A la Une

Avant le Venezuela, les Etats-Unis d’Amérique ont une longue implication en Amérique latine

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, accuse les États-Unis d’Amérique d’essayer d’organiser un coup d’État contre lui. Tandis que les États-Unis d’Amérique disent qu’ils essaient de sauver la démocratie du Venezuela, Washington intervient depuis longtemps dans le domaine politique, qu’il soit militaire ou autre, dans la politique en Amérique latine.

Depuis l’apparition de la doctrine Monroe au début du XIXe siècle, les États-Unis d’Amérique s’impliquent dans les affaires quotidiennes des nations de l’hémisphère, souvent au nom d’intérêts commerciaux nord-américains ou pour soutenir des forces de droite contre des dirigeants de gauche.

Cette implication militaire a cessé depuis la fin de la guerre froide, bien que les États-Unis d’Amérique aient été accusés d’accorder au moins un soutien tacite aux coups d’État au Venezuela en 2002 et au Honduras en 2009.

Le rôle de premier plan joué par l’administration Trump dans la reconnaissance de Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela ramène les États-Unis d’Amérique à un rôle plus affirmé en Amérique latine qu’il n’a eu pendant des années.

Parmi les interventions des Etats-Unis d’Amérique les plus remarquables en Amérique latine:

1846: Les États-Unis d’Amérique envahissent le Mexique et s’emparent de la ville de Mexico en 1847. Un traité de paix l’année suivante donne aux États-Unis d’Amérique plus de la moitié du territoire mexicain – qui constitue à présent la majeure partie de l’ouest des États-Unis d’Amérique.

1903: Les États-Unis d’Amérique créent l’indépendance panaméenne de la Colombie et obtiennent des droits souverains sur la zone où le canal de Panama relierait les routes de navigation de l’Atlantique et du Pacifique.

1903: Cuba et les États-Unis d’Amérique signent un traité permettant un contrôle presque total des affaires cubaines par les États-Unis d’Amérique. Les Etats-Unis d’Amérique établissent une base navale à Guantanamo Bay.

Les Marines des Etats-Unis d’Amérique interviennent à plusieurs reprises en Amérique centrale et dans les Caraïbes au cours du premier quart du XXe siècle, souvent pour protéger les intérêts commerciaux des États-Unis d’Amérique en période d’instabilité politique.

1914: Les troupes des Etats-Unis d’Amérique occupent le port mexicain de Veracruz pendant sept mois dans le but d’influencer l’évolution de la révolution mexicaine.

1954: Le président guatémaltèque Jacobo Arbenz est renversé par un coup d’État soutenu par la CIA.

1961: L’invasion de la baie des Cochons soutenue par les États-Unis d’Amérique ne parvient pas à renverser le dirigeant cubain soutenu par l’URSS, Fidel Castro, mais Washington continue de tenter d’assassiner Castro et de déloger son gouvernement.

1964: Le président brésilien de gauche, Joao Goulart, est renversé par un coup d’État soutenu par les États-Unis d’Amérique qui installe un gouvernement militaire jusqu’aux années 1980.

1965: Les forces militaires des Etats-Unis d’Amérique débarquent en République dominicaine pour intervenir dans une guerre civile.

Années 1970: L’Argentine, le Chili et les pays alliés d’Amérique du Sud lancent une campagne de répression et d’assassinats visant les menaces présumées de gauche, connues sous le nom d’Opération Condor, souvent avec le soutien des États-Unis d’Amérique.

Années 1980: Le gouvernement Reagan soutient les forces anticommunistes contre le gouvernement sandiniste du Nicaragua et le gouvernement salvadorien contre les rebelles de gauche du FMLN.

1983: Les forces militaires des Etats-Unis d’Amérique envahissent la Grenade après avoir accusé le gouvernement de s’allier à Cuba communiste.

1989: Les États-Unis d’Amérique envahissent le Panama pour renverser l’homme fort Manuel Noriega [qui plus tard est extradé en France].

1994: Une invasion d’Haïti dirigée par les États-Unis d’Amérique est lancée pour éliminer le régime militaire instauré par un coup d’Etat de 1991 qui a renversé le président Jean-Bertrand Aristide. L’invasion restitue Aristide.

2002: Le président vénézuélien Hugo Chavez est évincé pendant deux jours avant de reprendre le pouvoir. Lui et ses alliés accusent les États-Unis d’Amérique de soutien tacite à la tentative de coup d’État.

2009: Le président hondurien Manuel Zelaya est renversé par des militaires. Les États-Unis d’Amérique accusés d’aggraver la situation par une condamnation insuffisante du coup d’État.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : AP News

Juan Guaidó y el « Gobierno de transición » son la última expresión de la antidemocracia impuesta por la Administración de Donald Trump ¿Cómo sostendrán el plan golpista contra la voluntad del pueblo de ? ¿Dónde queda la democracia?

dxswhlnwoaev4x7

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :