A la Une

Le droit de poursuite existant au niveau international, toutes les options sont ouvertes pour le Venezuela

Les [militants de l’opposition – MIRASTNEWS] Vénézuéliens entourent le premier camion d’aide humanitaire du gouvernement brésilien alors qu’il arrive à Pacaraima, au Brésil, samedi. | AP

[L’apprenti putschiste – MIRASTNEWS] Juan Guaido, du Venezuela, affirme que toutes les options sont ouvertes après que les troupes de Maduro aient bloqué l’aide et laissé deux morts

URENA, VENEZUELA / CUCUTA COLOMBIE – Des troupes fidèles au président Nicolas Maduro ont violemment refoulé des convois d’aide étrangère de la frontière vénézuélienne, tuant deux manifestants et incitant le chef de l’opposition Juan Guaido à proposer que Washington envisage «toutes les options» pour le renverser.

Des camions chargés de nourriture et de médicaments des Etats-Unis d’Amérique sont rentrés dans des entrepôts en Colombie après que des partisans de l’opposition n’aient pas réussi à percer des rangées de soldats qui les ont dispersés avec des gaz lacrymogènes et des obus en caoutchouc, blessant des dizaines de personnes. Selon des témoins, des hommes masqués en civil ont également tiré sur les manifestants avec des balles réelles.

«Les événements d’aujourd’hui m’obligent à prendre une décision: proposer formellement à la communauté internationale que toutes les options soient offertes pour garantir la liberté de notre pays», a déclaré Guaido sur Twitter. [C’est une occasion en or pour que les vrais amis du Venezuela interviennent également rapidement dans la crise pour protéger ce pays de la prédation étrangèreMIRASTNEWS].

Les Etats-Unis d’Amérique sont le principal soutien étranger de Guaido. Ils ont invoqué la constitution du Venezuela pour assumer la présidence intérimaire [fictiveMIRASTNEWS] le mois dernier et sont maintenant reconnus par la plupart des pays occidentaux comme leur chef légitime [hors élection, sans l’aval de la majorité du peupleMIRASTNEWS].

Dans le passé, le président Donald Trump a déclaré qu’une intervention militaire au Venezuela était «une option», bien que Guaido n’ait pas fait référence à cela samedi. [Ce serait une occasion pour l’armée bolivarienne soutenue par ses vrais alliés d’exercer le droit de poursuiteMIRASTNEWS].

Guaido avait fait un envoi personnel à un convoi transportant de l’aide de la ville colombienne de Cucuta samedi.

L’opposition avait espéré que les soldats vénézuéliens hésiteraient à renvoyer des fournitures dont ils avaient désespérément besoin dans le pays, où un nombre croissant de ses 30 millions d’habitants souffrent de malnutrition et de maladies pouvant être traitées. [Or cette même opposition a permis aux Etats-Unis d’Amérique de s’emparer de dizaines de milliards de dollars appartenant à l’Etat et au peuple vénézuéliens. Des sommes énormes qui auraient pu servir à redresser l’économie qui finalement seront utilisées à l’achat d’armes et autres instruments et équipements de guerre coûteux à l’industrie d’armement des Etats-Unis d’AmériqueMIRASTNEWS].

Selon les autorités colombiennes, alors qu’une soixantaine de membres des forces de sécurité ont fait défection samedi [faire attention sur les chiffres avancés, il y a des fake news relevant de la guerre psychologique, car le nombre serait selon d’autres sources en dessous de 10 actuellement MIRASTNEWS], les lignes des soldats de la Garde nationale aux passages frontaliers sont restées fermes, tirant des gaz lacrymogènes sur les convois.

Au poste frontière d’Urena, deux camions d’aide ont pris feu, envoyant des panaches de fumée noire dans les airs alors que la foule courait pour tenter de sauver les cartons de fournitures, a déclaré un témoin.

Guaido a déclaré qu’il continuerait d’exiger que Maduro laisse l’aide entrer et chercherait d’autres voies. Il a indiqué qu’il participerait lundi à Bogota à une réunion du groupe régional des nations de Lima avec le vice-président des Etats-Unis d’Amérique Mike Pence, au cours de laquelle ils décideraient de prendre davantage de mesures pour renforcer la pression sur Maduro.

« Le monde a vu aujourd’hui, en quelques minutes et en quelques heures, le pire visage de la dictature vénézuélienne », a déclaré Guaido lors d’une conférence de presse précédente en Colombie, aux côtés du président colombien Ivan Duque.

Irrité par le soutien de Duque à Guaido, Maduro a déclaré qu’il rompait les relations diplomatiques avec Bogota et avait donné à son personnel diplomatique 24 heures pour quitter le pays.

Maduro nie que son pays riche en pétrole n’ait besoin d’aide et accuse Guaido d’être une marionnette du coup d’Etat exécuté pour le compte du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump. Washington a averti qu’il pourrait chercher à imposer de nouvelles sanctions sévères au Venezuela lors du sommet de lundi si Maduro bloquait les envois d’aide.

«Que pense le peuple vénézuélien des menaces de Donald Trump? Enlevez vos mains du Venezuela. Les Yankees rentrez chez vous», a déclaré Maduro à un rassemblement de partisans en chemise rouge agitant le drapeau dans la capitale, Caracas. « Ils nous envoient de la nourriture avariée, merci! »

Le conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, a déclaré sur Twitter que les pays toujours favorables à Maduro « devraient prendre note de ce qu’ils endossent », dans un blâme à peine voilé adressé à la Chine et à la Russie.

Dans les villes frontalières vénézuéliennes de San Antonio et Urena, les troupes ont tiré sur des partisans de l’opposition, dont des législateurs, qui se dirigeaient vers la frontière en brandissant des drapeaux vénézuéliens et en scandant «Liberté».

Les images télévisées de Reuters à San Antonio montraient une douzaine d’hommes en moto, vêtus de noir et portant des cagoules, tirant avec des fusils de chasse et des pistolets sur une foule. [D’autres sources indiquent qu’ils s’agissaient de militants de l’opposition en provenance de Colombie, incités par les militaires colombiens qui usaient de toutes sortes de violenceMIRASTNEWS].

Des manifestants à Urena ont barricadé les rues avec des pneus en feu, mis le feu à un autobus et jeté des pierres sur les troupes pour exiger que Maduro autorise l’aide dans un pays ravagé par un effondrement ayant réduit de moitié la taille de l’économie en cinq ans. [Les bEtats-Unis d’Amérique et les membres de l’opposition ayant usé de tous les stratagèmes pour mettre à genou l’économie du Venezuela, notamment par les sanctions antiéconomiques, la manipulation du taux de change de la monnaie et de la hausse des prix des produits de première nécessité en organisant artificiellement des pénuries, en exécutant des tentatives de coup d’Etat et de la violence perpétuelle, depuis la période de Hugo Chavez jusqu’à celle de Nicolas MaduroMIRASTNEWS].

« Ils ont commencé à tirer à bout portant, comme si nous étions des criminels », a déclaré Vladimir Gomez, un commerçant de 27 ans, vêtu d’une chemise blanche tachée de sang. [Les coups pouvaient aussi provenir de groupes manipulés par l’opposition et ses alliés afin de faire porter le chapeau au gouvernement légal du pays, comme cela s’est vu en 2014 avec le Maïdan en UkraineMIRASTNEWS].

Au moins six d’une douzaine de camions qui tentaient d’atteindre le Venezuela sont ensuite sont retournés à Cucuta, où l’agence de gestion des catastrophes de la Colombie a annoncé qu’ils seraient déchargés et l’aide stockée jusqu’à ce que Guaido en demande à nouveau l’utilisation.

Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, a déclaré avoir ordonné à un navire portoricain transportant de l’aide humanitaire de faire demi-tour après qu’un navire de la marine vénézuélienne eut menacé d’ouvrir le feu.

« C’est inacceptable et honteux », a déclaré Rossello dans un communiqué. « Nous avons également informé nos partenaires du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique de ce grave incident. »

Un témoin a déclaré que deux camions d’aide ont traversé la frontière brésilienne mais pas le poste de contrôle des douanes vénézuélien.

Dans la ville de Santa Elena de Uairen, dans le sud du pays, au moins deux personnes ont été tuées lors d’affrontements avec les forces de sécurité, selon un médecin de l’hôpital où elles ont été soignées. Vendredi, un couple marié d’une communauté autochtone voisine a été abattu par les forces de sécurité.

Penal Forum, un groupe de défense des droits, a déclaré avoir enregistré 29 blessés par balle et deux morts à travers le Venezuela lors d’affrontements avec les troupes samedi. Les autorités colombiennes ont déclaré avoir enregistré 285 personnes blessées, dont des personnes atteintes par le gaz lacrymogène.

«Je suis une femme au foyer et je me bats ici pour ma famille, mes enfants et mes parents, en résistant au gaz lacrymogène de l’armée», a déclaré la manifestante de l’opposition Sobeida Monsalve, 42 ans, à Urena.

Guaido avait exhorté les forces armées du Venezuela à se tenir à l’écart et à autoriser l’aide, promettant une amnistie aux officiers qui désavouaient Maduro. Des dizaines de soldats, dont les familles souffrent des mêmes pénuries que les autres Vénézuéliens, ont accepté son offre.

« Vous ne devez obéissance à personne qui célèbre sadiquement que l’aide humanitaire n’entre pas dans un pays qui en a besoin », a déclaré Guaido. [Après que les Etats-Unis d’Amérique et les leaders de l’opposition se soient emparés de dizaines de milliards de dollars du pays et des vénézuéliensMIRASTNEWS].

Une vidéo sur les réseaux sociaux a montré des soldats qui abandonnaient leur poste en traversant un pont reliant le Venezuela et la Colombie dans des véhicules blindés, renversant des barricades en métal, puis sautant hors des véhicules et se précipitant du côté colombien. [Il s’agit des chevaux de Troie introduits dans l’Armée bolivarienne par l’opposition qui se sentaient en danger, étant donné que la plus grande majorité des troupes sont restées légalistes et sont prêtes à protéger l’indépendance et la souveraineté du pays contre la ruse et la violence des prédateursMIRASTNEWS].

«Ce que nous avons fait aujourd’hui, nous l’avons fait pour nos familles, pour le peuple vénézuélien», a déclaré l’un des auteurs de transfuges dans une vidéo télévisée diffusée par un programme d’informations colombien.

Le Parti socialiste au pouvoir au Venezuela qualifie ‘l’aide humanitaire’ de Guaido d’invasion voilée soutenue par Washington et insiste sur le fait que les États-Unis d’Amérique devraient plutôt aider le Venezuela en levant les sanctions paralysantes imposées dans les secteurs financier et pétrolier.

Samedi, Maduro a soulevé sa colère contre la Colombie et a déclaré que Duque laissait son territoire être utilisé pour des attaques contre le Venezuela.

«C’est pour cette raison que j’ai décidé de rompre toute relation politique et diplomatique avec le gouvernement fasciste colombien», a-t-il déclaré à ses partisans.

Des milliers de manifestants vêtus de blanc se sont rassemblés devant une base militaire à Caracas pour demander aux forces armées d’autoriser l’aide. [Pourquoi ne vont-ils pas demander aux Etats-Unis d’Amérique, à la Colombie, au Brésil et autres pays prédateurs de libérer les fonds immenses retenus appartenant au Venezuela et de lever leurs sanctions politiques ?MIRASTNEWS].

« C’est la plus grande bataille que les forces armées puissent remporter », a déclaré Sheyla Salas, 48 ​​ans, qui travaille dans la publicité. « S’il vous plaît, joignez-vous à cette lutte, placez-vous du bon côté de l’histoire, permettez à ‘l’aide humanitaire’ d’entrer. » [L’aide humanitaire est notamment livrée à un pays qui ne possède pas de ressources, pas à un pays pillé par ceux là-même qui ‘offrent’ des miettes d’aides piégées et continuent de convoiter les ressources du paysMIRASTNEWS].

Traduction, Titre 1 et commentaires : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The Japan Times

Maduro promet de défendre le Venezuela étant donné que des pays soutiennent

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, s’exprimant lors d’une marche progouvernementale à Caracas, le 23 février 2019. Maduro a déclaré samedi qu’il serait « dur et debout, gouvernant ce pays aujourd’hui et pendant de nombreuses années, faisant face au destin, avec les rênes sous la main ». (YURI CORTEZ / AFP)

CARACAS / PEKIN – Le président vénézuélien Nicolas Maduro a promis de consacrer sa vie « à la défense du pays », alors que des pays comme Cuba et la Bolivie ont réaffirmé leur soutien au gouvernement vénézuélien.

Samedi, un mois après que le chef de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido se soit autoproclamé « président par intérim », Maduro a déclaré devant des dizaines de milliers de Vénézuéliens du centre de Caracas qu’il était « plus difficile que jamais » de continuer à tenir les rênes du pays.

Il a dit qu’il serait « dur et debout, gouvernant notre pays maintenant et pendant de nombreuses années, faisant face au destin, avec les rênes sous la main ».

Il a également déclaré qu’il ne reculerait pas et qu’il défendrait le pays de toute attaque de sa vie, si nécessaire.

« Ma vie est consacrée à la défense du pays, peu importe les circonstances, je ne baisserai jamais les bras », a déclaré Maduro.

LIRE PLUS: Le Venezuela ordonne la fermeture partielle de la frontière avec la Colombie

Le même jour, le président cubain Miguel Diaz-Canel a réaffirmé le soutien de son pays au parti au pouvoir au Venezuela, affirmant que le Venezuela n’était « pas le seul ».

Le Parti communiste cubain a appelé à la mobilisation internationale pour empêcher une guerre au Venezuela, dénonçant dans un communiqué « l’escalade des pressions et des actions des États-Unis d’Amérique ».

En Bolivie, le président Evo Morales a également averti que toute intervention au Venezuela « n’engendrerait que la guerre ».

A LIRE AUSSI: Les sanctions des Etats-Unis d’Amérique augmentent la pression sur le Vénézuélien Maduro

23 février 2019. Affrontements entre manifestants et la garde nationale bolivarienne à Urena, au Venezuela, près de la frontière colombienne. (RODRIGO ABD / AP)

« Nos frères d’Amérique latine ne peuvent pas être complices d’une intervention militaire. Défendre le Venezuela, c’est défendre la souveraineté de l’Amérique latine », a tweeté Morales.

Leurs remarques ont été faites au milieu d’une impasse sur l’aide dans laquelle les États-Unis d’Amérique et d’autres pays de la région, en coordination avec l’opposition vénézuélienne, ont annoncé un plan visant à acheminer de l’aide humanitaire au Venezuela, ce qui a été rejeté par le gouvernement vénézuélien, craignant que cela puisse être le premier pas vers une invasion étrangère.

Maduro a annoncé la rupture des relations avec la Colombie samedi, demandant au personnel de son ambassade de « partir dans les 24 heures ».

Trois ponts constituent les principaux passages frontaliers entre le Venezuela et la Colombie qui avaient été fermés la veille.

Le Venezuela a également bouclé la frontière avec le Brésil et suspendu les communications aériennes et maritimes avec les îles voisines d’Aruba, Bonaire et Curaçao.

Dans le même temps, un haut responsable des Etats-Unis d’Amérique a déclaré que les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés pourraient renforcer les sanctions imposées au Venezuela si l’aide n’était pas autorisée à passer.

La Maison Blanche a annoncé jeudi que le vice-président des Etats-Unis d’Amérique Mike Pence se rendrait en Colombie au nom du président Donald Trump lundi pour exprimer son soutien à Guaido.

Des soldats de la Garde nationale bolivarienne dressent une barricade bloquant l’accès au pont international Francisco De Paula Santander situé à Urena (Venezuela), à la frontière avec la Colombie, le 23 février 2019. (FERNANDO LLANO / AP)

Pence assistera à une réunion du groupe de Lima en Colombie où les membres discuteront de la situation au Venezuela. Le groupe de Lima, composé de 13 pays d’Amérique latine et du Canada, est un organisme multilatéral créé en août 2017 pour se concentrer sur la situation du Venezuela.

Certains membres du groupe ont reconnu Guaido comme le président par intérim du pays. Le chef de l’opposition s’est autoproclamé « président par intérim » le 23 janvier et a été immédiatement reconnu par Washington.

En réponse, Maduro a annoncé qu’il rompait ses relations diplomatiques et politiques avec les États-Unis d’Amérique, ordonnant à tout le personnel diplomatique et consulaire des Etats-Unis d’Amérique de quitter le Venezuela.

Maduro a accusé Washington d’avoir orchestré un coup d’État afin d’installer un régime fantoche au Venezuela.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : China Daily

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :