A la Une

L’armée du Myanmar et l’armée d’Arakan accusent le pays des hostilités sur Rakhine

Le brigadier général Zaw Min Tun (à droite), le major général Soe Naing Oo (à droite) et le major général Tun Tun Nyi de l’équipe d’information militaire du Myanmar tiennent une conférence de presse au quartier général de la division de Yangon à Yangon, le 23 février 2019. / AFP

L’armée du Myanmar a mis en garde dimanche le public de ne pas croire « aux informations et à la propagande fausses et inventées » diffusées par l’armée d’Arakan (AA), dont elle a accusé les soldats de se déguiser en résidents locaux de zones où les forces gouvernementales combattent le groupe rebelle dans l’état de Rakhine, dans l’ouest du Myanmar.

Les AA rejettent rapidement les affirmations de guerre psychologique de l’armée.

L’équipe d’information True News de l’armée a également exhorté le public à informer les autorités s’ils rencontraient des soldats des AA alors que l’armée du Myanmar cherchait à maintenir la stabilité dans l’État de Rakhine en éliminant la force Arakan.

« Les insurgés AA prenant position dans les quartiers et les villages des villes pour couvrir des actes terroristes comme ouvrir le feu et commettre des attaques à la mine [contre] des colonnes de Tatmadaw [militaires du Myanmar] qui étaient en devoir de sécurité », indique un communiqué de l’équipe d’information.

Après des escarmouches près des villages et des quartiers, les insurgés des AA se sont déguisés en villageois et ont fabriqué des informations alors qu’ils commandaient aux groupes ethniques Rakhine locaux des quartiers et des villages menacés de répandre la fausse nouvelle, a-t-il ajouté.

« Ensuite, ils ont publié sur le réseau social et les sites Web des informations fabriquées de toutes pièces, qui visaient à propager des informations fabriquées de manière à causer des malentendus parmi la population », indique le communiqué.

Le brigadier général Zaw Min Tun, secrétaire de l’équipe d’information True News de l’armée du Myanmar, a déclaré que les villageois résidant dans des zones proches des lieux où les insurgés des AA étaient placés en avaient peur.

« Des batailles ont récemment eu lieu près de villages », a-t-il déclaré. «Les forces assurant la sécurité ont été attaquées lorsqu’elles sont passées à proximité de villages et se sont enfuies dans les villages. Les incidents ressemblaient à des préparatifs avec des rapports de causalités.»

«Nous avons essayé d’aider autant que possible en poursuivant», a-t-il déclaré. «Les habitants craignent l’épée la plus proche [l’ennemi]. Les AA ont envoyé des enveloppes avec des balles et des menaces [aux autorités du village]. Il y a eu des meurtres pour donner l’exemple. On a dit aux localités ce qu’il fallait dire, alors nous devons annoncer cela pour éviter d’autres histoires fausses.»

L’armée du Myanmar va prendre des mesures contre la propagande en ligne de l’AA et de ses partisans visant à induire le public en erreur, a déclaré Zaw Min Tun.

La déclaration de l’équipe d’information a conclu en exhortant les habitants à ne pas croire «des informations fausses et inventées et de la propagande» par des insurgés AA déguisés en villageois et «à informer les organes administratifs et les forces de sécurité concernés de leurs actes».

«Faites comme d’habitude»

Le porte-parole des AA, Khine Thukha, a rejeté la déclaration.

« Le département de guerre psychologique [de l’armée du Myanmar] le fait comme d’habitude », a-t-il déclaré. «Si l’armée du Myanmar pense protéger la population, organisez un référendum dans l’État de Rakhine. Une réponse claire sera donnée si le peuple soutient le Tatmataw ou l’armée Arakan. La communauté internationale et le public sauront [la réponse].»

Khin Saw Wai, un législateur de la chambre basse du Parti national d’Arakan (PNA ou ANP en anglais) qui représente la circonscription de Rakhine à Rathedaung, a déclaré qu’il était vrai que les AA avaient envoyé des enveloppes avec des balles.

«Ils ont avoué avoir envoyé ces enveloppes», a-t-elle déclaré.

Khin Saw Wai a également déclaré s’être rendue dans certaines zones de conflit et avoir observé la situation d’environ 6 000 villageois déplacés qui ont fui leur domicile dans le canton de Mrauk-U lors de coups de feu tirés au hasard, qui auraient été tirés par les forces birmanes, qui auraient affirmé avoir tiré pendant une contre-insurrection contre les soldats AA le 18 mars.

À la suite de l’incident, l’armée du Myanmar a accusé les AA d’avoir utilisé des boucliers humains et d’avoir attaqué leurs positions dans des zones résidentielles et des sites patrimoniaux à Mrauk-U.

« En réalité, peu de gens ont fui à cause des combats entre les deux parties et on nous a dit que la plupart des attaques avaient été perpétrées par l’armée », a-t-elle déclaré. «La vérité doit être révélée. Les deux parties – le Tatmataw et les AA – le nient maintenant et se blâment mutuellement.»

« Nous n’avons pas notre mot à dire »

Les combats entre les forces du Myanmar et les AA, une armée de l’ethnie Rakhine cherchant à acquérir une plus grande autonomie dans l’État, se sont intensifiés début janvier, à la suite d’attaques menées par les AA contre des avant-postes de police dans le nord de Rakhine, qui ont tué 13 officiers.

En réponse, le gouvernement du Myanmar a qualifié les AA de groupe terroriste et a demandé à ses forces d’écraser l’armée ethnique.

Depuis les assauts meurtriers du 4 janvier, les deux armées se sont affrontées plus de 100 fois, tuant 58 soldats des AA, 27 policiers et 12 civils. L’armée du Myanmar n’a pas encore révélé ses pertes.

Bien que le gouvernement ait estimé le nombre total de personnes déplacées à plus de 17 000, les agents locaux de secours et de gestion des catastrophes estiment ce nombre à 22 000, dont environ 16 000 dans des camps temporaires de la région.

Un villageois déplacé de la ville de Buthidaung, qui a lu la déclaration de l’armée du Myanmar sur les AA, a déclaré: «Nous n’avons pas à dire sur les déclarations des Tatmataw ou des AA.»

«C’est à eux (l’armée du Myanmar) de considérer les AA comme un groupe d’insurgés», a-t-il déclaré. « Les gens ne peuvent pas prendre parti. »

L’Autorité des Nations Unies a qualifié les attaques de civils du Myanmar d’attaques de «crimes de guerre» par les forces militaires du Myanmar et a déclaré qu’elle tenterait de poursuivre les responsables présumés devant la Cour pénale internationale, dont le siège est à La Haye.

Rapport de Kyaw Thu pour le service du Myanmar de RFA. Traduit par Nandar Chann. Écrit en anglais par Roseanne Gerin.

Si cela vous a plu, partagez-le avec vos amis!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Radio Free Asia

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :