A la Une

Renault et Nissan doivent rationaliser la prise de décision: Senard de Renault

Le président de Renault, Jean-Dominique Senard, assiste à une conférence de presse conjointe à Yokohama, au Japon, le 12 mars 2019. REUTERS / Kim Kyung-Hoon

Renault et Nissan doivent rationaliser la prise de décision dans l’alliance de constructeurs automobiles et renforcer les participations croisées des sociétés qui ne sont pas prévues dans leurs projets, a déclaré le président de Renault dans des commentaires publiés dimanche.

PARIS: Renault et Nissan doivent rationaliser la prise de décision dans l’alliance automobile et renforcer leur participation croisée qui n’est pas prévu dans leurs projets, a déclaré le président de Renault dans des commentaires publiés dimanche.

Les constructeurs du Japon Nissan Motor et Renault SA de France, ainsi que l’allié junior Mitsubishi Motors, ont convenu la semaine dernière de réorganiser l’alliance afin de se placer sur un pied d’égalité.

« J’ai conclu qu’il fallait considérablement simplifier nos processus de décision dans l’alliance », a déclaré le président de Renault, Jean-Dominique Senard, dans un entretien publié sur le site internet du Figaro.

« Je veux que ce soit serré et composé des personnes qui ont le pouvoir de prendre des décisions dans chaque entreprise », a-t-il ajouté.

La destitution de Carlos Ghosn, qui avait sauvé Nissan de la faillite en 1999, de la tête de l’alliance a suscité une incertitude quant à son avenir.

Senard a déclaré que l’augmentation des participations croisées n’était pas à l’étude.

« Les équipes autour de moi ne sont pas mobilisées sur ce sujet », a-t-il déclaré. « La seule fusion sur laquelle je travaille est celle de nos cultures. »

Reportage de Matthieu Protard et Leigh Thomas; édité par Gareth Jones

Reuters

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Channel News Asia

Un panel de Nissan proposera de laisser le poste de président vacant

Nissan 2

Un logo Nissan affiché au 89ème Salon international de l’automobile de Genève, à Genève, le 5 mars. © Reuters

Une liste complète de recommandations doit être publiée le 27 mars

TOKYO – Nissan Motor publiera une série de propositions de son comité de réforme de la gouvernance le 27 mars, recommandant notamment au constructeur japonais de ne pas pourvoir son poste de président vide.

La société basée à Yokohama a imputé à une concentration de pouvoir de l’ancien président Carlos Ghosn une série de scandales impliquant son indemnisation. Pour séparer la surveillance de la direction, le comité spécial chargé de la réforme de la gouvernance suggérera que le président ne dirige plus les réunions du conseil et que le rôle soit confié à un administrateur externe.

Les propositions préconisent la création de comités de nomination, de surveillance et de compensation afin d’améliorer la transparence des décisions de direction et de rémunération. Chacun sera dirigé par un administrateur externe et sera composé d’au moins trois membres.

Les administrateurs indépendants constitueront également la majorité du conseil d’administration de Nissan. Pour y parvenir, le constructeur devra doubler le nombre actuel de trois. Le comité de réforme de la gouvernance prévoit d’établir des exigences pour les administrateurs externes plutôt que de les nommer directement.

Le comité recommandera également du personnel spécialisé au comité de surveillance pour assurer une supervision adéquate, mais ne précisera pas combien de personnes devraient être embauchées. Les travailleurs empêcheront les employés de cacher des informations importantes à des auditeurs indépendants sous la pression tacite de la direction.

Un examen de la structure du capital de Nissan et de Renault ne sera toutefois pas mentionné. Bien que le comité réaffirme l’importance de l’alliance, il ne traitera pas du ratio de leurs participations croisées ni de l’Accord principal de Restated Alliance, qui régit la manière dont les constructeurs automobiles prennent les décisions de direction et les décisions commerciales.

Nissan a dévoilé mardi dernier une nouvelle structure de gestion destinée à régir l’alliance, qui comprend Mitsubishi Motors. Les propositions du comité seront adoptées lors d’une assemblée générale des actionnaires en juin, au moment où la société consolidera son organisation post-Ghosn.

Le groupe de travail sur la réforme de la gouvernance est présidé par les avocats Seiichiro Nishioka et Sadayuki Sakakibari, ancien président de Toray Industries. Le comité est composé de quatre experts externes, dont Nishioka et Sakakibara, ainsi que de trois administrateurs indépendants de Nissan, tels que l’ancien responsable du ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Masakazu Toyota, et de Jean-Baptiste Duzan, ancien retraité de Renault.

Le comité a tenu sa quatrième réunion dimanche.

MASAHISA YUZAWA et SOMA KAWAKAMI

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Nikkei ASIAN REVIEW

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :