclaré que ses organes directeurs travaillaient désormais « activement pour trouver la meilleure solution pour la future gouvernance du groupe ».

Le gouvernement français, qui détient 15% de l’ancien constructeur automobile et près de 22% des droits de vote, a convoqué une réunion du conseil d’administration pour choisir le successeur de Ghosn.

La déclaration de Renault intervient quelques heures après qu’un tribunal de Tokyo ait annulé jeudi l’appel de l’homme de 64 ans en faveur d’une mise en liberté sous caution, le plaçant en prison pour trois chefs d’inculpation financière.

L’ancien titan de l’industrie automobile qui a sauvé Nissan de la faillite est accusé de sous-déclaration de millions de dollars de revenus à la tête de la firme japonaise.

Ghosn fait également face à une vague d’autres allégations concernant des paiements suspects, notamment une affirmation vendredi de Nissan selon laquelle il aurait reçu près de huit millions d’euros de « paiements indus » d’une entreprise commune basée aux Pays-Bas.

« Nissan considère que les paiements reçus de NMBV par Ghosn sont le résultat d’une faute et envisage des mesures pour recouvrer la totalité de sa somme », a déclaré le cabinet.

Le principal directeur indépendant de Renault, Philippe Lagayette, a déclaré vendredi au quotidien français Le Figaro, dans une interview publiée jeudi: « L’absence du directeur exécutif étant susceptible de durer, nous sommes maintenant obligés de prendre des mesures durables ».

Renault avait déjà nommé Thierry Bollore, dirigeant de longue date, l’un des nombreux noms qui auraient circulé comme successeur éventuel, en tant que Directeur général adjoint après l’arrestation de Ghosn.

Si Ghosn est expulsé comme prévu, les médias français ont annoncé que le directeur général de Michelin, Jean-Dominique Senard, dont le mandat expirait en mai, pourrait être nommé président du conseil d’administration.

« Jean-Dominique Senard est certainement un leader très qualifié. Mais nous ferons les choses dans le bon ordre et quand nous serons prêts », a déclaré Lagayette.

« Nous ne sommes pas en conflit avec Carlos Ghosn », a-t-il ajouté, bien que le conseil d’administration n’ait pas été en mesure de lui parler directement au sujet des charges retenues contre lui depuis son arrestation.

Renault n’a pas annoncé la date de la réunion du conseil d’administration pour discuter du remplacement de Ghosn.

Clare Byrne et Joseph Schmid

© 2019 AFP

Traduction: MIRASTNEWS

Source : Japan Today

Renault enregistre des ventes record, le successeur de Ghosn recherché

PARIS – Le constructeur automobile français Renault a annoncé vendredi la vente record de près de 3,9 millions de véhicules vendredi, alors qu’il s’apprête à tourner la page de l’ère du chef de la direction, Carlos Ghosn, qui reste sous les verrous à Tokyo pour fraude.

La société a déclaré que ses ventes en 2018 avaient augmenté de 3,2% par rapport à l’année précédente, devançant ainsi son rival français PSA, dont les marques incluent Peugeot, Citroën et Opel.

Les ventes ont été stimulées par la demande des modèles à faible coût de Renault, y compris deux véhicules utilitaires légers fabriqués dans le cadre d’une entreprise commune avec la société chinoise Brilliance, qui ont compensé l’effet de son retrait de l’Iran en raison de nouvelles sanctions états-uniennes et du marasme du marché turc.

Les marques Renault, Dacia et Lada, ont également continué à enregistrer de bonnes ventes, enregistrant des augmentations respectives de 7% et 19%.

Et les ventes de véhicules électriques ont bondi de 37%, menées par Zoe, même si elles représentaient encore un peu moins de 50 000 voitures vendues l’année dernière.

Renault a indiqué qu’il visait une «légère» croissance des ventes «avec une accélération au second semestre» grâce au lancement de nouveaux modèles, dont une version mise à jour de son produit phare, Clio compact.

L’année dernière, le groupe a enregistré une sixième année consécutive de hausse des ventes, ce qui fait partie d’une alliance puissante entre le Japonais Nissan et Mitsubishi, dirigée par Ghosn avant son arrestation à Tokyo en novembre, pour inconduite financière.

Quelques jours après sa mise en détention, il a été limogé des fonctions de président de Nissan et de Mitsubishi, mais Renault l’a gardé au poste de directeur général en attendant de savoir comment l’affaire se déroulerait.

Mais ses jours en tant que patron de Renault apparaissent comptés.

Dans un communiqué publié jeudi, le constructeur automobile a déclaré que ses organes dirigeants travaillaient désormais « activement pour trouver la meilleure solution pour la future gouvernance du groupe ».

Le gouvernement français, qui détient 15% de l’ancien constructeur automobile et près de 22% des droits de vote, a convoqué un conseil d’administration pour désigner le successeur de Ghosn.

AFP-Jiji

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The Japan News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :