A la Une

Maduro annonce la capture d’un présumé paramilitaire colombien et le relie à l’opposition

© Sputnik / Sergey Guneev

CARACAS – Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé avoir capturé un dirigeant de l’organisation paramilitaire colombienne Los Rastrojos, dans l’État de Carabobo (centre).

« Nous avons capturé le chef des Rastrojos dans l’Etat de Carabobo (centre) et nous fournissons des témoignages et des preuves de qui l’a embauché et amené au Venezuela (…) cet homme (Roberto) Marrero a fourni les preuves qui nous ont amenés à capturer Chef paramilitaire colombien qui est », a déclaré le chef de l’Etat lors d’un rassemblement dans l’ouest de Caracas.

Marrero, le chef du bureau du député de l’opposition, Juan Guaido, a été arrêté le 21 mars. Le ministre de la Communication, Jorge Rodríguez, l’a accusé le 23 mars de l’intégrer à une organisation terroriste.

Le président vénézuélien n’a pas précisé le nom du prétendu chef de Los Rastrojos capturé au Venezuela.

Lors de son discours, Maduro a annoncé qu’il annoncera dans les prochaines heures les nouvelles méthodes de gouvernement et « un changement profond du gouvernement bolivarien ».

Maduro a offert ces déclarations à ses partisans à Caracas, à la suite d’une déclaration faite par le ministre Jorge Rodríguez, qui a accusé le politicien de l’opposition, Leopoldo Lopez et le député Juan Guaido, d’avoir dirigé une organisation terroriste connue sous le nom d ‘« Etat-major ».

« Quel est l’objectif défini par le prétendu ‘état-major’ du groupe terroriste? Les membres de ‘l’état-major général’ qui sont: Gavilán devine qui est Gavilán, Leopoldo López (…) Carlos Vecchio (homme politique de l’opposition), Fernando Martínez (conseiller) ), Freddy Guevara (député), Juan Andrés Mejías (député), Juan Guaidó et Sergio Vergara (député), dans le seul parti qui existe, c’est la Volonté Populaire », a rapporté Jorge Rodríguez.

Leopoldo Lopez, qui a été nommé à la tête de ce groupe, est en détention depuis 2014 et, depuis 2017, sous le régime de la prison surveillée. Selon le ministre, il a communiqué par téléphone avec le reste des membres, par l’intermédiaire de son avocat, Marrero.

Lopez est le fondateur de l’organisation politique Voluntad Popular, à laquelle appartiennent le reste de ceux mentionnés par le ministre.

Le 5 janvier, le député Juan Guaido a été élu président de l’Assemblée nationale, un parlement monocaméral méprisant depuis 2016.

Le 23 janvier, deux jours après l’annulation de sa nomination par la Cour suprême, le député s’est proclamé « président en charge » du Venezuela, invoquant un article de la Constitution qui prévoit le chiffre en cas de vide, mais pas sous l’argument de « l’usurpation de la position », comme le prétend Guaido.

Le président Nicolas Maduro, qui a pris son second mandat le 10 janvier après les élections boycottées par l’opposition, a qualifié la déclaration de Guaido de tentative de coup d’État et a accusé les États-Unis d’Amérique de l’avoir orchestrée.

Plus ici: Maduro: un groupe terroriste qui cherchait à attaquer au Venezuela est financé par les États-Unis d’Amérique

Guaido a été immédiatement reconnu par les États-Unis d’Amérique, auxquels quelque 50 pays ont adhéré.

La Russie, la Chine, Cuba, la Bolivie, l’Iran et la Turquie, entre autres pays, continuent d’appuyer le gouvernement de Maduro.

Le Mexique et l’Uruguay ont refusé de reconnaître Guaido, se sont déclarés neutres et ont proposé un dialogue entre les parties pour surmonter la crise.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Syrie: une attaque de militants laisse 21 patients hospitalisés avec des symptômes d’empoisonnement – Rapports

© AP Photo / Pavel Golovkin

À la suite de bombardements par des militants dans la province syrienne de Hama, 21 personnes ont été transportées à l’hôpital d’Al-Suqaylabiyah avec des symptômes d’empoisonnement au gaz, a rapporté la télévision syrienne.

Un groupe de 21 personnes aurait été transporté à l’hôpital Al-Suqaylabiyah de Hama, souffrant d’asphyxie, probablement imputable à l’utilisation de gaz toxique par des activistes qui ont tiré plusieurs obus sur la ville, a rapporté le radiodiffuseur Ikhbariya, citant un responsable de la localité de l’hôpital.

La Syrie est en état de guerre civile depuis 2011, les forces gouvernementales combattant de nombreux groupes d’opposition ainsi que des organisations militantes et terroristes.

Les forces syriennes dans la province de Hama auraient régulièrement repoussé les attaques militantes d’Idlib, l’un des derniers fiefs des combattants anti-gouvernementaux du pays. Pour le moment, la ville fait partie d’une zone démilitarisée négociée en septembre 2018 par le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

LIRE PLUS: Des terroristes bombardent Hama en Syrie: au moins cinq civils blessés – Rapports

À ce jour, plusieurs rapports faisant état de l’utilisation d’armes chimiques en Syrie ont imputé la responsabilité d’attaques aux autorités syriennes et au groupe terroriste Daesh. Les autorités syriennes ont nié toute implication dans cet incident, affirmant que l’élimination complète du Les stocks d’armes chimiques du gouvernement syrien ont été confirmés par l’OIAC en janvier 2016.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :