A la Une

Comment les Etats-Unis d’Amérique ont perdu la guerre de (dés) information

C’était une guerre que l’Amérique, apparemment, ne savait même pas qu’on menait – jusqu’à ce que les élections de 2016 se révèlent être la ligne de front. À présent, les États-Unis d’Amérique s’efforcent de rattraper les capacités infowars russes. Mais comment sont-ils restés si loin derrière?

Un film intitulé «Brother» est devenu un succès inattendu en Russie à la fin des années 1990. À la fois thriller policier et document historique, il était un miroir indéfectible de la société russe par une période chaotique, difficile et souvent violente.

En 2000, juste après que Poutine soit devenu président, la suite a été publiée: «Brother-2». Fait intéressant, environ la moitié de la suite se déroule en Amérique. Ce n’est pas l’Amérique des idéaux démocratiques, l’endroit où les rêves deviennent réalité, mais les cinéastes ont choisi de montrer les souteneurs et les prostituées, le racisme et le crime organisé. Il y a une scène cruciale à Chicago où la vedette, Danila, est confrontée à un magnat des affaires états-unien corrompu. « Le pouvoir n’est pas de l’argent », lui dit-il, « Le vrai pouvoir est dans la vérité ».

La vérité, c’est le pouvoir: contrôler le récit

En regardant ce qui s’est passé depuis, la sagesse en pot de Danila semble prophétique. Dans les années 90, la Russie post-soviétique avait perdu beaucoup de puissance «dure» conventionnelle et n’avait certainement pas le pouvoir économique de rivaliser avec la nouvelle hégémonie acclamée, les États-Unis d’Amérique. Sous Vladimir Poutine, la Russie a progressivement reconstruit son économie – mais peut-être plus important encore, elle a également développé une approche du soft power reposant sur la projection de sa propre version de « la vérité ». Au début, cela s’est traduit par une stratégie visant à obtenir le contrôle de l’État sur les médias nationaux; plus tard, projetant une image spécifique de la Russie à l’étranger; et enfin, en utilisant divers médias comme outil de politique étrangère.

Les antécédents de Poutine au KGB l’auraient sans doute fait prendre conscience de la valeur de la désinformation et du contrôle de la narration publique. Là où l’Union soviétique avait de la propagande communiste, la nouvelle Russie avait des RP – relations publiques. Plus précisément, elle avait Vladislav Surkov. Généralement reconnu comme étant le principal idéologue et stratège de Poutine, Surkov était responsable de la publicité et des relations publiques pour les actifs de l’oligarque Mikhail Khodorkovsky, Bank Menatep et Rosprom. En 1997, il a commencé à faire des relations publiques chez Alfa Bank (maintenant célèbre pour son serveur). Les tactiques de désinformation de Surkov auraient déjà été affinées au cours de cette période. Selon d’anciens collègues, il a été le pionnier de la «lettre au rédacteur en chef», qui diffuse des concurrents en colère et diffuse des rumeurs sur leurs problèmes internes. La crise en Ukraine: les pirates informatiques ont reçu des milliers de courriers électroniques de Surkov à partir de 2014, y compris l’ébauche d’une «lettre» de citoyens de la région séparatiste du Donbass au peuple ukrainien, qui a par la suite été publiée dans les médias russes. (Il va sans dire que le Kremlin nie l’authenticité des courriels.)

Surkov est devenu chef d’état-major présidentiel début août 1999, quelques jours à peine avant la nomination de Poutine au poste de président par intérim. En fait, Surkov affirme avoir contribué à orchestrer la transition du pouvoir d’Eltsine à Poutine. Une consolidation du régime de Poutine a rapidement suivi. Cette consolidation reposait essentiellement sur quatre piliers: la suppression du militantisme tchétchène; la formation du parti Russie unie (2001); la mise au pas des oligarques (l’ancien patron de Surkov, Khodorkovski, alors l’homme le plus riche de Russie, a été arrêté en 2003); et la nationalisation de larges pans de la presse écrite et audiovisuelle. La reprise du contrôle des médias était enracinée dans la nouvelle Doctrine sur la sécurité de l’information, adoptée en 2000, qui continue d’être mise à jour et qui est importante pour comprendre ce que la Russie considère comme des menaces dans l’espace informationnel.

Vladislav Surkov et la «démocratie souveraine»

En 2006, Surkov a fait une rare apparition publique en parlant de «la souveraineté comme synonyme de compétitivité». Ce discours est surtout connu des observateurs russes pour avoir introduit le concept de «démocratie souveraine», qui a depuis été utilisé comme sténographie pour un type particulier de démocratie à la saveur nettement russe. Mais il y a aussi une foule d’indices fascinants dans le discours sur les stratégies de l’administration Poutine pour maintenir le pouvoir.

D’une part, Surkov aborde des thèmes qui montrent clairement qu’il doit avoir contribué à façonner les quatre piliers susmentionnés. Il met en garde contre les dangers d’une société contrôlée par une oligarchie au large des côtes, justifie adroitement que l’Etat reprenne le contrôle des médias, affirme que le parti Russie unie doit dominer la politique pendant au moins 10 à 15 ans. Et parmi tout cela, il révèle sa théorie de l’évolution démocratique:

«La société passe progressivement du recours à la contrainte aux technologies de persuasion; de l’oppression à la coopération; de la hiérarchie aux réseaux de connexions horizontales… l’équilibre de la civilisation moderne est en train de changer pour favoriser les compétences de persuasion et de négociation, afin de garantir que le plus grand nombre de personnes puisse prendre consciemment telle ou telle décision, et de préférence de son plein gré. Il est impossible d’imaginer une société moderne, composée de personnes éduquées, intelligentes et développées, à laquelle on puisse dicter sans rien expliquer».

C’était là, clairement énoncée, la vision qui sous-tendait l’approche du Kremlin en matière de maintien et de projection du pouvoir, tant au pays qu’à l’étranger. La phrase «de préférence de leur plein gré» est particulièrement intéressante. Pourquoi ne pas simplement «de leur plein gré» – pourquoi inclure la condition apparemment inutile, «de préférence»? L’implication subtile est que le libre arbitre du peuple peut également être déterminé par un autre acteur, celui qui «explique». Celui qui contrôle le récit, contrôle la société. Surkov semble le confirmer ailleurs dans son discours:

«À mesure que la démocratie se développe, la guerre de l’information s’intensifie. La bataille pour les esprits.»

Sous la direction de Surkov et d’autres « technologues politiques », Poutine et le parti Russie unifiée avaient déjà lancé la guerre de l’information et appliqué des « technologies de persuasion » chez eux. En 2004, les événements en Ukraine les ont incités à déployer ces capacités dans un domaine très différent.

La « menace orange » (et non, ce n’est pas Trump)

Expliquant son concept de «démocratie souveraine» en 2006, Surkov a souligné que la Russie devait protéger sa souveraineté face à plusieurs menaces clés: terrorisme international, confrontation militaire directe et économie non compétitive. Ce sont tous assez conventionnels. Mais il y avait une autre menace sur sa liste: «la capture «douce» de l’État, avec l’utilisation des «technologies orange» modernes, lorsque l’immunité nationale contre l’influence extérieure est faible».

Surkov faisait allusion à la Révolution orange populaire survenue en Ukraine en 2004-2005, qui selon le Kremlin – ou voulait que les citoyens russes le croient – avait été orchestrée à l’Ouest, notamment par les États-Unis d’Amérique. Au cours de cette période, de soi-disant révolutions dites de «couleur» ont également eu lieu au Kirghizistan et en Géorgie, proche de la Russie. Dans son discours, Surkov demande de manière rhétorique: «s’ils y parviennent dans quatre pays [il inclut la révolution «pourpre» de l’Irak], pourquoi ne le feraient-ils pas dans un cinquième?»

Du point de vue du Kremlin, l’Occident avait projeté des valeurs qui, directement ou indirectement, conduisaient à une instabilité et à des changements politiques indésirables dans son voisinage immédiat. Que l’élite politique pense ou non que la Russie soit la prochaine cible, le récit est utile.

Dans Brother-2, Danila « sauve » une femme russe de la prostitution en Amérique, la ramenant en Russie à la fin du film. C’est une analogie remarquablement appropriée pour que la Russie recouvre sa fierté nationale – qui avait été compromise par les pertes de territoires et de richesses qui ont suivi la chute de l’URSS – en se sauvant elle-même de la subjugation à l’Occident.

Et cela semblait être la stratégie même que le Kremlin avait adoptée au milieu des années 2000: reconstruire une Russie forte et souveraine en définissant une identité nationale enracinée dans l’opposition à l’Occident. Une telle stratégie a du sens en tant qu’approche du maintien de «l’immunité nationale contre les influences extérieures» mentionnée par Surkov. Il est important de rappeler qu’en plus des révolutions de couleur, 2004 a été l’année de la matérialisation d’une autre menace majeure perçue pour la souveraineté de la Russie. Les pays baltes ont adhéré à l’OTAN – des sondages avaient montré que plus de la moitié des citoyens russes étaient opposés. Décrire l’Occident comme une menace n’était donc pas difficile à vendre. De plus en plus, les valeurs occidentales et les prétendus doubles standards ont été mis de côté dans les médias et le discours politique russes. Cela semblait fonctionner. En 2015, la détérioration progressive des attitudes à l’égard de l’Occident a atteint 81% des Russes ayant une perception négative des États-Unis d’Amérique et 71% un sentiment négatif à l’égard de l’UE.

L’effort de relations publiques n’était pas seulement domestique. La nouvelle image de soi de la Russie et sa nouvelle forme de démocratie spéciale, non occidentale, étaient projetées sur la scène mondiale. Une chaîne d’information de langue anglaise appartenant à l’État, Russia Today (RT), a été créée en 2005, dans le but supposé de racheter l’image de la Russie à l’étranger. Mais l’expérience RT évoluerait pour devenir quelque chose de beaucoup plus important: être un pionnier de ce que la chaîne appelle une « perspective alternative ».

Infowars: les États-Unis d’Amérique sont-ils laissés pour compte?

Il y a quelques semaines à peine, à la mi-novembre, la Conférence internationale sur le cyberconflit a eu lieu à Washington, DC. Collaboration entre l’Army Cyber ​​Institute (West Point) et le Centre d’excellence coopératif en cyberdéfense de l’OTAN, la conférence est un événement annuel depuis 2016. Le thème de cette année était «Cyber ​​conflit en compétition». L’une des séances a porté sur le thème de la «cyber souveraineté». Souveraineté, concurrence – les concepts auraient pu être tirés directement du titre du discours de Surkov plus de dix ans auparavant.

La conférence a pris pour hypothèse de départ la conclusion de la stratégie de défense nationale de 2018: «La concurrence stratégique entre États, et non le terrorisme, est désormais la principale préoccupation de la sécurité nationale des États-Unis d’Amérique».

La concurrence est la situation qui persiste entre les conflits de force, au cours desquels les adversaires déploient des mesures non cinétiques les uns contre les autres, perturbent les alliances et brouillent la ligne de démarcation entre la paix et la guerre. Plus précisément,

«Les conflits en compétition associent cyber, électronique et opérations d’information pour infiltrer les systèmes et les infrastructures, influencer les sentiments de la population et des décideurs nationaux, déstabiliser partenaires et alliés et créer les conditions d’une campagne «accomplie» avec les forces conventionnelles».

Les panélistes et les orateurs de CyCon se sont fréquemment abstenus de dire que la Russie avait dépassé de loin les États-Unis d’Amérique en matière de cyber-opérations et de capacités d’information, et que l’Amérique avait un besoin urgent de rattraper son retard. Si cela est vrai, à un certain niveau, cette plainte semble délibérément naïve. Les États-Unis d’Amérique ont bien sûr eu un succès incroyable – beaucoup plus que la Russie – en projetant ses propres valeurs dans le monde entier, culturellement et linguistiquement, et parfois peut-être moins avec succès, par le biais d’une intervention politique ou militaire directe.

Cependant, à un autre niveau, ce que la sécurité des Etats-Unis d’Amérique semble vouloir dire, c’est que la Russie a été en mesure de cultiver et de déployer de manière nouvelle les outils de la guerre de l’information, et qu’elle l’a fait largement inaperçue, cachée à la vue.

Signaux manqués

Comment les Etats-Unis d’Amérique et leurs partenaires ont-ils apparemment sous-estimé à ce point la capacité de la Russie à projeter une influence en utilisant des technologies de puissance douce modernes? Comme on dit, le recul est fixé à 20/20 – mais c’est aussi un exercice nécessaire pour essayer maintenant de comprendre quels aspects du paysage du renseignement auraient été pertinents pour diagnostiquer les intentions et les capacités de la Russie.

Une grande partie de la phase initiale de l’expérimentation du récit, avec la désinformation, la narration et l’influence – certains diraient que la poursuite des approches soviétiques a été décrite ci-dessus: ses débuts internes, avec Surkov et les technologues politiques, puis son évolution en une tactique projetée vers l’extérieur au milieu des années 2000.

La prochaine étape clé est survenue en 2009, lorsque Russia Today a été renommée RT, supprimant ainsi le centre d’intérêt explicite de la Russie. Peu de temps après, la chaîne a lancé une campagne publicitaire avec le slogan «Question More», qui reste la devise de RT. La phrase est un indicateur d’une nouvelle approche pour contrôler le récit: demandez à votre public de tout remettre en question, jusqu’à ce qu’il ne sache plus à qui on peut faire confiance, érodant ainsi sa confiance en les institutions traditionnelles. Adam Curtis décrit ce processus dans son documentaire surréaliste et inconfortable, Hypernormalisation.

Un exemple de la façon dont cela fonctionne peut être vu dans la façon dont, au fil des années, RT a produit des documentaires sur les États-Unis d’Amérique sur des sujets d’actualité qui semblaient assez anodins, pris individuellement. Cependant, collectivement, cela devient un filet régulier de « choses qui ne vont pas avec l’Amérique ».

Fracking (Fracturation hydraulique). Itinérance. Racisme. Risques liés aux OGM. Discrimination à l’égard des conjoints de même sexe. Anciens combattants oubliés. Brutalité policière. Vétérans infirmes par le SSPT. Crimes de guerre au Vietnam. L’eau empoisonnée à Flint. Cela ressemblait étrangement à une extension de la vision déçue du «Frère-2» d’un pays en décomposition. Mais le public visé n’était plus russe, c’était en Amérique même, où de tels récits finissaient par aggraver les divisions internes.

Voici comment Surkov décrit le processus de «capture d’état souple» en 2006: «Les valeurs s’érodent, l’État est déclaré inefficace, des divisions internes sont provoquées». À l’époque, c’était les méthodes que la Russie croyait utilisées contre elle. Il était donc logique que le Kremlin adopte ces méthodes et les inverse, contre l’Occident.

Cette approche a été confirmée au début de 2013 lorsque Valery Gerasimov, chef d’état-major des forces armées, a prononcé un discours lors de la réunion annuelle de l’Académie des sciences militaires. Il y décrit les approches « asymétriques » qu’il percevait comme caractérisant la guerre moderne.

«Les actions asymétriques ont été généralisées, permettant d’annuler les avantages d’un ennemi dans un conflit armé. Parmi ces actions figurent le recours à des forces d’opérations spéciales et à l’opposition interne pour créer un front d’opération permanent sur tout le territoire de l’État ennemi, ainsi que des actions, des dispositifs et des moyens d’information constamment perfectionnés.»

Ce discours a été largement ignoré jusqu’en 2014, lorsque le Dr Mark Galeotti, expert russe, l’a draguée pour expliquer les actions secrètes de la Russie en Ukraine. Il a inventé la phrase «Doctrine Gerasimov», qui s’est répandue dans la réalité (il a depuis affirmé, quelque peu faussement, qu’il n’avait jamais voulu que cela se produise). Plus important cependant, la dissection par Galeotti des mots de Gerasimov n’a pas permis de mettre en évidence certains indicateurs clés – les points du discours où Gerasimov indique explicitement la route que la Russie doit emprunter. Tout d’abord,

«L’espace d’information ouvre de vastes possibilités asymétriques pour réduire le potentiel de combat de l’ennemi. En Afrique du Nord, nous avons été témoins de l’utilisation des technologies pour influencer les structures de l’État et la population à l’aide de réseaux d’information. Il est nécessaire de perfectionner les activités dans l’espace d’information.»

Et deuxièmement,

« Nous ne devons pas copier l’expérience étrangère et courir après les pays en tête, mais nous devons les dépasser et occuper nous-mêmes des postes à responsabilités. »

Le plus haut responsable militaire de la Russie plaidait pour que la Russie occupe une position de premier plan, notamment dans la guerre de l’information. Pourtant, la traduction complète et exacte de ses remarques, accompagnée d’une analyse convaincante de Charles Bartles, n’apparaît que dans l’édition de janvier-février 2016 de la Revue militaire des Etats-Unis d’Amérique, trois ans après l’événement.

Leçons apprises

L’un des messages principaux de CyCon18 était que l’avenir du monde démocratique reposait sur la capacité des États démocratiques et des acteurs non étatiques à «anticiper, s’adapter et innover». Cela fournit en fait un critère pratique pour évaluer

Manifestement, il y a eu des ratés d’anticipation en ce qui concerne les actions de la Russie. La guerre en Géorgie était une surprise, l’annexion de la Crimée était une surprise. Et malgré l’utilisation de cyberattaques en Estonie en 2007, la désinformation et les «fausses nouvelles» lors des conflits en Ukraine et en Géorgie, l’application de tactiques similaires aux États-Unis d’Amérique était également une surprise.

De tels échecs d’anticipation peuvent, à leur tour, être attribués en grande partie aux échecs d’adaptation. Le plus frappant d’entre eux était peut-être le désir de placer une version spécifique de l’histoire – en fait, la fin de l’histoire – au-dessus de la réalité. La guerre froide était gagnée. La Russie n’était plus un adversaire formidable. Dans tous les ministères occidentaux des affaires étrangères et de la défense, les bureaux de la Russie ont été réduits, les spécialistes russes négligés au profit des spécialistes du Moyen-Orient.

En 2006, l’année même où Surkov prononçait son discours sur la démocratie souveraine, un sondage mené auprès du public des Etats-Unis d’Amérique montrait que 71% pensaient que la Russie continuerait à devenir plus démocratique, malgré tous les signes indiquant le contraire.

La complaisance et les préjugés venaient aussi du sommet. En 2009, Barack Obama s’est rendu en Russie et, avant même de rencontrer le Premier ministre de l’époque, Poutine, a déclaré que ce dernier était resté «dans les anciennes façons de faire des affaires», dans l’esprit de la guerre froide. Pas plus tard qu’en 2016, Obama a encore une fois rejeté la Russie, la qualifiant de plus petite et plus faible que les États-Unis d’Amérique.

Il est impossible d’éviter complètement les erreurs et les oublis, mais quelques principes directeurs peuvent aider à améliorer la capacité des acteurs étatiques à anticiper et à s’adapter à l’avenir.

Tout d’abord, soyez conscient des préjugés, mais aussi de l’exceptionnalisme du type «Bien sûr, cela se passe là-bas, mais cela ne pourrait jamais nous arriver!»

Deuxièmement, évitez de rejeter les idées qui remettent en cause le statu quo. Ironiquement, le général Gerasimov a justement plaidé pour cela: «Une attitude méprisante envers les nouvelles idées, les approches non standard, les autres points de vue est inacceptable en science militaire».

À titre d’illustration – le général James Mattis a publié un article en 2005 sur «La montée des guerres hybrides» dans lequel il soulignait l’importance des opérations d’information et des guerres d’idées. La démission de Mattis sous Obama aurait eu lieu parce que « Mattis poussait la Maison Blanche à réfléchir plus durement et plus profondément », ce qui est entré en conflit avec le conseiller à la sécurité nationale, Tom Donilon, qui a réagi.

Troisièmement, faites attention, non seulement aux signaux politiques, mais également aux facteurs culturels, et agissez en conséquence, jetant les bases d’un engagement au-delà de l’ère Poutine et réduisant ainsi le besoin en infowars. À l’heure actuelle, par exemple, il y a une lueur d’espoir: des sondages effectués par le Levada Center ayant montré que la perception négative que les Russes avaient de l’Occident était en train de s’inverser de son sommet de 2015 et qu’un nombre croissant de Russes estimaient qu’un rapprochement avec l’Ouest était nécessaire. Selon Levada, rien qu’en 2018, la proportion de Russes qui ont une perception positive des États-Unis d’Amérique a doublé pour atteindre 42%.

Quatrièmement, optimisez la diversité des sources de renseignement analysées pour obtenir des indices sur le comportement de la Russie et définissez clairement les indicateurs qui importent. Cela peut être évident mais ne semble pas toujours être pratiqué. Déclarations et discours officiels, lois et doctrines, recherches universitaires, analyses nuancées basées sur la Russie (ça existe!), Médias appartenant à l’État, ainsi que des experts occidentaux. Peter Pomerantsev était l’un des rares à évaluer avec précision ce que faisait la Russie – même avec un retard important, émettant des avertissements en 2014 et 2015. En 2014, il écrivait sur l’Ukraine d’une manière qui présageait l’ingérence électorale de 2016 aux États-Unis d’Amérique:

«La nouvelle Russie ne s’occupe pas uniquement de désinformation mineure, de falsifications, de mensonges, de fuites et de cyber-sabotage généralement associés à la guerre de l’information. Elle réinvente la réalité en créant des hallucinations de masse qui se traduisent ensuite en actions politiques.»

Cela dit, Pomerantsev se heurte à un autre piège à éviter: exagérer les intentions et les capacités de la Russie. «Réinventer la réalité» et «créer des hallucinations de masse» se lit de manière hystérique. La Russie n’a rien fait de révolutionnaire. Elle a perçu que ses concurrents utilisaient certaines stratégies et a donc adopté ces stratégies. La Russie s’adapte simplement, parfois de manière opportuniste, parfois tactique, et parfois stratégiquement, au même nouvel environnement chaotique dans lequel se trouvent tous les pays. C’est souvent un processus expérimental dans lequel les approches qui «fonctionnent» sont maintenues et celles qui ne fonctionnent pas sont rejetées.

L’analyse 2002 de Douglas Carman de la doctrine de sécurité de l’information de la Russie fait une analogie délicieuse avec l’histoire de Franz Kafka, «The Burrow». Carman avertit que pour contrôler l’information, le sens authentique et l’identité, la Russie risque de devenir comme la créature de l’histoire de Kafka, qui « creuse un labyrinthe complexe de tunnels souterrains pour échapper aux bêtes imaginaires qui se cachent à l’extérieur, mais ne peut finalement pas faire la différence entre des bruits extérieurs et des bruits créés par ses propres fouilles. »

En fin de compte, cette dépendance à la confusion est une faiblesse du régime de Poutine, pas sa force. En y faisant face, nous ne devons pas nous perdre dans des terriers de notre propre conception, et croyez plutôt que l’exactitude – pas «la vérité» – finira par vaincre.

Alisa Lockwood, rédactrice en chef de la GRI

Alisa a plus de 13 ans d’expérience dans le risque politique. Alisa a débuté sa carrière dans une entreprise à risque politique, Exclusive Analysis, et a récemment occupé pendant cinq ans le poste de responsable des risques pays Europe / CEI chez IHS Global, où elle a conseillé de grandes entreprises et des gouvernements sur les risques politiques et de sécurité dans la région. Elle a également dirigé le développement du produit d’évaluation du risque de contrepartie d’IHS et supervisé les enquêtes mondiales. Les commentaires d’Alisa ont souvent paru dans les médias, notamment Bloomberg, CNBC et Sky News. Elle a vécu au Canada, en France, au Royaume-Uni et en Russie, où elle a travaillé au Service européen pour l’action extérieure à Moscou.
Si cela vous a plu, partagez-le avec vos amis!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : GLOBAL RISK INSIGHTS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :