A la Une

Le Venezuela rejette les menaces des Etats-Unis d’Amérique contre la Russie et rappelle l’activité militaire du Pentagone

© REUTERS / Marco Bello TPX

Cette déclaration intervient après que le représentant spécial des Etats-Unis d’Amérique pour le Venezuela, Elliott Abrams, eut promis que Moscou « paierait un prix » pour l’arrivée d’avions militaires russes au Venezuela la semaine dernière. Le ministère russe des Affaires étrangères a quant à lui noté que Moscou n’avait violé ni le droit international ni le droit vénézuélien.

La coopération militaire et technique entre Moscou et Caracas vise à renforcer la capacité opérationnelle de l’armée vénézuélienne, a souligné vendredi le ministre de la Défense nationale, Vladimir Padrino Lopez.

«Ce n’est un secret pour personne que notre pays entretient une collaboration militaire et technique avec la Russie depuis 2001, mais lorsqu’ils [les représentants de la Russie] se sont rendus au Venezuela, un scandale s’est produit. Personne ne devrait s’inquiéter de notre coopération bilatérale», a déclaré Lopez cité par le ministère de la Défense vénézuélien.

LIRE AUSSI: «Règles non écrites»: les États-Unis d’Amérique exigent des sociétés pétrolières étrangères de couper les liens avec le Venezuela

Dans ce contexte, il a souligné que personne ne s’inquiétait de l’activité croissante de l’armée des Etats-Unis d’Amérique près de la frontière vénézuélienne.

«Il n’y a aucun signe de scandale lorsque des avions militaires états-uniens atterrissent à Cucuta (Colombie) ou que la surveillance électronique de l’US Air Force autour de notre territoire augmente de 800%. Personne ne s’exprime lorsqu’on essaie de saper la souveraineté du Venezuela», a déclaré Lopez.

Ses remarques interviennent peu après que le Représentant spécial des États-Unis d’Amérique pour le Venezuela, Elliott Abrams, ait déclaré que le secrétaire d’État, Mike Pompeo, annoncerait prochainement la réponse de Washington à l’arrivée la semaine dernière d’avions militaires russes au Venezuela.

«Nous avons un très bon document d’options sur les différentes choses que l’on peut faire dans les relations américano-russes. Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire en termes économiques, en termes de sanctions. Il y a beaucoup de choses sur la liste. Donc, les Russes vont payer le prix», a prévenu Abrams.

LIRE PLUS: Les États-Unis d’Amérique demandent à l’UE de renforcer la pression sur le Maduro du Venezuela avec plus de sanctions

Pour sa part, le conseiller à la sécurité nationale du président des États-Unis d’Amérique, John Bolton, a mis en garde les pays «extérieurs à l’hémisphère occidental» contre le déploiement de forces militaires au Venezuela ou «ailleurs dans l’hémisphère». Il a averti que Washington envisagerait de tels provocations de déploiement militaire et les a décrites comme « une menace directe pour la paix et la sécurité internationales dans la région ».

Un peu plus tôt, le vice-président Mike Pence a qualifié l’arrivée de l’avion militaire russe au Venezuela de « provocation importune », tandis que le président Donald Trump a demandé à la Russie de « quitter » le Venezuela et a déclaré que toutes les options étaient sur la table pour forcer Moscou à le faire.

Pour sa part, l’assistant présidentiel russe Yuri Ouchakov a déconseillé aux Etats-Unis d’Amérique de s’inquiéter des avions russes au Venezuela, leur arrivée ayant eu lieu « dans le cadre de relations normales avec le gouvernement légitime ».

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a pour sa part indiqué que Moscou n’avait pas violé le droit international ou le droit vénézuélien et qu’elle « ne modifiait pas l’équilibre des forces dans la région ».

LIRE PLUS: «Aucune des affaires des États-Unis d’Amérique»: le Venezuela est souverain, peut faire des affaires comme il le souhaite

Elle a ajouté que contrairement à Washington, la Russie n’a menacé personne dans la région et que les troupes russes étaient arrivées dans le pays pour coopérer en matière de défense.

Elle a également souligné que Moscou ne prévoyait pas d’établir une base militaire au Venezuela.

«C’est la première fois que j’entends parler de bases au Venezuela […] Où avez-vous vu de telles discussions? Sur le messager de télégramme? Je n’ai jamais vu de discussions sur le sujet de nos bases», a souligné Zakharova.

Cette déclaration fait suite à des informations selon lesquelles un groupe de militaires russes est arrivé à Caracas, la capitale du Venezuela, le 23 mars, pour participer à des consultations avec des responsables gouvernementaux sur la coopération bilatérale dans le secteur de la défense.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :