A la Une

Renault convoque son conseil d’administration pour tourner la page de l’ère Carlos Ghosn

Le président de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, s’exprime lors d’une conférence de presse tenue à Auto China 2016 à Pékin en 2016. Un tribunal de Tokyo a rejeté mardi la dernière demande de mise en liberté sous caution de Ghosn, déposée plus de deux mois après son arrestation, prolongeant une détention qui a soumis le système judiciaire japonais au contrôle international. | AP

PARIS – Renault a convoqué une réunion du conseil d’administration pour remplacer le président-directeur général Carlos Ghosn, ce qui pourrait permettre d’atténuer les tensions avec son partenaire de l’alliance Nissan après l’arrestation de Ghosn au Japon pour inconduite financière présumée.

Le conseil d’administration, qui se réunira jeudi matin, examinera la proposition de nomination de Jean-Dominique Senard, président sortant de Michelin, à la présidence et la promotion de Thierry Bollore, adjoint de Ghosn, au poste de directeur général, selon trois sources.

Renault a confirmé qu’une réunion du conseil d’administration d’urgence était prévue pour jeudi, mais un porte-parole n’a pas répondu aux questions concernant son ordre du jour ou le remplacement de Ghosn.

Cette décision, prise deux mois après l’arrestation et la destitution rapide de Ghosn le 19 novembre, a tourné la page des deux dernières décennies à la tête du partenariat qu’il a transformé en un géant mondial de l’industrie automobile suite à l’acquisition par Renault de Nissan proche de la faillite en 1999.

Ghosn a été accusé d’avoir omis de divulguer entre 2010 et 2018 plus de 9 milliards de yens d’indemnité supplémentaire versée par Nissan et qu’il avait prévu de la payer ultérieurement. Le directeur de Nissan, Greg Kelly, et la société elle-même ont également été mis en accusation.

Les deux hommes nient que les accords de rémunération différée étaient illégaux ou que la divulgation était requise. Ghosn a également nié une accusation distincte d’abus de confiance concernant des pertes liées à des placements personnels qu’il a temporairement transférés à Nissan en 2008. Nissan a déclaré qu’il prenait la question au sérieux et s’était engagé à améliorer la gouvernance d’entreprise.

Ghosn a maintenant accepté de démissionner de Renault, ont déclaré trois sources proches du dossier, mais seulement après que le gouvernement français, son principal actionnaire, a appelé à un changement de direction et que ses demandes de libération sous caution aient été rejetées par les tribunaux japonais.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a indiqué mardi soir que sa démission n’avait pas encore été officiellement reçue.

« A ce moment, la direction par intérim de Renault n’a pas reçu de lettre de démission de Carlos Ghosn », a déclaré le ministre à BFM TV.

Senard, 65 ans, doit maintenant calmer ses liens avec Nissan, détenue à 43,4% par Renault. Depuis l’arrestation de Ghosn, le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, a cherché à affaiblir le contrôle de Renault et a résisté à ses tentatives de nomination de nouveaux administrateurs au conseil d’administration du constructeur automobile japonais.

Nissan détient actuellement 15% des actions sans droit de vote de sa société mère française et 34% de Mitsubishi Motors, troisième partenaire majeur de leur alliance dans le secteur de la fabrication.

Une fois que sa nouvelle direction sera installée, les responsables français souhaitent que le travail reprenne sur une nouvelle structure de propriété cimentant le partenariat – que Ghosn avait été mandaté d’explorer lorsque son contrat avec Renault avait été renouvelé l’année dernière avec le soutien du gouvernement.

Nissan se méfie d’un tel mouvement. Dans une interview accordée la semaine dernière, Saikawa a reconnu les inquiétudes des actionnaires quant à la sous-évaluation de la structure actuelle de leur investissement, mais a ajouté que sa modification « n’était en réalité pas la priorité actuelle.

« Le sujet n’est pas à l’ordre du jour aujourd’hui », a déclaré dimanche le ministre des Finances, Le Maire, parmi des informations rapportées par la presse japonaise, selon lesquelles la France prônait activement une fusion entre Renault et Nissan.

REUTERS

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cet article!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Japan Times

Ghosn annonce à Renault sa démission des fonctions de PDG et de président

Carlos Ghosn a annoncé à Renault son intention de démissionner de son poste de président-directeur général du constructeur français, a annoncé mercredi Nikkei, maintenant que sa détention au Japon excluait un retour rapide en France.

Il semble que Ghosn ait choisi de se retirer de ses propres fonctions alors que Renault et le gouvernement français, principal actionnaire de la société, envisagent de se doter d’un nouveau leadership. Le constructeur automobile devrait accepter sa démission lors d’une réunion du conseil d’administration jeudi.

Thierry Bollore, directeur par intérim, devrait être nommé prochain directeur général de Renault, tandis que Jean-Dominique Senard, directeur général du fabricant de pneumatiques  Michelin, est sur le point de devenir président.

Les deux partenaires de l’alliance Renault, Nissan Motor et Mitsubishi Motors, ont tous deux renvoyé M. Ghosn à la présidence, après son arrestation au Japon en novembre dernier, au motif d’accusations financières.

Les appels à la destitution de Ghosn ont augmenté chez Renault, qui n’a pas tardé à le renvoyer, insistant sur son innocence jusqu’à preuve du contraire. Ghosn a nié les accusations portées contre lui.

Sa détention a duré et semble durer encore plus longtemps après que la caution lui a été refusée pour la deuxième fois mardi.

Nikkei

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : newsonjapan

24 janvier

Ministre français des finances: Ghosn a démissionné de Renault hier soir

b-renault-a-20190124-870x653

PARIS – Carlos Ghosn a démissionné du constructeur automobile français Renault, a déclaré le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, à Bloomberg Television, lors d’un entretien au Forum économique mondial de Davos.

« Carlos Ghosn vient de démissionner la nuit dernière », a déclaré Le Maire.

Le conseil d’administration de Renault se réunira jeudi pour remplacer Ghosn, ce qui pourrait contribuer à apaiser les tensions avec son partenaire de l’alliance Nissan après l’arrestation de Ghosn au Japon pour son inconduite financière.

La réunion débutera à 9h00 GMT et examinera la proposition de nomination de Jean-Dominique Senard, président sortant de Michelin, à la présidence et la promotion de Thierry Bollore, adjoint de Ghosn, au poste de directeur général, ont déclaré à Reuters trois sources proches du dossier.

Reuters

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Japan news

1 Comment on Renault convoque son conseil d’administration pour tourner la page de l’ère Carlos Ghosn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :