A la Une

Un analyste prévient que si le Venezuela chute, les plans de la Chine en Amérique latine pourraient échouer

© AP Photo / Fernando Llano

La semaine dernière, la Chine a critiqué les nouvelles sanctions unilatérales des Etats-Unis d’Amérique contre Caracas, promettant de maintenir et d’étendre sa coopération avec le pays d’Amérique latine en dépit des restrictions imposées par Washington.

Le Dr Antonio C. Hsiang, directeur du Centre d’études sur l’économie et le commerce en Amérique latine de l’Université de technologie Chihlee de Taiwan, a deux raisons majeures de soutenir le gouvernement du président Nicolas Maduro et de résister aux efforts des États-Unis d’Amérique et de l’opposition visant à instaurer un changement de régime, a expliqué.

S’adressant à Sputnik, Dr Hsiang a rappelé que, du point de vue économique, «dans le cadre des accords de partenariat« pétrole contre prêt», la Chine a prêté au Venezuela environ 60 milliards de dollars US entre 2007 et 2017».

« Cependant, le soutien de Pékin n’est pas illimité. L’année dernière, la Chine a hésité à prendre de nouveaux engagements financiers en raison d’un encours de dette bilatérale supérieur à 19 milliards de dollars », a ajouté le professeur.

Cependant, leurs liens politiques sont plus importants selon Hsiang, qui a rappelé que le Venezuela était l’un des « partenaires stratégiques globaux » de la Chine en Amérique latine.

«Lors de la réunion avec Maduro en septembre dernier, le président chinois Xi Jinping a déclaré: « Développer les relations avec le Venezuela est une décision stratégique pour la Chine … La Chine et le Venezuela doivent renforcer la confiance mutuelle amicale et promouvoir une coopération mutuellement bénéfique ». dans moins de cinq mois», a noté l’universitaire.

En outre, « il est vrai que la situation actuelle au Venezuela fait partie du jeu géopolitique des Etats-Unis d’Amérique visant à contenir la Chine, du moins à empêcher la Chine de poursuivre son « extension naturelle » vers l’arrière-cour des Etats-Unis d’Amérique », a ajouté Hsiang.

L’universitaire a rappelé que, depuis que le président Xi a déclaré au président argentin, Mauricio Macri, que Pékin considérait la région de l’Amérique latine et des Caraïbes comme une « extension naturelle » du projet de la Route de la soie maritime de la Chine en novembre 2017, « la possibilité de son inclusion dans l’initiative est devenue plus saillante. » Le Panama a signé l’accord mondial sur le commerce et les infrastructures avec la Chine en 2017, auquel ont adhéré 14 autres pays de la région au cours de l’année qui a suivi.

La crise vénézuélienne menace les projets de Pékin. « En conséquence, la Chine devrait rester vigilante sur le fait que plusieurs soi-disant « partenaires stratégiques globaux » en Amérique latine ne sont pas de son côté, tels que le Brésil, l’Argentine, le Chili, le Panama et le Mexique », a conclu le Dr Hsiang.

Investissement vénézuélien de la Chine

La Chine a beaucoup investi dans l’industrie pétrolière du Venezuela. À la fin du mois dernier, après l’instauration de sanctions unilatérales par les Etats-Unis d’Amérique contre la compagnie pétrolière nationale PDSVA du Venezuela, y compris son intention de bloquer quelque 7 milliards de dollars de ses actifs, Pékin s’est engagé à continuer de développer sa coopération avec le pays d’Amérique latine dans divers domaines. En décembre, la filiale de PDVSA, qui travaille avec la société chinoise National Petroleum Corporation, a annoncé avoir doublé sa production au cours des sept mois précédents, alors que la production de pétrole au Venezuela était en chute libre.

La semaine dernière, une source gouvernementale des Etats-Unis d’Amérique au Wall Street Journal a déclaré que le gouvernement Trump aurait adopté une nouvelle stratégie à l’égard de toute l’Amérique latine visant Cuba, la Russie, la Chine et l’Iran, le Venezuela étant à l’avant-garde d’une doctrine plus agressive cherchant à semer la discorde entre Caracas et La Havane et à provoquer « l’effondrement des régimes » dans les deux pays.

La longue crise politique au Venezuela est entrée dans une nouvelle phase la semaine dernière, après que le président de l’Assemblée nationale, Juan Guaido, s’est autoproclamé président par intérim du pays. Les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés latino-américains, canadiens et européens ont soutenu la tentative de coup d’État, tandis que la Russie, la Chine, le Mexique, Cuba, la Bolivie, le Nicaragua, l’Iran et la Turquie ont exprimé leur soutien à Nicolas Maduro, président élu démocratiquement du pays, et ont exhorté les puissances extérieures à ne pas se mêler des affaires du Venezuela.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :