A la Une

«Attaque orchestrée à partir de Washington»: Cuba claque les Etats-Unis d’Amérique pour l’accusation de «manipulation» contre le Venezuela

Un supporter de Nicolas Maduro tenant les drapeaux de Cuba et du Venezuela © Reuters / Carlos Garcia Rawlins

Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, a rejeté les accusations des Etats-Unis d’Amérique selon lesquelles son pays se « mêlait » au Venezuela et a accusé Washington de vouloir « orchestrer » un coup d’Etat visant à renverser le président Nicolas Maduro.

Les propos de Rodriguez sont intervenus après que le secrétaire d’État des Etats-Unis d’Amérique, Mike Pompeo, ait accusé les «voyous de la sécurité et du renseignement» cubains de soutenir le régime de Maduro dans son discours au Conseil de sécurité de l’ONU. Il a appelé la communauté internationale à « choisir une partie », choisissant entre le président Maduro et le chef de l’opposition, Juan Guaido, qui s’est déclaré président par intérim la semaine dernière.

« Je rejette catégoriquement les accusations calomnieuses lancées par le secrétaire d’État des Etats-Unis d’Amérique contre Cuba au Conseil de sécurité des Nations unies », a tweeté Rodriguez plus tard samedi. « Son attaque contre la constitutionnalité du Venezuela, orchestrée depuis Washington, est vouée à l’échec en dépit de tous les mensonges. »

Bruno Rodríguez P

@BrunoRguezP

I categorically reject the slanderous accusations launched by the Secretary of State against at the UN Security Council. His attack on the constitutionality of , orchestrated from Washington, is doomed to fail despite all lies.

Bruno Rodríguez P

@BrunoRguezP

Rechazo categóricamente acusaciones calumniosas contra #Cuba del Secretario de Estado #EEUU en el Consejo de Seguridad de @ONU_es. Su asalto a constitucionalidad de #Venezuela, orquestado desde Washington, fracasará a pesar de las mentiras.

« Washington a conçu, financé et organisé l’usurpation présumée de la présidence vénézuélienne », a déclaré Rodriguez dans un tweet ultérieur.

Guaido, président de l’Assemblée nationale dirigée par l’opposition vénézuélienne, s’est juré lui-même d’être le président par intérim mercredi dernier. Sa déclaration symbolique intervient après plusieurs jours de manifestations antigouvernementales à Caracas et après que la Cour suprême du pays a déclaré tous les actes de l’Assemblée nationale nuls et non avenus.

Maduro permet aux diplomates des Etats-Unis d’Amérique de rester après l’ordre d’expulsion, mais pose des conditions

En moins d’une heure, le président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump, a officiellement reconnu Guaido comme président ‘légitime’ du Venezuela, ce qui a amené Maduro à rompre ses relations diplomatiques avec les États-Unis d’Amérique. Le département d’État de Pompeo a promis de donner à Guaido «les ressources nécessaires pour diriger le gouvernement du Venezuela», y compris une aide humanitaire de 20 millions de dollars.

La plupart des voisins du Venezuela faisant écho aux appels des Etats-Unis d’Amérique à un changement de régime, Cuba fait partie des rares pays d’Amérique latine aux prises avec Maduro, le président cubain Miguel Díaz-Canel qualifiant les efforts des États-Unis d’Amérique et de Guaido de «tentatives impérialistes de discréditer et de déstabiliser la révolution bolivarienne».  La Bolivie et l’Uruguay sont restés fidèles au président et le gouvernement de gauche nouvellement élu du Mexique a maintenu ses relations diplomatiques avec le Venezuela.

Miguel Díaz-Canel Bermúdez

@DiazCanelB

Nuestro apoyo y solidaridad al Presidente Nicolás Maduro ante los intentos imperialistas para desacreditar y desestabilizar a la Revolución Bolivariana

LIRE PLUS: Le Conseil de sécurité devrait examiner les tentatives des Etats-Unis d’Amérique de coup d’État au Venezuela

Les Etats-Unis d’Amérique ont convoqué une réunion du Conseil de sécurité samedi pour discuter de la « situation au Venezuela » à laquelle s’opposaient la Russie et trois autres pays.

« Le Venezuela ne représente pas une menace pour la paix et la sécurité », a déclaré l’ambassadeur de Russie à l’ONU, Vassily Nebenzia, au Conseil de sécurité. «Si quelque chose représente une menace pour la paix, il s’agit de l’action sans scrupule et agressive des États-Unis d’Amérique et de leurs alliés dans le but de renverser le président légitimement élu du Venezuela.»

Assis sur les plus grandes réserves de pétrole du monde, l’économie du Venezuela faisait jadis l’envie de l’Amérique latine. La mauvaise gestion au sein de l’industrie pétrolière nationalisée, associée à la baisse globale du prix du pétrole, a déclenché une crise de déficit que le gouvernement vénézuélien a tenté de combattre en imprimant plus d’argent. L’hyperinflation qui en a résulté a entraîné une pénurie généralisée de produits alimentaires et de médicaments et incité près de trois millions de Vénézuéliens à fuir le pays. Les sanctions des Etats-Unis d’Amérique [ainsi que les actions malfaisantes sur plusieurs plans de l’opposition vénézuélienne – MIRASTNEWS] n’ont fait qu’exacerber les malheurs du pays.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :