A la Une

Le géant pétrolier vénézuélien PDVSA transfère les comptes de ses coentreprises à la société russe Gazprombank – Rapport

©  Reuters / Isaac Urrutia

Au milieu du resserrement des sanctions imposées par les Etats-Unis d’Amérique, PDVSA, une compagnie pétrolière d’État vénézuélienne, transférerait les comptes bancaires de ses coentreprises avec des sociétés étrangères sur le compte de la société russe Gazprombank, rapporte Reuters, citant des documents et des sources.

Les clients des joint-ventures de PDVSA avec la société des Etats-Unis d’Amérique Chevron Corp, de la société française Total SA, de la société norvégienne Equinor et d’autres projets avec des sociétés étrangères auraient été chargés de déposer leurs paiements dans des comptes bancaires basés en Russie à la suite du dernier cycle de sanctions par Washington, selon Reuters.

Juan Guaido ouvrira le pétrole vénézuélien aux sociétés étrangères, a annoncé son émissaire des Etats-Unis d’Amérique

Imposée le 28 janvier, la nouvelle série de sanctions vise à couper le gouvernement de Nicolas Maduro des recettes pétrolières, après que Washington ait reconnu le soi-disant président « intérimaire » Juan Guaido et affirmé que les fonds publics et les bénéfices du Venezuela devraient être contrôlés par le «gouvernement légitime».

Le géant pétrolier a également exhorté ses partenaires étrangers à prendre une décision officielle quant à savoir s’ils veulent se plier aux pressions des Etats-Unis d’Amérique et renflouer ou préserver leurs participations dans les projets communs et poursuivre leurs activités au Venezuela, a rapporté l’agence. Outre des dizaines de coentreprises avec des sociétés occidentales, PDVSA a également de nombreux projets avec des sociétés russes et des investisseurs chinois, qui, selon certaines estimations, pourraient perdre le plus de la pression économique des Etats-Unis d’Amérique sur le pays d’Amérique latine.

Les investissements chinois sont les plus menacés par les sanctions américaines contre le Venezuela

Outre les 7 milliards de dollars d’actifs de PDVSA – et de sa filiale Citgo Petroleum Corp.aux Etats-Unis d’Amérique – que Washington a saisis «au nom du peuple vénézuélien», les États-Unis d’Amérique s’attendent à ce que leurs sanctions affectent environ 11 milliards de dollars des exportations du pays en 2019. Le Venezuela abrite les plus grandes réserves de pétrole au monde et les ventes de pétrole représentent 98% des recettes d’exportation et jusqu’à 50% de son PIB.

Dissipant l’espoir de l’administration Trump que le gouvernement de Maduro manque rapidement de liquidités et s’effrite sous la pression de l’opposition et du « changement de régime » mené par les Etats-Unis d’Amérique, la société d’État s’est engagée à diversifier ses ventes et à réorienter ses exportations vers ses clients, en particulier en Europe et en Asie, qui ne craignent pas les sanctions unilatérales de Washington.

La Russie s’engage à défendre ses actifs pétroliers vénézuéliens

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section Economie de MIRASTNEWS

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :