A la Une

La Russie fustige les Etats-Unis d’Amérique pour avoir imposé des sanctions à Moscou sur le Venezuela

© REUTERS/ Russia Picture Service

Le représentant spécial des Etats-Unis d’Amérique pour le Venezuela, Elliott Abrams, a menacé vendredi de nouvelles sanctions contre la coopération militaire russe-vénézuélien, affirmant que le Kremlin serait tenu de « payer un prix » pour son aide au pays d’Amérique latine. Moscou et Caracas déclarent que leur coopération est pleinement conforme aux accords de défense en vigueur.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a critiqué Washington pour ses tentatives « ridicules » d’intimider « Moscou » pour sa coopération légitime en matière de défense avec le Venezuela.

« L’arrivée au Venezuela de spécialistes de la coopération militaire et technique russes au Venezuela continue de provoquer une réaction nerveuse à Washington. Des responsables états-uniens ont même commencé à dire que les États-Unis d’Amérique envisageraient la comparution de représentants des forces armées de pays extérieurs à l’hémisphère occidental [au Venezuela] comme une action provocatrice constituant une menace pour la paix et la sécurité régionales », a déclaré M. Zakharova dans un communiqué publié samedi par le ministère des Affaires étrangères.

S’engageant un peu à la traîne, Zakharova a suggéré que les politiciens de Washington devraient peut-être se familiariser avec une carte géographique. « Une partie du territoire de la Russie, la péninsule de Tchoukotka, est située dans l’hémisphère occidental. Donc, pour la Russie, le continent Américain est un voisin proche ».

Zakharova a également réfuté les allégations selon lesquelles des spécialistes militaires russes seraient arrivés au Venezuela pour mener des « opérations militaires ». La porte-parole du ministère des Affaires étrangères a souligné que la Russie avait déjà « clairement indiqué le but de l’arrivée de ses spécialistes à Caracas ».

« On ne peut parler de « contingents militaires ». Par conséquent, spéculer sur le fait que la Russie organise des « opérations militaires » au Venezuela est totalement infondé », a déclaré la porte-parole, suggérant que Washington confondait peut-être les actions de Moscou avec son propre comportement, y compris dans des pays comme la Colombie, où des instructeurs militaires états-uniens sont à découvert.

Enfin, commentant la menace états-unienne d’imposer de nouvelles sanctions anti-russes à ce sujet, Zakharova a déclaré que la vive réaction des États-Unis d’Amérique semblait être liée au fait que son « coup rapide prévu à Caracas n’a pas abouti ».

Selon la porte-parole, Washington a déjà introduit tant de sanctions contre la Russie que « Moscou a tout simplement perdu le compte et n’a plus prêté attention à eux ».

« Pour notre part, nous ne pouvons que recommander aux États-Unis d’Amérique de cesser de menacer le Venezuela, d’étouffer son économie et de faire pression pour la guerre civile, en violation flagrante du droit international. Nous appelons toutes les forces politiques vénézuéliennes qui placent les intérêts de leur pays au-dessus de leurs propres ambitions personnelles d’engager un dialogue, et sont disposés à contribuer à ce dialogue de toutes les manières possibles », a conclu M. Zakharova.

Auparavant, commentant l’arrivée de spécialistes militaires russes au Venezuela vendredi, le ministre vénézuélien de la Défense, Vladimir Padrino Lopez, a déclaré qu’il n’était « pas un secret » que Moscou et Caracas se sont engagés dans une coopération militaire et technique depuis 2001. Au lieu de se concentrer sur cette coopération, Il serait peut-être préférable de se concentrer sur l’augmentation spectaculaire de l’activité militaire des Etats-Unis d’Amérique autour des frontières du Venezuela, qui s’est considérablement accrue récemment et menace la souveraineté de Caracas, a ajouté le ministre.

Le représentant spécial des Etats-Unis d’Amérique pour le Venezuela, Elliott Abrams, a averti vendredi que la Russie « payerait un prix » pour son assistance au Venezuela, le conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, mettant en garde les pays de l’extérieur de l’hémisphère occidental contre le déploiement de forces militaires au Venezuela ou «ailleurs dans l’hémisphère». Le président Trump a demandé à la Russie de « sortir » du Venezuela, ajoutant que toutes les options étaient « sur la table » pour forcer Moscou à le faire.

Les États-Unis d’Amérique ont intensifié leurs pressions contre Moscou le 23 mars, après l’arrivée d’un groupe de militaires russes à Caracas pour participer à des consultations avec leurs homologues vénézuéliens au sujet d’une coopération de défense bilatérale. Le Venezuela est plongé dans une crise politique depuis la fin janvier, lorsque le chef de l’opposition soutenu par les États-Unis d’Amérique, Juan Guaido, s’est autoproclamé président par intérim. Le gouvernement démocratiquement élu dirigé par le président Nicolas Maduro a dénoncé Guaido et l’a accusé d’avoir tenté d’organiser un coup d’État.

Si vous aimez cet article, partagez-le avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :