A la Une

Afin d’éviter la casse, le Fouquet’s se rebaptise «Aux Gilets jaunes»

© Sputnik .

Fermé plusieurs mois suite au saccage et à l’incendie dont il a été victime le 16 mars, le Fouquet’s, célèbre restaurant cossu des Champs-Élysées, s’apprête à changer de nom. Les dirigeants l’ont annoncé afin de faire un geste en direction des Gilets jaunes. Et pour cause, à sa réouverture, l’établissement se nommera… «Aux Gilets jaunes»!

Les images sont dans toutes les têtes. Le Fouquet’s, restaurant huppé des Champs-Élysées, ravagé par les flammes. C’était le 16 mars en marge de l’Acte 18 des Gilets jaunes. Déjà pillé dans la matinée, l’auvent de l’établissement avait été incendié en fin d’après-midi. Des «dégâts considérables» qui nécessitent une fermeture «pour une période estimée à ce stade à plusieurs mois» d’après les dires de la direction.

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fsputnik.france%2Fvideos%2F2680591971954174%2F&width=660&show_text=false&height=660&appId

Manque de chance, la brasserie avait été entièrement rénovée en 2017. Dix ans auparavant, Nicolas Sarkozy la mettait sous le feu — des projecteurs cette fois — en allant y fêter sa victoire à l’élection présidentielle, entouré de personnalités du monde des affaires aux portefeuilles bien garnis. Une soirée qui lui sera reprochée durant tout son quinquennat et lui collera l’étiquette de «Président bling-bling».

Un nouveau menu spécial Gilets jaunes

Mais du côté du Fouquet’s, on ne veut plus penser au passé et regarder droit vers l’avenir. La multiplication des «actes» des Gilets jaunes pourrait bien finir par donner une édition 1.387. Quitte à devoir cohabiter avec les marées jaunes tous les samedis pendant quelques années, autant faire un geste. Il faut dire que l’ambiance est vraiment délétère. Lors des Actes 19 et 20, le Fouquet’s s’est paré d’une armure qui aurait fait saliver les croisés marchant sur Jérusalem.

© Sputnik.
Le Fouquet’s se prépare à la manifestation des Gilets jaunes

​Une situation qui ne peut plus durer. La direction a un temps envisagé la mise en place d’un sarcophage de plomb sur le modèle de celui installé après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Une idée abandonnée par le groupe Barrière, propriétaire de l’établissement, faute de faisabilité.

C’est là qu’une idée forte est apparue dans les têtes pensantes du Fouquet’s: le changement de nom. Après un brainstorming, c’est la simplicité qui l’a emporté. Terminé le Fouquet’s, place au restaurant «Aux Gilets jaunes». Avec ce gage de paix, la célèbre brasserie des Champs-Élysées espère s’acheter un peu de calme et éviter pavés, cocktails Molotov et autres pillages.

Le Fouquet’s veut même aller plus loin. Les serveurs officieront désormais gilet jaune sur le dos. Le tout, encore une fois, dans une démarche de conciliation avec les manifestants. Le caviar et les grands crus aux tarifs à quatre chiffres seront toujours au menu. La nouveauté, c’est que chaque client équipé de son gilet jaune aura droit à un menu merguez-frites pour la modique somme de 12,50 euros. Une idée dont pourrait profiter Gerald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, qui déclarait en novembre dernier que «les additions dans les restaurants parisiens tournent autour de 200 euros lorsque vous invitez quelqu’un et que vous ne prenez pas de vin». Encore un peu de patience Monsieur le ministre, plus que quelques mois avant l’ouverture d’«Aux Gilets jaunes»!

NB: Cet article a été écrit dans la tradition des blagues du 1er avril. Il est évidemment parodique et ne doit en aucun cas être pris au sérieux. Toute la rédaction de Sputnik France souhaite un agréable 1er avril à tous ses lecteurs et les remercie de leur confiance.

Fabien Buzzanca

Source: Sputnik News – France

Nommée au gouvernement, Sibeth Ndiaye rattrapée par le bruit d’anciennes casseroles

© AFP 2019 ludovic MARIN

«Yes, la meuf est dead», «J’assume parfaitement de mentir pour protéger le Président»: au lendemain de la nomination de Sibeth Ndiaye au poste de porte-parole du gouvernement, la presse et l’opposition ressortent déjà ses anciennes casseroles.

À peine nommée porte-parole du gouvernement pour remplacer à ce poste Benjamin Griveaux, Sibeth Ndiaye, cette ancienne conseillère presse et communication de l’Élysée voit surgir l’ombre de déclarations faites par le passé ou lui étant attribuées.

«J’assume parfaitement de mentir pour protéger le Président»

Relayés par l’Express en juillet 2017, ces propos de Sibeth Ndiaye ont vite été exhumés pour resurgir sur Twitter et même être mentionnés sur un plateau télévisé.

«Yes, la meuf est dead»

Toujours en 2017, le Canard Enchaîné avait écrit que Sibeth Ndiaye avait répondu à un journaliste lui demandant de confirmer la mort de Simone Veil: «Yes, la meuf est dead». Et bien que la jeune femme l’ait démenti à LCI, cette phrase continue à lui être attribuée.

​«Pognon de dingue»

C’est Sibeth Ndiaye qui avait partagé sur son compte Twitter la vidéo d’Emmanuel Macron dans laquelle le Président de la République parlait du «pognon de dingue» mis dans «des minimas sociaux».

​Et ce tweet datant de juin 2018 n’a toujours pas été oublié:

Les français veulent rétablir l’#ISF depuis des mois, ils auront Amélie de Montchalin!
Les #GiletsJaunes réclament la hausse des minimas sociaux, la communicante responsable de la séquence « pognon de dingue » devient porte-parole du gouvernement! Quelle équipe! #Remaniement pic.twitter.com/at9wKJmUap

— Adrien Quatennens (@AQuatennens) 31 марта 2019 г.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :