A la Une

Réalisateurs, pas solitaires: les documents divulgués révèlent les origines des recrues saoudiennes de Daesh

© Sputnik / Andrey Stenin

Dans le but de distinguer les djihadistes saoudiens des autres combattants étrangers recrutés par le groupe terroriste Daesh, une nouvelle étude de 40 pages publiée en partie par le Centre de recherche et d’études islamiques King Faisal a découvert que les recrues étaient éduquées et n’étaient pas « des solitaires et des marginaux socialement ».

L’étude, qui a été publié mardi, a examiné les documents divulgués du groupe terroriste en 2016, qui comprenaient un aperçu des 759 recrues saoudiennes ayant rejoint le groupe terroriste entre 2013 et 2014.

« En analysant les propres archives de [Daesh] et en se concentrant sur ceux qui concernent des personnes originaires d’un pays qui a toujours été ciblé et considéré comme le prix ultime des organisations et groupes terroristes (notamment l’Arabie saoudite), cette étude représente une étape importante dans l’accroissement de la connaissance contextuelle », indique le rapport.

« Une telle connaissance est essentielle lorsqu’il s’agit d’un phénomène aussi complexe que le terrorisme et d’un processus aussi complexe que la radicalisation. »

Les documents de recrutement comprenaient une série de 23 champs auxquels les candidats devaient répondre, mais que l’étude n’a pas renseignés. Les parties intéressées ont été invitées à indiquer leur nom, leur groupe sanguin, leur statut matrimonial, leurs diplômes, leurs emplois antérieurs, antécédents de voyage, nom des personnes qui vous ont recommandé, spécialité, niveau de connaissances religieuses, point d’entrée en Syrie et expérience jihadi, entre autres données.

Bien que la plupart des recrues saoudiennes soient jeunes, elles n’étaient pas principalement des jeunes et des adolescents. La moitié des recrues de l’échantillon était âgée de 20 à 24 ans et 22% entre 25 et 29 ans. La plus jeune des recrues était âgée de neuf ans et la plus âgée est née en 1958, ce qui donne à penser qu’il avait 55 ans ou plus de 56 ans quand il a rejoint le groupe.

Soixante-treize pour cent des demandeurs étaient célibataires et 18% étaient mariés, dont 68% avaient des enfants. La majorité des recrues n’avaient qu’un ou deux enfants. Une personne a noté qu’ils avaient huit enfants à la maison.

Ayant eu la possibilité d’indiquer s’ils possédaient une connaissance de base, moyenne ou avancée de l’islam, 58% des recrues saoudiennes ont déclaré posséder des connaissances de base. Alors que les étudiants saoudiens suivent des cours d’éducation religieuse du primaire au secondaire, le rapport indique qu’une connaissance de base de l’islam pourrait apparemment être assumée par toute personne ayant même un niveau d’éducation faible.

Trente-quatre pour cent ont déclaré avoir une connaissance intermédiaire de l’islam, tandis que 8% ont affirmé avoir des connaissances avancées.

Les chercheurs ont constaté que, contrairement aux recrues européennes, qui avaient tendance à être des décrocheurs du secondaire ou des chômeurs, les recrues saoudiennes occupaient des postes de police religieuse, d’imams et de soldats pour l’armée saoudienne, entre autres postes. Seulement 15% étaient au chômage.

Sur les 759 recrues, 337 (44%) avaient un niveau d’éducation supérieur et 119 (15%) avaient obtenu un baccalauréat. Cinq personnes détenaient une maîtrise ou un doctorat. Seulement 150 (19%) des recrues étaient des décrocheurs.

« Ces données démontrent que le contingent saoudien ne comprend pas d’étudiants sous-performants en matière d’éducation, ce qui peut conduire à l’argument selon lequel ils ne manquaient pas d’opportunités socio-économiques », indique le rapport.

« En fait, ce groupe était en moyenne plus instruit que la population active saoudienne en général ».

« La deuxième observation est que la majorité des combattants qui se sont retirés l’ont manifestement fait pour se rendre en Syrie. Nous pouvons en déduire qu’ils croyaient fermement en la cause et qu’ils étaient suffisamment frustrés pour risquer leur avenir en abandonnant les études universitaires pour rejoindre le combat dans un pays déchiré par un conflit étranger », a expliqué l’étude.

De plus, la majorité des recrues (625) se sont portées volontaires pour rejoindre le groupe terroriste en tant que combattants. Seulement 71 personnes se sont inscrites comme kamikazes et 44 seulement se sont portées volontaires pour participer aux opérations d’Inghimasi, connues sous le nom d’attaques kamikazes. Le rapport explique que « les opérations d’Inghimasi se distinguent des attentats-suicides en ce sens que leur succès ne nécessite pas la mort de leurs auteurs ».

Bien que le plus grand nombre de recrues saoudiennes provenait de Riyad, le ratio le plus élevé de recrues par population de la région provenait de la province de Qassim, juste au nord de la capitale du pays. Le rapport suggère que le nombre de recrues de Qassim est le résultat d’une flambée de la présence de groupes terroristes dans la province.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :