A la Une

La demande de mise en liberté sous caution de Ghosn rejetée, sa femme éreinte le traitement

Pour le titan de l’industrie, Carlos Ghosn, être sorti du piège est un défi insurmontable. Interné dans une prison de Tokyo depuis son arrestation le 19 novembre, le président-directeur général de Renault et ancien président de Nissan a vu ses demandes de mise en liberté sous caution tomber aux oreilles de sourds.

Mardi, un juge de Tokyo a rejeté son dernier appel, alors que Ghosn avait presque tout offert en retour.

Pour Ghosn et ses avocats, il s’agissait du deuxième appel rejeté en l’espace d’une semaine. Pour obtenir sa libération, Ghosn a proposé de porter un bracelet électronique à la cheville, d’augmenter son montant de la caution, de donner en garantie ses actions de Nissan et de remettre ses passeports, mais cela ne suffisait pas pour satisfaire les autorités en place.

Maintenant, il semble que Ghosn pourrait résider dans sa cellule spartiate de Tokyo jusqu’en mars.

Dans une déclaration citée par CNBC, Ghosn a écrit: «Je tiens à souligner que je résiderai au Japon et que je respecterai toutes les conditions de mise en liberté sous caution jugées nécessaires par la Cour. J’assisterai à mon procès non seulement parce que je suis légalement tenu de le faire, mais aussi parce que je suis impatient de pouvoir enfin me défendre. Je ne suis pas coupable des charges qui pèsent contre moi et je suis impatient de défendre ma réputation dans la salle d’audience ; rien n’est plus important pour moi ou pour ma famille.

Dans l’attente de son procès et des accusations de divulgation de renseignements financiers et d’abus de confiance, Ghosn n’est pas autorisé à entrer en contact direct avec sa famille. Seuls les représentants de l’ambassade, les avocats et les procureurs peuvent se rendre. Comme pour les appels antérieurs, l’inquiétude était que Ghosn puisse altérer les preuves dans l’enquête en cours.

Les conditions de détention au Japon n’engagent personne à faire l’objet d’un traitement spécial, et l’exécutif a semblé maigre lors d’une audience devant un tribunal plus tôt ce mois-ci. Comme le rapporte le Japan Times, les suspects qui plaident l’innocence, comme l’a fait Ghosn, font face à ce que l’on appelle une «justice en otage».

En réponse aux conditions de détention de Ghosn, son épouse, Carole Ghosn, a récemment fait appel à Human Rights Watch, invoquant un traitement injuste.

«Pendant des heures chaque jour, les procureurs l’interrogent, le harcèlent, le sermonnent et le réprimandent, en dehors de ses avocats, dans le but d’obtenir des aveux. Aucun être humain ne devrait être détenu dans des conditions si dures que son seul objectif plausible est de contraindre un aveu à confession», a-t-elle déclaré.

Steph Willems

[Image: Nissan]

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : TTAC

1 Comment on La demande de mise en liberté sous caution de Ghosn rejetée, sa femme éreinte le traitement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :