A la Une

Les prédateurs et gangs états-uniens en action: «C’est une bataille rangée» : Romain Migus, depuis la frontière vénézuélienne (VIDEO)

© Edgard Garrido Source: Reuters
Un manifestant au visage camouflé, le 23 février 2019, du côté colombien du pont frontalier Simon Bolivar (image d’illustration).

Les vrais amis du Venezuela doivent aider dès le départ à mettre en échec ce complot d’un autre âge

Malgré le refus de Caracas de recevoir une ‘aide humanitaire’ américaine, des camions ont tenté de franchir la frontière, se heurtant à l’armée vénézuélienne. Le journaliste Romain Migus se trouve actuellement aux abords du pont Simon Bolivar.

«Je souffle, je viens de courir, il y a eu une alerte juste avant que vous m’interrogiez», explique le journaliste Romain Migus ce 24 février depuis la frontière vénézuélienne où, la veille, des camions ont tenté de forcer le passage pour acheminer au Venezuela de l’aide humanitaire. Réclamée par le chef de l’opposition Juan Guaido, celle-ci a été envoyée principalement par les Etats-Unis.

«C’est une bataille rangée pour le contrôle du pont Simon Bolivar, qui est le pont frontalier entre la Colombie et le Venezuela», décrit le journaliste.

Du côté colombien, Romain Migus évoque «une masse de manifestants» et témoigne de la présence de «groupes de choc de l’opposition», dont il affirme qu’il sont à l’origine de jets de projectiles tels que des pierres, des cocktails molotov et «parfois aussi de coups de feu».

Côté vénézuélien, la garde nationale, «l’équivalent de notre gendarmerie» précise-t-il, est positionnée «pour éviter n’importe quel passage par la force». Romain Migus ajoute par ailleurs qu’«un grand nombre de militants chavistes ont répondu à une convocation pour sauver leur patrie».

Dans une vidéo de six minutes, malheureusement saccadée du fait d’une connexion limitée, le journaliste énumère plusieurs éléments de contexte sur la situation en cours.

Lire aussi : Venezuela : Washington annonce vouloir «passer aux actes» contre «les gangs armés» de Maduro

Source: RT – France

Le Brésil exhorte la communauté internationale à rejoindre « l’effort de libération » du Venezuela – Rapports

Les autorités du Brésil complices du vol des dizaines de milliards de dollars des Vénézueliens et lorgnent encore les ressources restantes

© AFP 2018/ Nelson Almeida

Le 23 février, un convoi d’aide humanitaire a tenté d’entrer au Venezuela en provenance du territoire brésilien, mais a été arrêté à un poste de contrôle des douanes. Auparavant, le président vénézuélien, Nicolas Maduro, avait qualifié la livraison ‘d’aide’ des Etats-Unis d’Amérique de prétexte pour « détruire l’indépendance et la souveraineté » de l’État.

Le Brésil a exhorté la communauté internationale à se joindre à ses « efforts de libération » pour le Venezuela dans le cadre d’une tentative récente d’acheminement de l’aide humanitaire dans le pays, a rapporté l’agence Reuters. Le Brésil a condamné les efforts de Maduro pour empêcher l’aide humanitaire d’entrer au Venezuela, qualifiant cela d’acte « criminel ».

Le colonel de l’armée brésilienne George Feres Kanaan a déclaré dans une interview à Reuters que deux soldats de la Garde nationale vénézuélienne avaient déserté pour le Brésil le 24 février.

Dans le même temps, le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique Mike Pompeo a exprimé son opinion dans une interview avec CNN selon laquelle « les jours sont comptés » de Nicolas Maduro.

« Les prévisions sont difficiles. Choisir le nombre exact de jours est difficile. Je suis convaincu que le peuple vénézuélien veillera à ce que les jours de Maduro soient comptés », a-t-il déclaré.

Le secrétaire d’État a également critiqué Maduro pour avoir bloqué l’aide humanitaire, qualifiant le président vénézuélien de « tyran malade ». Il a réitéré la position des Etats-Unis d’Amérique sur une éventuelle intervention militaire, notant que toutes les options sont sur la table.

Deux convois transportant des ‘secours humanitaires’ des Etats-Unis d’Amérique du Brésil et de la Colombie ont tenté d’entrer sur le territoire vénézuélien, mais ont été arrêtés par les forces de Caracas le 23 février. Auparavant, le président vénézuélien, Nicolas Maduro, avait critiqué le projet de livraison de ‘l’aide’, le qualifiant de prétexte pour une tentative des Etats-Unis d’Amérique de « détruire l’indépendance et la souveraineté » du pays, en ordonnant la fermeture des frontières du pays.

LIRE PLUS: Maduro: L’indépendance du Venezuela en train d’être détruite sous le manteau de l’aide humanitaire

Le président vénézuélien a également accusé Washington d’avoir inventé la crise humanitaire au cours des quatre dernières années afin de justifier une intervention sous le prétexte d’une ‘aide’. Il a ajouté que le pays résout bien les difficultés auxquelles il est confronté, notant que, malgré les tentatives des Etats-Unis d’Amérique pour fermer les marchés pétroliers étrangers au pétrole brut vénézuélien, il reste encore beaucoup à faire.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Nouvelle tentative d’acheminement de l’aide des Etats-Unis d’Amérique au Venezuela via le pont Simon Bolivar (VIDEO)

© AP Photo / Ariana Cubillos

Les autorités des Etats-Unis d’Amérique construisent un mur de ‘Berlin’ anti-immigrant à la frontière avec le Mexique et donnent des leçons au reste du monde

‘L’aide humanitaire’ des États-Unis d’Amérique, apportée par des avions militaires, a été stockée dans la ville frontalière de Cucuta, en Colombie, et devrait être acheminée de l’autre côté de la frontière par des volontaires vénézuéliens [manipulés par Washington et ses alliésMIRASTNEWS].

Le président colombien Ivan Marquez, le président chilien Sebastian Pinera et leur homologue paraguayen Mario Abdo Benitez devraient rencontrer le leader de l’opposition vénézuélienne et président autoproclamé Juan Guaido dans le cadre d’une nouvelle tentative d’acheminement de ‘l’aide humanitaire’ au Venezuela par le pont Simon Bolivar en Cucuta.

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, s’est fermement opposé à la distribution de l’aide des Etats-Unis d’Amérique, qu’elle qualifie de complot à partir de Washington visant à dissimuler une intervention dans ce pays d’Amérique latine.

Suivez le flux en direct de Sputnik pour en savoir plus.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

La tentative infructueuse de fournir une ‘aide humanitaire’ au Venezuela « est une victoire pour Maduro »

© REUTERS / Marco Bello

La tentative infructueuse d’acheminement du fret humanitaire au Venezuela a été une victoire du président Nicolas Maduro. À son tour, le président de l’Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaido, s’est lui-même discrédité, selon l’expert de l’Académie de l’économie et de l’administration publique de Russie, Alexander Chichin.

L’opposition vénézuélienne a annoncé que des cargaisons de denrées alimentaires et de médicaments donnés par les Etats-Unis d’Amérique et d’autres pays, qualifiées par Maduro de « miettes » et de « spectacle pour justifier une intervention dans le pays », entreraient à la frontière.

Le 23 février, lors de la remise de dons, des situations irrégulières ont été signalées sur les ponts Francisco de Paula Santander et Simon Bolívar, qui bordent la Colombie.

Des camions colombiens ont été incendiés et des centaines de personnes ont été blessées à la suite des affrontements dans la région frontalière.

« Maduro a radicalement changé la donne car la caravane humanitaire de Guaido ne pouvait rien faire de plus, il ne comprend même plus comment il va revenir de Colombie, car Caracas a rompu ses relations diplomatiques avec ce pays », a expliqué Sputnik Alexandr Chichin.

Sur le sujet: Guaido jusqu’à la Colombie malgré l’interdiction de quitter le pays

L’expert a noté que Maduro avait triomphé et que « la tentative des États-Unis d’Amérique d’écraser le Venezuela » était confrontée à une crise.

L’interlocuteur de l’agence a ajouté que Guaido « n’a aucune chance, car il n’a pas reçu de soutien des Vénézuéliens eux-mêmes ». À cet égard, l’expert a évoqué le concert Venezuela Aid Live, organisé à proximité du pont international de Tienditas.

« En réalité, dans la partie colombienne, des dizaines de milliers de personnes n’y ont pas assisté, mais tout au plus 20 000 personnes », a déclaré le spécialiste.

Chichin a déclaré que l’approvisionnement en aide humanitaire aurait pu être une opération dévastatrice pour Maduro. Cependant, le peuple vénézuélien n’ayant pas soutenu l’initiative, elle peut maintenant être considérée comme un échec.

Plus ici: La CIDH condamne la violence aux frontières du Venezuela

En examinant les perspectives de résolution du problème vénézuélien, l’expert a noté que certains pays de la région, par exemple le Mexique, pourraient jouer le rôle de médiateur et aider à résoudre la crise.

Dans le même temps, l’analyste a reconnu que la situation devait être rassurée, car le ‘convoi humanitaire’ lui-même reste toujours dans la zone frontalière.

Le 23 janvier, deux jours après l’annulation de sa nomination par la Cour suprême, Guaido s’est autoproclamé « président en charge » du Venezuela, invoquant un article constitutionnel prévoyant ce cas de figure.

Le président Nicolas Maduro, qui a pris son second mandat le 10 janvier après les élections boycottées par l’opposition, a qualifié la déclaration de Guaido de tentative de coup d’État et a accusé les États-Unis d’Amérique de l’avoir orchestrée.

Lire plus: la Colombie ferme sa frontière avec le Venezuela pendant 48 heures

Guaido a été immédiatement reconnu par les États-Unis d’Amérique, auxquels quelque 50 pays ont adhéré. La Russie, la Chine, Cuba, la Bolivie, l’Iran et la Turquie, entre autres pays, continuent d’appuyer le gouvernement de Maduro.

Le Mexique et l’Uruguay ont refusé de reconnaître Guaido, se sont déclarés neutres et ont proposé un dialogue entre les parties pour surmonter la crise.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Que se passe-t-il à la frontière entre le Venezuela et la Colombie?

© AP Photo / Rodrigo Abd

Le pont Simon Bolívar à Cúcuta monopolise tous les regards au milieu de la situation tendue à la frontière entre le Venezuela et la Colombie.

‘L’aide’ apportée par des avions militaires états-uniens a été stockée dans la ville frontalière de Cúcuta.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a déclaré que cette aide n’était qu’un complot des États-Unis d’Amérique visant à dissimuler une intervention au Venezuela.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :