A la Une

Le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique ment sur des camions d’aide « incendiés » par le Maduro du Venezuela, EXPOSÉ

© AFP 2018 / Raul ARBOLEDA

L’administration Trump a accusé le gouvernement de Nicolas Maduro d’avoir incendié un camion avec une aide humanitaire au milieu d’une crise civile au Venezuela en février. Le département d’Etat a ensuite diffusé une vidéo de l’incident, et le récit a été immédiatement repris par les Médias mainstream (MMS, MSM en anglais).

Le New York Times, qui a obtenu des séquences inédites et des clips précédemment publiés, a mis en lumière le manque de cohérence dans les reportages sur les camions en flammes avec une aide humanitaire filmée à la frontière entre le Venezuela et la Colombie le 23 février.

LIRE PLUS: Le ministre allemand révèle la raison pour laquelle Guaido n’a pas été arrêté à son retour au Venezuela

Alors que la majorité des médias mainstream ont avancé le récit officiel selon lequel le convoi avait été incendié sur l’ordre du président Nicolas Maduro, la vidéo présentée par le New York Times semblait en fait montrer un manifestant de l’opposition lançant quelque chose qui ressemble à un cocktail Molotov lors du convoi, qui était probablement le déclencheur de l’incendie.

Selon le journal, le même manifestant peut être vu 20 minutes plus tôt dans une vidéo différente, jetant un dispositif incendiaire sur un autre camion sans l’incendier.

Le NYT a publié un article et une vidéo détaillée deux semaines après l’incident, prouvant que toute cette histoire était un mensonge compliqué, mais le média n’a pas été le premier à réfuter les affirmations des États-Unis d’Amérique et de la Colombie selon lesquelles Maduro était derrière l’incendie.

Le 24 février, le jour où l’article a fait la une du monde, plusieurs journalistes indépendants ont souligné qu’il s’agissait de fausses informations.

    Le mensonge de @marcorubio est démenti: cette vidéo montre un manifestant de l’opposition jetant un cocktail Molotov sur le camion d’aide humanitaire sur le pont Francisco de Paula Santander reliant le Venezuela et la Colombie. pic.twitter.com/4IgTt2u4pJ

    – Dan Cohen (@ dancohen3000) 24 février 2019

    @tictoc Ici, moment exact du lancement des cocktails Molotov par les groupes d’opposition avant de franchir la ligne des gardes vénézuéliens. Cela se voit lorsqu’ils tombent sur les camions. pic.twitter.com/K1tOZrmS3f via @graffitiborrao

    – Kultur (@fundacionkultur) 24 février 2019

    Un autre faux drapeau à la frontière avec la Colombie. Un « journaliste » de @NTN24ve (chaîne de télévision réputée pour ses fausses informations) a déclaré qu’un camion avait pris feu parce que la police vénézuélienne avait lancé du gaz lacrymogène. Faites-moi savoir si vous avez vu des gaz lacrymogènes brûler un camion avant #Venezuela #HandsOfVenezuela pic.twitter.com/P5uRWEBgCd

    – taseenb (@taseenb) 23 février 2019

    Selon le journaliste vénézuélien @YepfriArguello, des molotov lancés par des partisans de l’opposition seraient à l’origine de l’incendie du pont de Santander, du côté colombien. #Venezuela #HandsOffVenezuela https://t.co/Azr4QWoms4

    – taseenb (@taseenb) 23 février 2019

Le journaliste états-unien Max Blumenthal a écrit pour le site Grayzone un article dans lequel il notait que « la plainte était absurde à première vue ».

    Je n’ai vu aucune force gouvernementale vénézuélienne mettre le feu à des camions d’aide des Etats-Unis d’Amérique du côté colombien de la frontière. Et toi non plus. En fait, les preuves à ce jour vont dans la direction opposée. https://t.co/AVBPYtFMiR

    – Max Blumenthal (@MaxBlumenthal) 24 février 2019

    Cette vidéo trouvée par @graffitiborrao semble montrer le moment où un guarimbero de l’opposition jette un cocktail Molotov sur un camion chargé d’aide des Etats-Unis d’Amérique: pic.twitter.com/Z4Bg6dL4BR

    – Max Blumenthal (@MaxBlumenthal) 24 février 2019

Le fait que le NYT ait dissipé le mythe mis de l’avant par le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique et un certain nombre de médias a suscité de nombreux éloges de la part de ceux qui avaient proposé la version initiale.

LIRE AUSSI: La guerre d’infiltration des États-Unis d’Amérique contre le Venezuela

Par exemple, CNN, qui a affirmé avoir été témoin de l’incident: «une équipe de CNN a vu des engins incendiaires de la police du côté vénézuélien enflammer les camions».

    NYT: Les autorités des Etats-Unis d’Amérique ont utilisé des affirmations non vérifiées concernant un camion d’aide au feu en train de brûler pour faire taire la crise au Venezuela. C’est un exemple classique de la propagation de la désinformation… d’une rumeur non confirmée aux fils d’influenceurs influents de Twitter, en passant par les médias de masse. https://t.co/LXOmCiCixl

    – Marshall Cohen (@MarshallCohen) 10 mars 2019

    Tu dois plaisanter avec ce tweet. C’est CNN – le point de vente sur lequel vous travaillez – qui a ouvert la voie à la propagation de ce mensonge dans le monde entier. CNN a affirmé avoir vu de ses propres yeux quelque chose qui ne s’était jamais passé. Il a ignoré toutes les preuves présentées il y a des semaines prouvant ce mensonge: https://t.co/HzVSTRnlvx

    – Glenn Greenwald (@ggreenwald) 10 mars 2019

Le 23 février, un camion chargé d’aide humanitaire des Etats-Unis d’Amérique a été filmé en train de brûler sur le pont Francisco de Paula Santander, qui enjambe la frontière entre le Venezuela et la Colombie. Le vice-président Mike Pence a déclaré que «le tyran de Caracas a dansé pendant que ses hommes de main brûlaient des aliments et des médicaments» se dirigeant vers les vénézuéliens.

La perseverancia restaurará la democracia y vencerá la tiranía de Maduro en Venezuela. Orden de Maduro de atacar los camiones llenos de ayuda humanitaria es inconcebible. EE.UU. continuará ofreciendo asistencia humanitaria para ayudar al pueblo de Venezuela. #EstamosUnidosVE pic.twitter.com/KKKCx8dTxp

    – USA en Español (@USAenEspanol) 28 février 2019

    Le tyran à Caracas a dansé alors que ses hommes de main assassinaient des civils et brûlaient de la nourriture et des médicaments à destination des Vénézuéliens. Samedi a été tragique pour les familles des victimes et des vénézuéliens tués et en détresse. Mais c’était juste un jour de plus dans le voyage du Venezuela de la tyrannie à la liberté. Maduro doit aller pic.twitter.com/E1GQyvIbs8

    – Vice-président Mike Pence (@VP) 25 février 2019

Le sénateur Marco Rubio a accusé le président Nicolas Maduro d’avoir commis un «crime» en incendiant le convoi, tandis que le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, avait doublé ses appels antérieurs à l’éviction de Maduro, affirmant que le président vénézuélien avait envoyé des « voyous masqués » cargaison allumée.

    Chacun des camions incendiés par Maduro transportait 20 tonnes de nourriture et de médicaments. C’est un crime et si le droit international veut tout dire, il doit en payer le prix fort. #23FAyudaHumanitaria https://t.co/IrGzrOUX09

    – Marco Rubio (@marcorubio) 23 février 2019

    Des voyous masqués, des civils tués par des balles réelles et l’incendie de camions transportant de la nourriture et des médicaments dont ils ont cruellement besoin. C’est la réponse de Maduro aux efforts pacifiques d’aide aux Vénézuéliens. Les pays qui reconnaissent encore Maduro devraient prendre note de ce qu’ils endossent.  pic.twitter.com/KlSebd2M5a

    – John Bolton (@AmbJohnBolton) 23 février 2019

L’incident s’est produit le jour où l’opposition vénézuélienne, dirigée par le président par intérim autoproclamé Juan Guaido et soutenue par les États-Unis d’Amérique, a tenté de garantir l’acheminement de l’aide humanitaire vers le pays depuis la Colombie voisine.

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a exprimé sa vive opposition au convoi, y voyant un prétexte pour l’invasion du pays par l’Amérique du Sud et a ordonné la fermeture des frontières du pays afin de suspendre les livraisons.

LIRE PLUS: Pompeo sur le black-out au Venezuela: «La politique de Maduro n’apporte que des ténèbres»

Maduro a souligné que le pays était capable de faire face à ses difficultés et que les « inquiétudes » des Etats-Unis d’Amérique sur la prétendue crise humanitaire avaient été « fabriquées par Washington au cours des quatre dernières années pour justifier une intervention dans notre pays ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :