A la Une

«Sévères conséquences imprévues»: l’OPEP menace de tuer le schiste des Etats-Unis d’Amérique

Le drapeau des Etats-Unis d’Amérique est arboré à la raffinerie de pétrole Tesoro à Los Angeles, Californie © Reuters / Lucy Nicholson

Il suffit d’une hausse conséquente des quantités produites en coordination avec la Russie pour baisser fortement les prix !

L’OPEP est prête à produire à pleine capacité si le projet de loi NOPEC (loi sur les cartels de production et d’exportation de pétrole) est adopté à Washington, une action qui tue vraisemblablement l’industrie du schiste des Etats-Unis d’Amérique à forte intensité de trésorerie.

Le ministre du Pétrole des Emirats arabes unis, Suhail al-Mazrouei, aurait dit aux prêteurs lors de la réunion que si le projet de loi devenait une loi rendant les membres de l’OPEP responsables de la législation des Etats-Unis d’Amérique (EUA) contre les ententes, le groupe est à toutes fins pratiques un cartel, se séparerait et chaque membre augmenterait la production à son maximum.

Ce serait une répétition de ce qui s’est passé en 2013 et 2014 et ayant finalement conduit à une autre chute du prix du pétrole comme celle qui a vu le brut Brent et le WTI descendre en dessous de 30 dollars des EUA le baril. En conséquence, beaucoup de producteurs des Etats-Unis d’Amérique tributaires de la dette et axés sur le schiste tomberaient dans le piège.

La crise de l’électricité au Venezuela pourrait «remettre en cause» le marché mondial du pétrole – AIE

Les banquiers qui fournissent le financement par emprunt dont ont besoin les producteurs de schiste sont la cible naturelle des opposants au projet de loi NOPEC. Les banques ont été brûlées lors de la crise de 2014 et se remettent encore et retrouvent la confiance du secteur. Les cordes de la bourse se relâchent à mesure que le WTI s’approche des 60 dollars le baril, mais les prêteurs sont certainement conscients que c’est en grande partie le résultat de l’action de l’OPEP: l’entente réduit à nouveau la production et les effets sur les prix deviennent de plus en plus visibles.

En effet, si l’OPEP recommençait à pomper à plein régime, même sans l’Iran et le Venezuela, et que les pannes continuaient en Libye, les prix seraient soumis à une pression importante, en particulier si la Russie se joignait à elle. Après tout, ses compagnies pétrolières nationales avaient hâte de commencer à pomper davantage.

La législation NOPEC a peu de chance de devenir une loi. Les législateurs états-uniens ne tentent pas pour la première fois de rendre l’OPEP responsable du comportement de son cartel, et aucun des autres n’a abouti à une loi. Cependant, la menace pas trop subtile d’Al-Mazrouei met en évidence le point le plus faible du schiste des Etats-Unis d’Amérique: la dépendance de l’industrie vis-à-vis de l’argent emprunté.

La Russie veut atteindre le quota de production réduit de l’OPEP + d’ici la fin mars

La question a été analysée de manière approfondie par Philip Verleger, expert en énergie, dans un article sur le prix du pétrole au début de ce mois et le problème se résume à une dette trop lourde. Le schiste, comme l’a dit le directeur général de Total dans un entretien avec Bloomberg en 2018, est très capitalistique. Les retours peuvent être attrayants si vous percez et fracturez dans un endroit idéal dans le champ de schiste. Ils peuvent également être améliorés en rendant tout plus efficace, mais au final, vous aurez besoin de beaucoup d’argent pour continuer à forer et à fracturer, malgré tous les éloges sur le déclin des coûts de production dans les gisements de schiste.

Nous avions déjà souligné le fait qu’une grande partie de cet argent ne pouvait provenir avant tout que des banques: l’industrie du gaz de schiste et du pétrole de schiste a été confrontée à une crise de confiance des investisseurs après le krach de 2014, car sa seule façon de faire des affaires était de pomper des quantités toujours plus importantes de pétrole et de gaz. Les rendements des actionnaires n’étaient pas en tête de l’ordre du jour. Cela a dû changer après le crash et la plupart des plus petits joueurs – ceux qui ont survécu – ne sont pas encore complètement rétablis. L’argent gratuit reste un luxe.

Dudley, patron de BP, affirme que le schiste des Etats-Unis d’Amérique est « un marché sans cerveau »

© Reuters/Christian Hartmann

Le secteur en croissance des pétroles de schiste des Etats-Unis d’Amérique est un « marché sans cerveau », car il ne fait que réagir aux signaux du marché, contrairement à d’autres grands producteurs de pétrole brut, selon le chef du principal groupe britannique de l’énergie, BP Dudley.

«Les États-Unis d’Amérique sont probablement le seul pays qui réponde totalement aux signaux du marché, comme un marché sans cerveau. Cela répond simplement aux signaux de prix», a déclaré Dudley lors de la conférence de la Semaine internationale du pétrole à Londres, citée par Reuters.

« Contrairement à l’Arabie saoudite et à la Russie, qui ajustent leur production en réponse à la saturation ou à la pénurie de pétrole, le marché du schiste bitumineux des Etats-Unis d’Amérique dépend uniquement du prix du pétrole », a ajouté le PDG.

Un demi-milliard de dollars de pétrole homologué au large du Venezuela

Les volumes de production aux États-Unis d’Amérique ont connu une croissance hebdomadaire d’environ 100 000 barils par jour, atteignant un niveau record de 12 millions de barils par jour le 15 février. Parallèlement, les niveaux des stocks ont dépassé les prévisions des analystes, enregistrant une hausse pour la cinquième semaine consécutive et 3,7 million de barils.

Selon les experts, la production des Etats-Unis d’Amérique prolongera la croissance actuelle et est sur le point de susciter de nouvelles inquiétudes quant à l’offre excédentaire. Citigroup, basé à New York, s’attend à ce que la production de schiste aux États-Unis d’Amérique atteigne 13 millions de barils par jour d’ici la fin de l’année en cours, avec un niveau quotidien moyen oscillant autour de 12,5 millions de barils au cours de l’année.

Le secteur du pétrole de schiste des Etats-Unis d’Amérique a besoin de 40 à 60 dollars le baril de pétrole pour être rentable à la fois pour l’économie du pays et pour les sociétés productrices de brut. L’année dernière, la production de schiste a aidé les États-Unis d’Amérique à devenir le premier producteur mondial de pétrole.

Wall Street perd confiance dans le schiste

Plus tôt cette semaine, le président des États-Unis d’Amérique (EUA), Donald Trump, a encore une fois critiqué l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et son membre dirigeant, l’Arabie saoudite, pour leurs tentatives répétées de stabiliser les prix mondiaux du brut.

« OPEP, s’il vous plaît, détendez-vous et calmez-vous », a tweeté Trump lundi. “Le monde ne peut pas prendre une hausse de prix – fragile!”

Le Brent a légèrement augmenté et s’échangeait à 65,51 dollars le baril mercredi à 07h22 GMT, tandis que l’indice de référence du brut des EUA West Texas Intermediate (WTI) progressait de 40 cents à 55,90 dollars le baril.

L’industrie est consciente de cette vulnérabilité. L’American Petroleum Institute s’est opposé verbalement à NOPEC, presque autant que l’OPEP elle-même, et Bob Dudley, de BP, a déclaré cette semaine à la CERAWeek de Houston que « NOPEC pourrait avoir de graves conséquences inattendues s’il déchaînait des litiges dans le monde entier ».

«Sévères conséquences inattendues» n’est pas une expression que les banquiers aiment entendre. Il est fort probable qu’ils s’associeront à l’opposition au projet de loi pour faire tourner les roues de schiste. Entre-temps, l’industrie voudra peut-être envisager des moyens de réduire sa dépendance à l’argent emprunté, peut-être en limitant la production à un moment donné avant d’être obligée de le faire.

Cet article a été publié sur Oilprice.com

Traduction et Titre 2 : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :