A la Une

«Déconcertant»: le décès de civils dans la guerre en Afghanistan à Washington, à son plus haut niveau en neuf ans

© REUTERS / Omar Sobhani

Selon de nouvelles données, plus de civils ont été tués en 2018 que pendant les neuf années précédentes de la guerre de 18 ans des Etats-Unis d’Amérique en Afghanistan.

Un plus grand nombre de non-combattants en Afghanistan ont été tués en 2018 que pendant chacune des neuf années précédentes de la guerre des Etats-Unis d’Amérique en cours dans le pays, selon un nouveau rapport des Nations Unies publié dimanche.

Beaucoup ont noté que les récents pourparlers de paix entre les représentants des Taliban et des responsables états-uniens pourraient voir un retrait du Pentagone, mais d’autres craignent que, après le départ de l’Amérique du Moyen-Orient, un bain de sang et une guerre civile se produisent.

Le rapport récemment publié par la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) suggère que l’augmentation du nombre d’attentats-suicides, parallèlement aux attaques aériennes simultanées contre des tribus armées en dehors des centres urbains par les forces des Etats-Unis d’Amérique, a été à l’origine de cette augmentation.

Les données annuelles de la MANUA font état de 10 993 civils tués ou blessés en 2018, ce qui représente le plus grand nombre de victimes depuis le début du processus de documentation par la section des Nations Unies en 2009.

« Au total, la MANUA a enregistré 10 993 victimes civiles (3 804 morts et 7 189 blessés), soit une augmentation de 5% du nombre total de victimes civiles et de 11% du nombre de morts civiles par rapport à 2017 », selon le rapport cité par Xinhuanet. com.

« Les principaux facteurs ayant contribué à l’augmentation significative du nombre de victimes civiles sont la montée en flèche des attaques suicides commises par les AGE [éléments antigouvernementaux], principalement Daesh / ISKP [province de l’Etat islamique de Khorosan], ainsi que les dommages causés aux civils par des opérations aériennes et de fouille menées par forces progouvernementales », note le rapport de la MANUA.

« En 2018, on a enregistré le plus grand nombre de victimes civiles jamais enregistrées [depuis le début de l’étude en cours 2009] d’attaques-suicides et d’opérations aériennes », indique le rapport.

Comme indiqué par la MANUA, environ 63% des victimes civiles sont le résultat de fondamentalistes religieux islamiques, islamistes, réparties à 37% entre les talibans, 20% aux mains de Daesh et 6% de diverses cabales armées.

Près du quart des victimes civiles ont été imputées au gouvernement afghan soutenu par les États-Unis d’Amérique et à ses alliés de l’OTAN.

Au cours des dix dernières années, selon le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afghanistan, Tadamichi Yamamoto, plus de 32 000 civils ont perdu la vie et 60 000 autres ont été blessés au cours de la plus longue guerre menée par les Etats-Unis d’Amérique.

« Les conclusions du rapport, qui ont fait l’objet de recherches rigoureuses, montrent que l’ampleur des torts et des souffrances infligés aux civils en Afghanistan est extrêmement troublante et tout à fait inacceptable », a déclaré Yamamoto, cité par Apnews.com.

« Toutes les parties doivent prendre des mesures concrètes immédiates et supplémentaires pour empêcher une nouvelle escalade du nombre de civils blessés et de vies détruites », a-t-il ajouté.

Tandis que les représentants des Etats-Unis d’Amérique et des Talibans ont engagé des pourparlers provisoires, le gouvernement central de l’Afghanistan dirigé par Washington à Kaboul a été remarquablement absent.

L’administration du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump avait déjà annoncé la possibilité d’un retrait des troupes états-uniennes d’Afghanistan. Les experts diplomatiques ont averti qu’un retrait rapide des Etats-Unis d’Amérique créerait les bases d’une violence accrue entre plusieurs groupes armés cherchant à s’approprier le contrôle de ce pays riche en ressources.

« Je crains que les plans de retrait ne soient précipités », a déclaré l’ancien secrétaire général de l’OTAN, Jaap de Hoop Scheffer, ajoutant que « si les Etats-Unis d’Amérique y donnent leur accord, ce sera une nouvelle tragédie pour les Afghans », cité par Deutsche Welle.

« Mais permettez-moi de préciser que personne n’est intéressé par une présence militaire permanente en Afghanistan, alors cela se produira un jour », a déclaré Scheffer.

Vous aimez cet article? Partagez-le avec un ami!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :