A la Une

L’armée britannique autorisée à tirer sur des civils en Irak et en Afghanistan

Soldats britanniques à l’est de Bassorah, en Irak, le 21 décembre 2007. / Atef Hassan / Reuters

Les soldats qui ont servi dans la ville irakienne de Bassorah en 2007 ont déclaré qu’ils avaient été informés qu’ils pourraient tirer sur quiconque tient un téléphone ou une pelle ou se comporte de manière suspecte.

L’armée britannique a appliqué des règles de combat en Irak et en Afghanistan autorisant parfois les soldats à tirer sur des civils non armés soupçonnés de les surveiller, selon le Middle East Eye, un portail de nouvelles du Qatar basé à Londres.

Parmi les victimes figuraient plusieurs enfants et adolescents, selon plusieurs ex-militaires britanniques interrogés par MEE.

Deux anciens fantassins ont déclaré que le commandement militaire les avait autorisés, ainsi que leurs compagnons d’armes, dans le sud de l’Irak, à tirer sur quiconque aurait été vu avec un téléphone portable, une pelle ou un comportement suspect.

La famille d’un père et de deux enfants tués en Afghanistan blâme les Etats-Unis d’Amérique et demande vengeance

Descargar video

La décision était due aux craintes que des individus non armés agissent comme des espions pour des militants islamistes, ou qu’ils soient impliqués dans l’installation de bombes en bordure de route, selon les soldats.

Cas concrets d’assassinats

Un ancien officier de marine de la Royal Navy a déclaré qu’un de ses officiers avait avoué qu’il était responsable d’une fusillade mortelle mettant fin à la vie d’un garçon afghan âgé de huit ans. Après coup, le père de l’enfant a emmené son corps à l’entrée de sa base et a demandé une explication.

Un autre ancien soldat a parlé sur le site d’un montage destiné à dissimuler le meurtre de deux adolescents non armés dont il a été témoin en Afghanistan. Deux fusils de fabrication soviétique ont été placés à côté de leurs cadavres pour donner la fausse impression que les adolescents avaient été armés en tant que combattants talibans.

Pour sa part, un autre ancien combattant britannique a déclaré avoir été témoin de l’assassinat meurtrier d’un grand nombre de civils à Basra, et ne croyait pas que toutes les victimes espionnaient les troupes britanniques.

Il a promis à ses collègues et à lui qu’ils seraient protégés en cas d’enquête de la police militaire, a-t-il déclaré.

Le portail des journalistes de Middle East Eye n’a pas pu vérifier les témoignages de tous les soldats interrogés. Cependant, plusieurs anciens officiers de l’armée ont porté des accusations similaires après avoir servi dans différentes unités, à différentes époques et dans différents pays.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cet article!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :