A la Une

Integrity Initiative élimine le site Web en attendant une enquête sur le «vol» de données perturbées qui ont fui

© Integrity Initiative

Integrity Initiative, financée par l’État britannique et exposée l’année dernière pour avoir mené des campagnes d’influence politique à l’échelle européenne dans des fichiers divulgués, a supprimé tout le contenu de son site Web «dans l’attente d’une enquête» sur le «vol» de données.

Un groupe revendiquant l’association avec le collectif de hacktivistes anonymes Anonymous remet en ligne des documents privés d’Integrity Initiative en plusieurs lots depuis novembre. Les fuites ont révélé que l’organisation basée en Écosse, financée par le gouvernement, qui se présente comme une organisation caritative anti-désinformation non partisane, utilisait en fait des « grappes » de journalistes, de politiciens et d’universitaires pour mener des campagnes secrètes anti-russes dans la politique intérieure à travers l’Europe et dénigre tous ceux qui en contestent les récits

Craig Murray

@CraigMurrayOrg

The realisation has only really just struck me hard that the people who have been most vocal in making totally false claims that I am in any way paid by Russia, were themselves being secretly paid to make those claims by my former employer, the FCO, via the Integrity Initiative.

Dans une initiative surprise lundi, l’Integrity Initiative a annoncé sur Twitter qu’elle avait «temporairement supprimé» tout le contenu de son site «dans l’attente d’une enquête sur le vol de données» de l’Institute of Statecraft, la société mère basée à Londres.

Integrity Initiative @InitIntegrity

We’ve temporarily removed all content from our website, pending an investigation into the theft of data from the Institute for Statecraft and the Integrity Initiative. The website will be relaunched shortly. https://bit.ly/2sES9wM 

Dans un communiqué publié sur son site Web, à présent essentiellement dépouillé, le II a affirmé que les fuites faisaient « partie d’une campagne visant à saper le travail » d’Initiative qui impliquait « rechercher, faire connaître et contrer la menace » que l’Europe affronte sous la forme de «désinformation» et de «guerre hybride» – ironiquement, exactement ce que l’organisation louche elle-même était accusée d’avoir engagée avec son gros chèque de paie du gouvernement.

La question reste ouverte de savoir si, dans le but de sauver la face, le groupe accuserait la Russie d’être à l’origine des fuites et même de falsifier les documents. Bien que la déclaration admette que certaines des fuites étaient «authentiques», elle prétendait que d’autres étaient «falsifiées» – mais ne fournissait aucune preuve à l’appui de cette affirmation. Il est toutefois évident que la Russie a été la principale cible d’Initiative au cours de ses travaux douteux.

Faites-le à la manière de la CIA: Ce que vous devez savoir sur la dernière fuite sur psyop financé par le Royaume-Uni

Le site Web sera « bientôt relancé » et « l’analyse » du piratage et sa « signification » seront publiées prochainement, indique le communiqué. Cependant, il ne semble pas que beaucoup attendent cette analyse avec impatience.

Peut-être décourageant pour Integrity Initiative, peu de gens semblaient contrariés de voir leur contenu disparaître. La plupart des réponses à l’annonce sur Twitter sont de type trolling, accusant l’organisation d’être simplement prise en flagrant délit et d’essayer de faire le ménage.

kimi @kimi70749094

Please relaunch soon, how could we live without you?

Malinka🔸Tanya P @Malinka1102

cleaning up their entire site

Trying to erase your malign stuff?

Integrity Initiative @InitIntegrity

We’ve temporarily removed all content from our website, pending an investigation into the theft of data from the Institute for Statecraft and the Integrity Initiative. The website will be relaunched shortly. https://bit.ly/2sES9wM 

Après la deuxième fuite, le quotidien écossais The Daily Record a écrit que les révélations – y compris le fait que l’organisation financée par le gouvernement avait également mené une campagne de diffamation contre Jeremy Corbyn – étaient «l’un des plus grands scandales politiques de l’année».

Anna Geraldo @AnnaG1968_

Basically you’ve been outed for what you are and this facile attempt to conceal the truth will not work.

Sam @SamB_wanderer

Ouch! Maybe you should stop smearing Jeremy Corbyn then.

Le scandale n’a cependant guère été couvert par les principaux médias britanniques. Le député travailliste Chris Williamson a déclaré à RT plus tôt ce mois-ci que le manque d’intérêt pouvait être lié au fait que des journalistes de haut niveau étaient eux-mêmes impliqués dans l’opération louche.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :