A la Une

Il est temps pour l’Amérique de voir le monde réel

Depuis vendredi dernier, vu de Tokyo, Washington semble redevenir fou. Les médias traditionnels ont appris que l’avocat spécial Robert Mueller avait enfin achevé son enquête de deux ans sur Le président Donald Trump des États-Unis d’Amérique et le scandale Russiagate et enverrait son rapport au procureur général des États-Unis d’Amérique William Barr, qui a déclaré plus tard qu’il pourrait informer les dirigeants du Congrès sur le rapport « dès le week-end ».

C’est alors que la frénésie médiatique a repris. Bien qu’aucun détail n’ait été divulgué, tout le monde savait en fin d’après-midi qu’il n’y aurait « plus d’inculpations » par Mueller. Fox News a triomphalement rapporté que « Les médias mainstream semblaient souffrir d’un choc collectif.” Les avocats de Trump ont déclaré: « Nous sommes ravis que le Bureau du conseil spécial ait remis son rapport au procureur général. »

En revanche, les correspondants de CNN étaient apparemment déroutés, signalant que la Maison-Blanche était « entrain de célébrer tranquillement », réagissant au rapport de Mueller avec « une assez grande joie » et déclarant même anonymement: « Ce fut un grand jour pour l’Amérique, et nous avons gagné! » Bien que Trump n’ait pas tweeté à ce sujet, son silence implique son sens de la victoire. Ce n’était cependant pas la fin du jeu de deux ans.

Samedi, Washington a continué à se préparer pour le contenu du rapport classifié. Le procureur général, ayant passé neuf heures à examiner le rapport de Mueller au sein du ministère de la Justice, n’a même pas publié de résumé des conclusions. Furieux, CNN a passé presque tout son samedi à rapporter des « informations de dernière minute » sur toutes les informations, nouvelles et anciennes, liées à l’enquête Mueller.

Finalement, dimanche, Barr a envoyé une lettre au Congrès et sa conclusion n’était pas une surprise. Bien que « l’enquête de Mueller n’ait pas établi que des membres de la campagne Trump aient conspiré ou coordonné avec le gouvernement russe dans ses activités d’ingérence électorale, » et « même si ce rapport ne conclut pas que le président a commis un crime, il ne l’exonère pas non plus ».

En un mot, le procureur général et son adjoint ne croient pas qu’il existe suffisamment de preuves pour justifier des poursuites du président pour entrave à la justice. Trump a naturellement déclaré la victoire, répétant ses lignes habituelles: « Pas de collusion et pas d’obstruction à la justice! Exonération complète et totale! » C’est peut-être la fin de la bataille juridique.

Je ne suis pas un fan de Trump, mais cette fois, vu de Tokyo, je me demande si les Américains ont perdu la tête ces derniers jours. Aussi suspect que puisse être un groupe, l’équipe Trump considérait à juste titre les suspects comme « présumés innocents ». Toutes les écoles de droit du monde enseignent à leurs étudiants que, dans le cadre de la « procédure légale », les suspects sont présumés innocents jusqu’à preuve du contraire.

En revanche, certains membres des médias des Etats-Unis d’Amérique ont tendance à considérer un suspect spécifique comme « présumé coupable ». Ils affirment que « plus aucune mise en accusation de Mueller n’empêche d’autres mesures juridiques » ou « Mueller ne pourrait pas inculper le président en exercice simplement parce que les directives du ministère de la Justice le requièrent » et « le peuple états-unien devrait être pleinement informé de toutes les conclusions contenues dans le rapport Mueller. »

La semaine dernière, j’ai écrit à propos de l’Amérique comme un pays à deux systèmes. Cette semaine, je trouve que la situation empire, en particulier ces derniers jours. Le problème à présent, je suppose, n’est pas de savoir si Trump aurait ordonné une « collusion » ou une « obstruction à la justice ». La vraie question est de savoir s’il vaut la peine de poursuivre cette bataille politique sans fin, qui éclipse d’autres informations importantes aux niveaux national et international.

Jeudi dernier, Trump a tweeté une annonce surprise selon laquelle « il est temps que les États-Unis d’Amérique reconnaissent pleinement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, laquelle revêt une importance cruciale sur le plan stratégique et en matière de sécurité pour l’État d’Israël et la stabilité régionale! »

Le secrétaire d’Etat des États-Unis d’Amérique Mike Pompeo a nié par la suite que l’annexion d’Israël violait les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. Quoi Comment pourrais-je réclamer cela?

En Europe, le désordre du Brexit semble se détériorer. Des centaines de milliers de manifestants (les organisateurs affirment un million) ont envahi les rues de Londres samedi. Ils ont demandé un deuxième référendum sur le Brexit, tandis que plusieurs membres des médias britanniques ont demandé à la démission de la première ministre, Theresa May. N’est-il pas évident qu’un Brexit accidentel sans accord pourrait sérieusement saper l’économie des Etats-Unis d’Amérique dans les années à venir?

Pendant ce temps, ignorant les avertissements de ses alliés européens et états-uniens, l’Italie a officiellement rejoint l’initiative chinoise « One Belt, One Road » lors de la visite du président chinois Xi Jinping à Rome samedi. Les experts occidentaux estiment que cette initiative reflète « les équilibres géopolitiques changeants » et la « volonté du gouvernement populiste italien de rompre avec ses partenaires traditionnels ». Pouvons-nous tolérer que Rome adopte la 5G chinoise?

En Amérique du Sud, Roberto Marrero, chef de cabinet du président par intérim du Venezuela, Juan Guaido, a été arrêté au cours d’une perquisition. L’agence de renseignement aurait placé des armes chez lui comme motif de son arrestation [la réalité est qu’aucun pays au monde ne peut tolérer sur son territoire des terroristes possédant des armes et des plans pour tuer ses autorités. JDDM – MIRASTNEWS]. Le président diffamé, Nicolas Maduro, semble avoir commencé à franchir la ligne rouge [Que font alors les Etats-Unis d’Amérique dans un pays indépendant, pourquoi manipulent-ils les membres de l’opposition pourraient-ils accepter que cela se fasse de la même manière chez eux ? JDDM – MIRASTNEWS]. Les États-Unis d’Amérique vont-ils ignorer, réagir ou sur-réagir? Trump a dit une fois, « toutes les options sont ouvertes. »

Enfin, samedi dernier, Trump a surpris bon nombre de ses collaborateurs et des alliés États-Unis d’Amérique en Asie en ordonnant au département du Trésor de suspendre ses projets de sanctions supplémentaires à grande échelle contre Pyongyang, tandis que la Corée du Nord annonçait brusquement son retrait d’un bureau de liaison le même jour. La dénucléarisation de la Corée du Nord n’est-elle pas comme une bougie dans le vent?

La date limite pour la colonne étant arrivée lundi matin, heure de Tokyo, seul un résumé du rapport du conseil spécial a été rendu public et il reste encore trop de questions à clarifier. Depuis 1974, malheureusement, les tentatives de destitution des présidents en exercice sont devenues un passe-temps national aux États-Unis d’Amérique et les Américains semblent être trop habitués, voire méfiants, à de tels extravagances politiques nationales.

Comme l’a dit un jour l’ancien président de la Chambre des États-Unis d’Amérique, Tip O’Neill, «toute la politique est locale». De même, je dirais que toute la politique internationale est nationale. Cela dit, la situation mondiale autour de l’Amérique de Trump n’attendra pas sa destitution ou sa survie. Les Américains peuvent se permettre de jouer à des jeux politiques intérieurs sérieux, tandis que le reste du monde a des jeux tout aussi sérieux à jouer.

Si les Américains paient moins d’attention et restent loin du reste du monde, tant pis. Ils seront éventuellement hors de la boucle. Il est temps que les citoyens états-uniens et les principaux médias ouvrent leurs yeux et découvrent le monde réel. Bien sûr, on peut en dire autant aux citoyens japonais et à ses principaux médias.

Kuni Miyake

Kuni Miyake est présidente de l’Institut de politique étrangère et directrice de recherche à l’Institut Canon pour les études mondiales.

Traduction et commentaires : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The Japan Times

Souveraineté sur le plateau du Golan : l’Iran accuse les Etats-Unis de «colonialisme»

© HO / Iranian Presidency Source: AFP
Le président iranien Hassan Rohani prend la parole lors d’une cérémonie célébrant le 40e anniversaire de la Révolution islamique sur la place Azadi (Liberté) de Téhéran, le 11 février 2019 (image d’illustration).

Au lendemain de la décision du président américain de reconnaître la souveraineté d’Israël sur la partie annexée du plateau syrien du Golan, le président iranien a accusé son homologue américain de «colonialisme».

Ce 26 mars, le président iranien Hassan Rohani a accusé Donald Trump de «colonialisme» après la décision du président américain de reconnaître la souveraineté d’Israël sur la partie annexée du plateau syrien du Golan. Le 25 mars, le locataire de la Maison Blanche a en effet signé un décret en ce sens, confirmant l’annonce faite par son vice-président plus tôt dans la journée à la réunion annuelle de l’American Israel Public Affairs Committee (Aipac).

Personne n’aurait cru qu’un homme viendrait en Amérique et remettrait, de façon unilatérale et contre toutes les lois et règles internationales, une terre appartenant à un pays à un agresseur

«A un certain moment de l’histoire, du temps du colonialisme, certaines puissances coloniales ont fait de telles choses, ont attribué des parties d’un pays à un autre […] mais cela est sans précédent à notre siècle», a-t-il déclaré, comme le rapporte le site internet du gouvernement.

«Personne n’aurait cru qu’un homme viendrait en Amérique et remettrait, de façon unilatérale et contre toutes les lois et règles internationales, une terre appartenant à un pays à un agresseur», a ajouté Hassan Rohani au cours d’une réunion à laquelle participaient des conseillers et des ministres, selon la même source.

La signature de ce décret controversé a eu lieu alors que le Premier ministre israélien était en visite aux Etats-Unis et s’inscrit dans un contexte de campagne électorale en Israël. Benjamin Netanyahou a déclaré que son pays «ne renoncerait jamais» à la majeure partie du Golan syrien conquis par l’Etat hébreu lors de la guerre des Six Jours en 1967, avant de l’annexer en 1981. Une annexion qui n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Lire aussi : Trump reconnaît la souveraineté d’Israël sur le Golan en présence de Netanyahou

Source: RT France

Moscou: l’Organisation des États américains contribue aux ambitions colonialistes des USA

© Sputnik . Catherine Chesnokova

Partageant la position de Washington qui tente d’interdire la coopération entre Moscou et Caracas, l’Organisation des États américains (OEA) renforce les aspirations colonialistes des États-Unis, tout en oubliant que n’importe quel pays de la région pourrait subir à l’avenir les pressions de la Maison-Blanche, estime Maria Zakharova.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a commenté les déclarations du secrétariat général de l’OEA qui avait récemment accusé la Russie d’avoir envoyé ses militaires au Venezuela en violation de la Constitution de ce pays latino-américain.

Maria Zakharova a rappelé qu’il ne s’agissait pas d’une «violation de la souveraineté vénézuélienne» car des spécialistes militaires russes se trouvent dans le pays conformément à un accord sur la coopération militaro-technique conclu entre Moscou et Caracas en mai 2001 et ratifié par les deux États.

La diplomate a trouvé ces déclarations de l’OEA «politiquement engagées» et a déploré le fait que l’organisation se solidarise avec la politique des États-Unis qui continuaient, tout comme à l’époque coloniale, de «considérer l’Amérique latine comme une zone d’intérêts exclusifs, comme leur propre « arrière-cour »» et exigeaient directement de celle-ci «obéissance inconditionnelle». Selon Mme Zakharova, en même temps, les États-Unis demandent aux autres pays, dont la Russie, «d’oublier le chemin qui mène à cette région».

«Les États-Unis ont de nouveau décidé de « mettre de l’ordre » en Amérique latine, à commencer par le Venezuela. Nous regrettons que les dirigeants de l’Organisation des États américains manquent de clairvoyance et ainsi renforcent les ambitions colonialistes de Washington, comme s’ils ne comprenaient pas que tout pays de la région pourrait subir, quand son tour sera venu, la pression des États-Unis», a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe.

Pour rappel, la Chambre des représentants du Congrès américain avait adopté lundi à l’unanimité le projet de loi sur la lutte contre l’influence de la Russie au Venezuela. Pour entrer en vigueur, le texte doit être adopté par le Sénat et signé par le Président Trump. Au cours du mois qui suit son entrée en vigueur, le secrétaire d’État américain doit présenter une «stratégie de lutte contre la coopération russo-vénézuélienne».

Source: Sputnik News – France

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :