A la Une

La Russie et les vrais amis du Venezuela seront-ils «obligés» de combattre «Daech» et ses parrains au Venezuela afin de sauver le pays des mains de prédateurs?

© Reuters/Carlos Barria

Pompeo: Les Etats-Unis d’Amérique «obligés» de combattre le «Hezbollah» au Venezuela pour sauver «Guaido dûment élu»

Le secrétaire d’État, Mike Pompeo, a expliqué que son pays souhaitait un changement de régime à Caracas, affirmant que Cuba occupait déjà le Venezuela, avait mal compris le fonctionnement de la démocratie et affirmé que l’Iran était présent dans le pays.

Tout en abordant des questions extrêmement délicates telles que la diplomatie internationale pour la plupart des dirigeants mondiaux, nécessitant finesse et sophistication, Pompeo a opté pour une approche plus musclée dans une interview accordée à Fox Business mercredi. Tenant ensemble un récit assez vague de morales criardes et de listes de pays figurant sur la liste vilaine des Etats-Unis d’Amérique, le diplomate en chef du président Donald Trump a tenté d’aider le public des Etats-Unis d’Amérique à comprendre ce que fait le Département d’État au Venezuela.

Tout est une question d’argent: la défense des Etats-Unis d’Amérique de la démocratie est un prétexte pour prendre le contrôle des ressources

Après avoir lancé les vénérables accusations d’ingérence de la Russie et de la Chine au Venezuela, Pompeo a décidé de mobiliser son excuse incontournable pour l’ingérence des États-Unis d’Amérique – l’Iran!

« Les gens ne reconnaissent pas que le Hezbollah a des cellules actives – les Iraniens ont un impact sur les populations du Venezuela et de l’Amérique du Sud », ajoutant que « nous avons l’obligation de réduire ce risque pour l’Amérique ».

LIRE PLUS: Pompeo reçoit une brochette de kebab après avoir publié une carte géographique de la Turquie DIVISÉE

Il semblerait que Pompeo ait simplement des problèmes de géographie, après avoir récemment partagé une carte étrange sur Twitter présentant entre autres les pays inexistants de la Turquie orientale et occidentale. Cependant, au cours de l’entretien, il a également fait plusieurs autres déclarations déconcertantes, par exemple en se référant au dirigeant vénézuélien autoproclamé, Juan Guaido, comme ayant été «dûment élu», bien que l’homme politique soutenu par Washington ne se soit même jamais présenté à la présidence.

« Guido »? Pompeo ignore le nom du « président » vénézuélien soutenu par les Etats-Unis d’Amérique

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi la question était si importante pour «notre hémisphère», Pompeo a répondu que «les valeurs des Etats-Unis d’Amérique sont en jeu» au Venezuela. Il pense que l’ingérence des Etats-Unis d’Amérique dans les affaires intérieures du Venezuela est une « obligation », bien qu’il soit devenu concerné l’année dernière de la prétendue ingérence étrangère dans les élections des Etats-Unis d’Amérique.

Les sanctions américaines, a-t-il poursuivi, « ne visent pas le peuple vénézuélien », mais visent plutôt « un très bon résultat ». Même si Pompeo a déclaré ouvertement que les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre l’Iran étaient destinées à provoquer un changement de régime en affamant ses citoyens, il a tenté de faire valoir qu’au Venezuela les sanctions imposées par les Etats-Unis d’Amérique étaient «pour le bien» du peuple vénézuélien, car ils s’opposaient au «diabolique M. Maduro».

Mike Pompeo a déclaré que les États-Unis d’Amérique constituaient une force positive pour le Moyen-Orient. Pas vraiment!

Idriss Jazairy, expert en matière de droits de l’homme nommé par l’ONU, a une opinion différente sur la question. Tout en omettant de préciser qui est le bien et le mal, il a souligné que les sanctions contre le Venezuela pourraient «entraîner la famine et des pénuries de médicaments».

Juste au cas où ces paquets de sanctions utiles ne seraient pas assez « bons », les Etats-Unis d’Amérique n’excluent pas le plan B: une invasion militaire. Il y a quelques jours, Trump a déclaré à CBS qu’une option militaire était toujours sur la table, malgré l’opposition écrasante des deux côtés de la crise vénézuélienne.

Pompeo a balayé les rumeurs d’une possible invasion des Etats-Unis d’Amérique, affirmant que les Etats-Unis d’Amérique ne pouvaient techniquement pas envahir le Venezuela car «Cuba l’avait déjà fait» et contrôlait secrètement le pays «depuis très longtemps».

[Rappel : Dès l’élection du président Hugo Chavez [Hugo Rafael Chávez Frías (28 Juillet 1954 – 5 Mars 2013)], prédécesseur du président Nicolas Maduro, lors du début de sa première mandature en 1999, les Etats-Unis d’Amérique menèrent de concert avec l’opposition vénézuélienne un coup d’Etat visant à prendre le contrôle des manettes du pouvoir.

Heureusement que dans l’armée du pays, les troupes les plus nombreuses n’avaient pas suivi et Chavez a été remis au pouvoir, après une opération réussie de l’armée pour l’arracher des mains de ses kidnappeurs. Cette fois-là, les Etats-Unis d’Amérique n’étaient pas ouvertement impliqués comme maintenant. Quelle initiative prendra cette fois-ci l’armée vénézuélienne, pourrait-elle faire appel aux services d’armées de pays amis pour mettre en échec ce complot ? – MIRASTNEWS]

Vous aimez cet article? Partagez-le avec un ami!

Traduction et Titre 1 : MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :