A la Une

Nissan a comploté pour ne pas se rapprocher de Renault, déclare Ghosn

L’ancien président-directeur général de l’Alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, prend la parole après la présentation des résultats annuels 2015 de Renault au siège principal à Boulogne-Billancourt, près de Paris, le 12 février 2016. REUTERS / BENOIT TESSIER

Le patron renvoyé nie les accusations de détournement de fonds et de rupture de contrat

Tokyo – Carlos Ghosn a déclaré que les dirigeants de Nissan, opposés à ses projets de rapprochement avec son partenaire constructeur automobile, avaient eu recours à un «complot et une trahison» pour les perturber et étaient à l’origine des accusations de faute financière portées contre lui.

S’adressant au journal Nikkei lors de sa première entrevue avec les médias depuis son arrestation le 19 novembre, Ghosn a déclaré qu’il avait discuté des projets d’intégration des sociétés avec le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, en septembre. Mais les dirigeants de Nissan ont eu recours à «l’intrigue et à la trahison» pour déraciner ces projets, a déclaré Ghosn.

Ghosn, qui avait dirigé le redressement de Nissan il y a deux décennies, avait préconisé un rapprochement plus étroit entre Nissan et Renault, y compris éventuellement une fusion complète, malgré les fortes réserves exprimées par la société japonaise.

Il est toujours en détention à la suite de son arrestation et de son inculpation pour corruption et abus de confiance. Son arrestation a assombri les perspectives de rapprochement entre Nissan et Renault, de même que Mitsubishi Motors, le troisième membre de l’alliance du constructeur automobile.

Depuis l’arrestation de Ghosn, Saikawa a déclaré que ce n’était pas le moment de discuter de la révision des liens complexes entre les partenaires financiers et les partenaires. Nissan et Mitsubishi ont destitué Ghosn de ses fonctions de président, avant qu’il n’ait démissionné de la direction de Renault.

Ghosn a démenti les accusations de paiement indu à une société dirigée par un homme d’affaires saoudien, affirmant que le paiement avait été approuvé par un dirigeant de Nissan.

Ghosn a appelé les accusations de Nissan et Mitsubishi selon lesquelles il aurait reçu près de 8 millions d’euros de paiements irréguliers via une joint-venture néerlandaise des deux constructeurs automobiles « une déformation de la réalité », et a affirmé que ses résidences de luxe à Rio de Janeiro et à Beyrouth avaient été approuvées par le département légal de Nissan.

Nissan a déclaré ne pas savoir qu’elle avait payé pour de nombreuses propriétés de Ghosn. Mercredi, un porte-parole a déclaré que la société n’était pas en mesure de commenter la défense légale de Ghosn.

Au cours d’une interview de 20 minutes, Ghosn a nié le fait que son mandat chez Nissan avait été une « dictature ».

«Les gens ont traduit un fort leadership en dictateur, pour déformer la réalité» dans le «but de se débarrasser de moi», a-t-il déclaré.

Il a ajouté que sa santé était bonne et qu’il ne s’enfuirait pas s’il était libéré sous caution.

Dans le même temps, NHK a annoncé que Saikawa envisage de tenir sa première discussion face à face avec le nouveau président de Renault, Jean-Dominique Senard, en marge d’une réunion de l’alliance tenue jeudi aux Pays-Bas.

Reuters

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : BusinessDay

Nikkei: Ghosn dit l’arreastation est due au complot chez Nissan

Carlos Ghosn / Lee Jin-Man / AP, fichier

Tokyo – L’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, dans son premier entretien depuis son arrestation en novembre, a accusé ses collègues opposés au rapprochement avec le partenaire de l’alliance française du constructeur automobile Renault d’avoir comploté contre lui, a rapporté mercredi le journal japonais Nikkei.

Le quotidien financier a annoncé avoir parlé 20 minutes plus tôt à Ghosn au centre de détention de Tokyo, où se tient le haut dirigeant de 64 ans depuis le 19 novembre.

Auparavant, Ghosn n’a été autorisé à recevoir que la visite de ses avocats et des représentants de l’ambassade.

Les procureurs ont accusé Ghosn d’avoir falsifié des rapports financiers en sous-déclarant son indemnisation. Il a également été inculpé d’abus de confiance lié à la gestion de pertes liées aux investissements et aux paiements versés à un homme d’affaires saoudien.

Au cours de l’entretien, Ghosn a répété qu’il était innocent et a déclaré que d’autres personnes de l’entreprise avaient comploté pour le contraindre à sortir avec un «complot et une trahison».

«Les gens ont traduit un fort leadership en dictateur (méchant), pour déformer la réalité», a-t-il déclaré au Nikkei. C’était pour «se débarrasser de moi», aurait-il déclaré.

Nissan Motor Co. s’est défendue, affirmant que les procureurs avaient pris des mesures à la suite d’une enquête interne déclenchée par des lanceurs d’alerte dans l’entreprise.

« La seule cause de cette chaîne d’événements est l’inconduite de Ghosn et Kelly », a déclaré le porte-parole de la société, Nicholas Maxfield. Il faisait allusion à Greg Kelly, un autre dirigeant accusé d’avoir collaboré avec Ghosn pour sous-déclarer sa rémunération. Kelly a été libéré sous caution le mois dernier et reste à Tokyo.

Le porte-parole du gouvernement français, Benjamin Griveaux, a refusé de commenter l’interview de Ghosn.

Les autorités ont rejeté les demandes de libération sous caution de Ghosn, affirmant qu’il pourrait manipuler des preuves ou éventuellement fuir.

Ghosn a déclaré au Nikkei qu’il n’avait aucune intention de fuir et qu’il voulait se défendre devant un tribunal. Mais il s’est demandé pourquoi il ne pouvait pas obtenir une libération sous caution.

« Je ne comprends pas pourquoi je suis toujours détenu », aurait-il déclaré, ajoutant qu’il ne pouvait pas altérer les preuves, car « toutes les preuves sont avec Nissan ».

Le journal a déclaré que Ghosn ne semblait pas fatigué ni énervé. Interrogé sur son état de santé, il affirmait qu’il « allait bien ».

« Dans la vie, il y a des hauts et des bas », le journal l’a cité comme déclarant.

Renault SA détient 43% du capital de Nissan. Il a envoyé Ghosn au Japon en 1999 pour aider le constructeur japonais à se remettre de sa faillite. Ghosn a déclaré avoir discuté d’un « plan d’intégration » de Nissan avec Renault et son partenaire plus petit, Mitsubishi Motors Corp., avec le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, en septembre.

L’objectif était de rapprocher Nissan, Renault et Mitsubishi Motors et de leur garantir une « autonomie au sein d’une société holding », a-t-il déclaré au journal.

Nissan a renvoyé Ghosn de la présidence peu de temps après son arrestation. Il a également été licencié en tant que président de Mitsubishi. Plus tôt ce mois-ci, il a démissionné de son poste de président-directeur général de Renault et a été remplacé par Jean-Donimique Senard, ancien président de Michelin.

Ghosn a réfuté diverses allégations à son encontre, affirmant que la plupart des violations présumées avaient été approuvées par le service juridique de Nissan ou d’autres cadres supérieurs.

Il a également nié avoir commis des actes répréhensibles lors de l’achat de maisons coûteuses au Brésil et au Liban, affirmant qu’il avait besoin d’un lieu de travail et de rencontres en toute sécurité. Les maisons n’étaient pas un secret et si elles avaient posé problème, il aurait dû être consulté, a déclaré Ghosn.

Yuri Kageyam

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The Detroit News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :