A la Une

Le Venezuela cherche à rétablir l’énergie étant donné que la Chine offre son aide

Un homme transporte mercredi des récipients remplis d’eau dans une usine de dessalement de La Guaira, au Venezuela.

CARACAS / MARACAIBO, Venezuela – Le gouvernement du président Nicolas Maduro s’est précipité mercredi pour rétablir l’énergie dans l’ouest du Venezuela à la suite des pillages dans la deuxième ville du pays, tandis que la Chine a proposé d’aider le pays membre de l’OPEP à mettre fin à la plus grande panne de courant jamais enregistrée.

Le courant avait été rétabli dans de nombreuses régions du Venezuela après une panne de courant à l’échelle nationale la semaine dernière. Le principal terminal portuaire du pays, Jose, qui est essentiel pour les exportations de pétrole, a repris ses activités. Le gouvernement a déclaré que les gens pourraient reprendre le travail jeudi, après plusieurs jours fériés consécutifs en raison du manque d’électricité.

L’école restera suspendue pendant 24 heures supplémentaires, a déclaré le ministre de l’Information, Jorge Rodriguez, dans une émission télévisée mercredi, ajoutant que l’alimentation avait été rétablie, mais que des problèmes persistaient dans certaines zones avec des transformateurs « sabotés ».

Le parti socialiste au pouvoir a imputé cette interruption au sabotage américain, accusant le président Donald Trump d’être responsable de plusieurs cyberattaques contre le barrage principal du Venezuela.

Les approvisionnements en énergie sont restés inégaux dans l’état étouffant de Zulia, dans l’ouest du pays, où la colère après près d’une semaine sans électricité a débordé dans la violence de la rue.

Les pillards ont brisé des vitrines et se sont faits de la marchandise dans plus de 300 entreprises de l’État le long de la frontière avec la Colombie, a déclaré la branche Zulia de l’organisation commerciale Fedecamaras dans un communiqué.

«Environ 100 personnes sont entrées dans le magasin et ont pris toute la nourriture, les terminaux de point de vente», a déclaré Maria Centeno, 29 ans, propriétaire d’un magasin vendant de la nourriture et des meubles pillés dimanche. «C’étaient des gens de la communauté. La police est passée et ils m’ont dit de régler le problème moi-même.»

À la suite de la vague de pillages qui a eu lieu dimanche, de nombreuses entreprises ont vendu leur marchandise restante à bon marché par crainte de nouveaux pillages.

Empresas Polar, la plus grande entreprise alimentaire du pays, a déclaré que quatre établissements de Maracaibo, la plus grande ville du Venezuela après Caracas, avaient été pillés cette semaine. Les pilleurs fuyant avec de l’eau, des boissons non alcoolisées et des pâtes.

Le ministère de l’Information n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

À Maracaibo, autrefois connue pour ses étincelles de richesse pétrolière, les gens achetaient de la nourriture dans les quelques commerces qui restaient ouverts. Les lignes d’essence étirées pour des blocs.

«Chez moi, j’ai un kilo de riz et un kilo de lentilles», a déclaré José Navas, 53 ans, agent de sécurité. «C’est ce que je vais manger aujourd’hui. Que vais-je manger demain? C’est vraiment mauvais.»

Tir à la corde géopolitique

Le Venezuela, qui a longtemps souffert de taux de criminalité élevés et de pénurie de produits de première nécessité, a sombré dans une profonde crise politique en janvier lorsque Juan Guaido, président du congrès contrôlé par l’opposition, a invoqué la Constitution pour assumer une présidence intérimaire, arguant que l’élection n’était pas légitime.

Cette décision a placé le Venezuela au centre d’une bataille géopolitique, les Etats-Unis d’Amérique étant en tête de la plupart des pays occidentaux en reconnaissant Guaido comme chef d’État légitime, tandis que la Russie, la Chine et d’autres soutiennent Maduro.

Les États-Unis d’Amérique se préparent à retirer leurs derniers diplomates du Venezuela, ce qui n’impliquera pas l’armée des Etats-Unis d’Amérique, après que Maduro leur ait ordonné mardi de partir dans les 72 heures.

La Chine a offert mercredi de fournir une aide et un appui technique pour la restauration de l’électricité, et a soutenu l’affirmation de Maduro selon laquelle le problème résultait d’un sabotage.

Les critiques de Maduro ont insisté sur le fait que la corruption généralisée et une décennie de gestion incompétente par les autorités étatiques étaient à blâmer.

La panne d’électricité est probablement due à un problème technique lié aux lignes de transmission reliant la centrale hydroélectrique de Guri, dans le sud-est du Venezuela, au réseau électrique national, ont déclaré à Reuters d’anciens responsables de sociétés d’énergie et des ingénieurs locaux.

Malgré la reprise des expéditions en provenance de José, l’industrie pétrolière vénézuélienne est aux prises avec les sanctions imposées par les États-Unis d’Amérique à la compagnie pétrolière nationale Petroleos de Venezuela, S.A. ou PDVSA. Deux réservoirs de stockage ont explosé mercredi au projet de valorisation du pétrole brut de Petro San Felix, ont déclaré des sources.

Reuters

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Japan News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :