A la Une

Le Kremlin commente les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre la compagnie pétrolière vénézuélienne

PDVSA siège à Caracas / © AP Photo / Fernando Llano

Le 28 janvier, les Etats-Unis d’Amérique ont imposé des sanctions à la compagnie pétrolière Petroleos de Venezuela

MOSCOU, le 29 janvier – Les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre la compagnie pétrolière vénézuélienne PDVSA (Petroleos de Venezuela) constituent une intervention illégale flagrante, a déclaré mardi le porte-parole du président russe Dmitry Peskov.

« La direction légale du Venezuela a déjà qualifié ces sanctions d’illégales. Nous pouvons nous associer pleinement à ce point de vue », a-t-il déclaré.

Il a rappelé « l’attitude constante de Moscou à l’égard de telles restrictions, auxquelles les collègues des Etats-Unis d’Amérique commencent à avoir de plus en plus recours ».

« Nous estimons que ce n’est pas juste; nous considérons qu’il s’agit le plus souvent de manifestations de concurrence déloyale. Dans ce cas, il s’agit d’une poursuite d’actes d’ingérence non dissimulée dans les affaires intérieures du Venezuela », a déclaré le porte-parole du Kremlin.

Peskov n’est pas entré dans les détails sur les conséquences possibles de la politique de sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre la société pétrolière vénézuélienne PDVSA pour la Russie. « C’est un problème commercial », a-t-il déclaré.

« Bien sûr, nous analysons les conséquences possibles de ces mesures restrictives limitant les actions. » Dans le même temps, il a assuré que Moscou utiliserait tous les mécanismes disponibles pour protéger ses propres intérêts, s’ils étaient affectés par les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre le Venezuela. « Naturellement, nous nous défendrons dans le cadre du droit international existant, en utilisant tous les mécanismes à notre disposition », a déclaré Peskov.

Les sanctions des Etats-Unis d’Amérique

L’administration des Etats-Unis d’Amérique a annoncé lundi l’imposition de sanctions à l’encontre de la compagnie pétrolière vénézuélienne PDVSA (Petroleos de Venezuela), l’une des rares sources de revenus du gouvernement du président Nicolas Maduro. Toutefois, comme l’a expliqué le département du Trésor des Etats-Unis d’Amérique, les sociétés des Etats-Unis d’Amérique pourront continuer à effectuer des transactions avec PDVSA, sous réserve de l’envoi de fonds sur des comptes bloqués spéciaux auxquels le gouvernement actuel de Caracas n’a pas accès.

[Ce genre de commerce n’a aucun intérêt pour le Venezuela, étant donné que les recettes issues des transactions seront offertes aux opposants pour l’achat d’armes et autres produits de guerre, pour faire la guerre aux autorités légales du pays et l’armée vénézuélienne qui préservent le Venezuela contre toutes les formes de prédation – MIRASTNEWS].

Ainsi, selon Washington D.C., la partie des Etats-Unis d’Amérique tente d’exercer la pression maximale possible sur Maduro afin d’organiser des élections présidentielles anticipées. Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a vivement critiqué la décision des autorités des Etats-Unis d’Amérique d’imposer des sanctions à la compagnie nationale de pétrole et de gaz PDVSA, la qualifiant d’« illégale, immorale et criminelle ».

Cet article vous a plus? Partagez-le avec vos amis!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : TASS

Un diplomate s’attend à ce que les Etats-Unis d’Amérique commentent le déploiement potentiel de troupes en Colombie

© Anton Novoderzhkin / TASS

Lors de la conférence de presse du conseiller à la Sécurité nationale des Etats-Unis d’Amérique John Bolton, des journalistes l’ont vu tenir un bloc-notes avec une note manuscrite indiquant « 5 000 soldats en Colombie ».

MOSCOU, le 29 janvier – Moscou s’attend à ce que Washington fasse une déclaration officielle sur un éventuel déploiement de troupes en Colombie, a annoncé mardi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova sur Facebook.

Elle a publié une photo du conseiller à la Sécurité nationale des Etats-Unis d’Amérique, John Bolton, lors d’un point de presse, où des journalistes l’ont vu tenir un bloc-notes avec une note manuscrite indiquant « 5 000 soldats en Colombie ».

Nous continuons à rechercher tous les moyens de déconnecter le régime illégitime de Maduro de ses sources de revenus et à veiller à ce que le président par intérim, Guaido, et le peuple vénézuélien disposent des ressources et du soutien nécessaires pour rétablir la démocratie au Venezuela.

– John Bolton (@AmbJohnBolton) le 29 janvier 2019

« NBC a rapporté aujourd’hui, citant trois hauts responsables du Pentagone, que le commandement militaire des Etats-Unis d’Amérique n’envisagerait d’envoyer des troupes ni en Colombie ni au Venezuela », a souligné M. Zakharova. « Comme toujours, il n’y a pas eu de déclarations officielles, mais nous avons encore de l’espoir », a-t-elle ajouté.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a souligné que les tentatives de déstabilisation de la situation au Venezuela venaient de Colombie. « Vous pouvez vous demander, qu’en est-il de la non-ingérence dans les affaires intérieures d’autrui – des élections à la cybersécurité, ce qui préoccupe tellement le collectif Occidental ces dernières années. C’est ainsi que les choses se passent », a-t-elle conclu.

La tourmente secoue le Venezuela

Juan Guaido, leader de l’opposition vénézuélienne et président du Parlement, dont la nomination à ce poste avait été annulée par la Cour suprême du pays, s’est déclaré président par intérim lors d’un rassemblement à Caracas, capitale du pays, le 23 janvier. Plusieurs pays, dont les États-Unis d’Amérique, Les membres du groupe de Lima (sauf le Mexique), l’Australie, l’Albanie, la Géorgie et Israël, ainsi que l’Organisation des États américains, l’ont reconnu. Maduro, à son tour, a dénoncé le mouvement comme un coup d’État organisé par Washington et a déclaré qu’il rompait les relations diplomatiques avec les Etats-Unis d’Amérique.

L’Espagne, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas ont annoncé le 26 janvier qu’ils reconnaîtraient Guaido au poste de président par intérim du Venezuela si le président Maduro ne convoquait des élections dans huit jours.

La Russie, la Biélorussie, la Bolivie, l’Iran, Cuba, le Nicaragua, Le Salvador et la Turquie ont exprimé leur soutien à Maduro, tandis que la Chine a appelé à la résolution pacifique de tous les différends et a mis en garde contre les ingérences étrangères. Le secrétaire général des Nations Unies, à son tour, a appelé au dialogue pour résoudre la crise.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : TASS

@NicolasMaduro to Sputnik: l’équipement militaire russe le plus moderne au monde arrive au Venezuela https://sptnkne.ws/kAmD

⚡️ a Sputnik: está llegando a Venezuela el equipamiento militar ruso más moderno del mundo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :