A la Une

Blocages sur Facebook de la publication d’un article cubain sur le Venezuela, marque cela comme un spam (PHOTOS)

© REUTERS / Eric Gaillard

Facebook a été surpris en train d’empêcher les utilisateurs d’accéder à un article du Venezuela, publié par le quotidien cubain Granma, sur le Venezuela. Lorsque les utilisateurs tentent d’afficher le lien, le site de réseau social les bloque, le qualifiant de « spam ». Cette action fait suite à la suppression par Twitter de milliers de comptes vénézuéliens, accusés de « campagne de désinformation coordonnée » par Caracas.

La question de la tentative de coup d’État au Venezuela et le risque de guerre civile alors que des pays se résument à s’opposer sur la question de savoir s’il faut soutenir le président vénézuélien Nicolas Maduro ou le président autoproclamé par intérim Juan Guaido, qui a été un sujet brûlant de débat à travers les médias sociaux pendant des semaines. Toutes les parties mènent une puissante campagne de propagande pour tenter de remporter la bataille pour expliquer si le peuple vénézuélien soutient l’un ou l’autre des hommes, l’un ou l’autre des systèmes.

L’article « Le Venezuela n’est pas seul » a été publié dans l’édition du 25 janvier du Granma, quotidien du Parti communiste cubain, mais le 3 février, les utilisateurs de Facebook qui souhaitaient partager l’histoire sur les réseaux sociaux se sont étrangement trouvés incapables de le faire.

Vous aimez cet article? Partagez-le avec vos amis!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Prédation: le groupe de Lima accepte d’interdire aux autorités vénézuéliennes d’entrer sur le territoire de ses membres

© AP Photo /

Le groupe de Lima a accepté d’empêcher les hauts responsables vénézuéliens d’entrer sur le territoire des membres du groupe.

Le groupe suspendra également sa coopération militaire avec le gouvernement vénézuélien et a déclaré dans une déclaration qu’il évaluerait la possibilité de limiter les prêts au gouvernement vénézuélien dans des organisations dont les pays du Groupe de Lima sont membres.

Le groupe de Lima, composé de 14 États membres, a été créé en août 2017 pour promouvoir les réformes démocratiques au Venezuela. La majorité des États membres ont critiqué le président sortant du Venezuela, Nicolas Maduro, et ont reconnu le chef de l’opposition, Juan Guaido, comme chef intérimaire du pays.

LIRE PLUS: Le groupe de Lima ne souhaite aucune intervention militaire au Venezuela – ministre péruvien

Les tensions au Venezuela se sont intensifiées il y a près de deux semaines après que Guaido se soit déclaré président par intérim, contestant la réélection de Maduro l’an dernier. Les Etats-Unis d’Amérique et plusieurs autres pays ont rapidement reconnu le chef de l’opposition comme le chef du pays. La Russie, la Chine, le Mexique, la Turquie et l’Uruguay font partie des pays qui ont exprimé leur soutien à Maduro en tant que chef d’État légitimement élu.

Vous aimez cet article? Partagez-le avec vos amis!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :