A la Une

Vol de terres comme avec le Mexique, nul et non avenue : Trump reconnaît la souveraineté d’Israël sur le Golan en présence de Netanyahou

© SAUL LOEB Source: AFP
Donad Trump brandissant le décret reconnaissant la souveraineté d’Israël sur le Golan en présence de Benjamin Netanyahu.

Le réalisme s’impose, il n’y a pas d’autres choix: soit aller vers la Guerre chaude, soit accepter le fait accompli. Que feront la Syrie et ses vrais amis?

Donald Trump a signé le décret reconnaissant la souveraineté d’Israël sur le Golan, confirmant ainsi l’annonce faite par son vice-président plus tôt dans la journée à la réunion annuelle de l’American Israel Public Affairs Committee (Aipac).

Le président Trump a officialisé les annonces faites depuis plusieurs jours sur une reconnaissance imminente de la souveraineté d’Israël sur le Golan, occupé depuis 1967 par l’Etat hébreux, en signant un décret présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la Maison Blanche.

RT

@RT_com

Trump signs declaration recognizing Israel’s sovereignty over disputed

STORY: https://on.rt.com/9quv 

Lire aussi : Frappes de Tsahal sur Gaza et décret de Trump sur le Golan : situation explosive au Moyen-Orient

Cette signature, survenue à l’occasion de la visite du Premier ministre israélien aux Etats-Unis, intervient dans un contexte de campagne électorale en Israël. Benjamin Netanyahu a déclaré que son pays «ne renoncerait jamais» à la majeure partie du Golan syrien conquis par l’Etat hébreu lors de la guerre des Six Jours en 1967, avant de l’annexer en 1981. Une annexion qui n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Cette reconnaissance avait déjà été officiellement annoncée par son vice-président Mike Pence plus tôt dans la journée à la réunion annuelle de l’American Israel Public Affairs Committee (Aipac), puissant lobby pro-israélien.

ABC News

@ABC

Vice Pres. Mike Pence: « Today, for the first time in 52 years, with Prime Minister Netanyahu at his side, the president of the United States will formally recognize Israel’s sovereignty over the Golan Heights. » https://abcn.ws/2JNyar8 

«Aujourd’hui, pour la première fois en 52 ans», depuis l’occupation d’une partie de ce plateau syrien stratégique par l’Etat hébreu, «avec le Premier ministre Netanyahu à ses côtés, le président des Etats-Unis va formellement reconnaître la souveraineté d’Israël sur le Golan», avait-il déclaré.

Le 21 mars, le président américain en personne avait publié un tweet utilisant les mêmes arguments et laissant supposer que cette reconnaissance était imminente : «Après 52 ans, il est temps pour les États-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, qui revêt une importance stratégique et sécuritaire cruciale pour l’Etat d’Israël et la stabilité régionale !», écrivait-il alors.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

After 52 years it is time for the United States to fully recognize Israel’s Sovereignty over the Golan Heights, which is of critical strategic and security importance to the State of Israel and Regional Stability!

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz, avait pour sa part annoncé le 24 mars, toujours sur Twitter, que le président des Etats-Unis allait rendre cette reconnaissance officielle.

Lire aussi : Début de frappes israéliennes sur Gaza après un tir de roquette

Titre 2 et ajout au Titre 1: MIRASTNEWS

Source: RT France

Trump signe un document sur la reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur le Golan

© REUTERS / Joshua Roberts

Lors d’une cérémonie officielle à la Maison-Blanche, le Président états-unien a signé un document reconnaissant la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan dans le cadre des négociations avec le Premier ministre israélien. L’événement a été retransmis en direct sur les chaînes américaines.

Dans le cadre des négociations avec le Premier ministre israélien, Donald Trump a apposé sa signature ce lundi 25 mars sur un document qui reconnaît la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan. La cérémonie officielle au cours de laquelle cet événement a eu lieu a été retransmise en direct sur les chaînes américaines.

«Cela aurait dû se produire il y a des dizaines d’années», a déclaré le Président états-unien.

Vers «un nouveau cycle de tensions dans la région du Proche-Orient»

Le ministère russe des Affaires étrangères a commenté la reconnaissance par Donald Trump de la souveraineté d’Israël sur le Golan disant que cette décision conduirait à de nouvelles tensions au Proche-Orient.

«Monsieur Trump a signé un document correspondant à la reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur le Golan. Ce qu’on peut dire? On a déjà répété à maintes reprises, malheureusement, que cela peut provoquer – j’ai peur que beaucoup de nos déclarations et commentaires deviennent prophétiques, mais c’est ce que c’est – un nouveau cycle de tensions dans la région du Proche-Orient», a déclaré Maria Zakharova.

«La Russie ne reconnaîtra pas la souveraineté d’Israël sur le Golan, tout comme l’Onu et l’UE ne la reconnaîtront pas», a déclaré à Sputnik Vladimir Djabarov, premier vice-président de la commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

Réaction de Damas

La diplomatie syrienne a pour sa part déclaré que la décision des États-Unis faisait d’eux le principal ennemi des pays arabes et que l’Onu perdait la confiance et son statut.

«La décision des États-Unis incarne une liaison organique entre les États-Unis et Israël, ennemi de date de la communauté arabe et la décision fait des États-Unis le principal ennemi des Arabes», indique la diplomatie syrienne dans un communiqué.

La position de l’Onu reste inchangée

Le porte-parole du secrétaire général de l’Onu Stéphane Dujarric a souligné que la position de l’organisation internationale restait inchangée.

«Il est évident pour le secrétaire général que le statut du Golan n’a pas changé. La position de l’Onu sur la Syrie est reflétée dans les résolutions appropriées du Conseil de sécurité», a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

La Ligue arabe rejette pour sa part la décision de Donald Trump

«Cette déclaration des États-Unis ne change rien dans le statut des hauteurs du Golan. Le Golan est un territoire syrien occupé», a déclaré le secrétaire général de l’organisation panarabe, Ahmed Aboul Gheit.

Et d’ajouter qu’il s’agissait d’une violation du droit international qui diminue l’autorité des États-Unis aussi bien au Proche-Orient que dans le monde entier.

Le 21 mars, M.Trump s’est servi de son compte Twitter pour reconnaître la souveraineté israélienne sur la partie du Golan syrien dont Israël s’est emparée en 1967 et que l’État hébreu a depuis annexée. Ce dimanche, le ministre israélien des Affaires étrangères Yisrael Katz a déclaré que le Président américain signera un décret reconnaissant la souveraineté lundi 25 mars.

Depuis 1967, Israël occupe quelque 1.200 km2 du plateau du Golan qui appartenait à la Syrie avant la guerre des Six Jours. En 1981, le parlement israélien a adopté la Loi sur les hauteurs du Golan, proclamant unilatéralement la souveraineté de l’État hébreu sur ce territoire.

Détails à suivre

Source: Sputnik News – France

La Syrie réagit à la décision de Trump sur le plateau du Golan

CC BY-SA 2.0 / Panorama global / drapeau de la République arabe syrienne

DAMAS – La décision du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan est une agression et une violation flagrante de la souveraineté de la Syrie, a déclaré le ministère des Affaires étrangères du pays arabe.

Dans la déclaration à laquelle Sputnik a eu accès, le ministère des Affaires étrangères a décrit la démarche de Trump « une violation flagrante de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Syrie », ajoutant que cette politique d’agression des Etats-Unis d’Amérique mettait en danger la région et au monde entier.

Selon le ministère des Affaires étrangères de Syrie, une politique des Etats-Unis d’Amérique aussi agressive expose la région et le monde entier à toutes sortes de dangers et encourage des méthodes de relations internationales dépendant « de la direction du vent ».

« Le président Trump n’a ni le droit ni la capacité juridique de légitimer par la force l’occupation et la confiscation de territoires », a précisé le communiqué.

En outre, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que la communauté internationale devrait rejeter la politique irresponsable de Trump.

LIRE AUSSI: Russie: la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan aggravera la situation au Moyen-Orient

En outre, il est à noter que la décision du président des Etats-Unis d’Amérique a fait des États-Unis « le principal ennemi des Arabes ».

Selon le ministère syrien des Affaires étrangères, l’ONU a perdu son statut et sa confiance en raison de ces actions de l’administration de Washington.

Auparavant, Trump avait signé une proclamation présidentielle reconnaissant officiellement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan.

Les hauteurs du Golan sont un plateau qui s’étend entre la frontière nord-est d’Israël, le Liban, la Jordanie et la Syrie; une partie reste sous occupation israélienne, une autre est contrôlée depuis 1974 par une force de maintien de la paix des Nations Unies et le reste est sous la souveraineté de la Syrie.

LIRE PLUS: « Trump franchit une nouvelle étape pour alimenter le conflit au Proche-Orient »

Le Conseil de sécurité des Nations Unies considère qu’il s’agit d’un territoire occupé par Israël, alors que c’est une région controversée.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Bilan de la guerre en Syrie : «Bachar el-Assad va faire figure de héros»

© AFP 2019 LOUAI BESHARA

Quel bilan peut-on tirer de huit années de guerre en Syrie? Sputnik a rencontré Pierre Piccinin da Prata, qui connaît la Syrie sur le bout des doigts grâce à ses nombreux voyages en totale immersion, aussi bien dans le camp de Damas que dans celui des rebelles et djihadistes. Deux camps qui l’ont par ailleurs kidnappé. Interview et analyse.

Huit années de guerre en Syrie auront tragiquement et profondément bouleversé le pays. Si Bachar el-Assad semble sortir grand vainqueur de ce conflit, celui-ci n’est pas pourtant pas terminé, notamment à Idlib, à l’est de l’Euphrate avec les YPG ou encore dans le Golan. De plus, l’avenir politique du pays reste très incertain et la paix est loin d’être gagnée.

Interview avec Pierre Piccinin da Prata, historien, politologue et rédacteur en chef du Courrier du Maghreb et de l’Orient. Pierre Piccinin da Prata connaît très bien la Syrie par ses nombreux voyages qu’il a effectués entre 2011 et 2017. Il a même été prisonnier et torturé par les deux grands acteurs qui combattent en Syrie: le pouvoir de Bachar el-Assad en 2012 et une faction djihadiste en 2013.

Cette rencontre a été réalisée le 20 mars 2019.

Source: Sputnik News – France

Les USA et la GB transfèrent Daech au Yémen.

Le Yémen a accusé les États-Unis et la Grande-Bretagne de vouloir transférer les terroristes d’Al-Qaïda et de Daech d’origine occidentale vers le Yémen et plus précisément vers le port de Hudaydah.

Quatre brigades de terroristes sont actuellement stationnées en Érythrée et devraient participer à de nouvelles offensives contre Hudaydah, a affirmé le ministre yéménite de l’information, Dhayfallah al-Chami pour la télévision libanaise satellitaire Al-Mayadeen TV.

À ce sujet, nous avons contacté Habib Tawa, expert des questions politiques.

Source: Press TV

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :