A la Une

« Face à la 4ème charge », Ghosn annonce une conférence de presse

Le patron de Nissan Motor, Carlos Ghosn. Reuters File photo

Les procureurs de Tokyo envisagent de porter de nouvelles accusations contre Carlos Ghosn, ont annoncé mercredi les médias locaux, alors que l’ancien patron de Nissan avait annoncé sur Twitter qu’il donnerait sa version de l’histoire.

Les enquêteurs japonais s’attendent, semble-t-il, à une possible accusation d’abus de confiance aggravé concernant au moins 32 millions de dollars de fonds de Nissan transférés à un distributeur à Oman.

Une partie de l’argent aurait été utilisée pour acheter un bateau de luxe qui aurait été utilisé par Ghosn et sa famille, selon une source proche du dossier.

Si les procureurs de Tokyo procédaient, ce serait la quatrième accusation pénale contre l’ancien dirigeant d’une entreprise automobile âgée de 65 ans, qui nie toutes les allégations.

Ghosn fait déjà face à trois chefs d’accusation d’inconduite financière pour des allégations selon lesquelles il aurait sous-déclaré son indemnisation et cherché à transférer les pertes personnelles dans les livres de Nissan.

Les procureurs du district de Tokyo discutent de l’affaire avec des collègues plus expérimentés avant de décider d’aller de l’avant, ont déclaré les médias japonais.

Peu de temps après la parution de ces informations, un compte Twitter vérifié au nom de Ghosn a indiqué qu’il s’adresserait aux journalistes la semaine prochaine. « Je m’apprête à dire la vérité sur ce qui se passe. Conférence de presse le jeudi 11 avril », a indiqué le tweet envoyé tôt mercredi après-midi.

Une porte-parole de l’exécutif a confirmé la conférence de presse dans une déclaration à l’AFP.

Si les procureurs devaient déposer de nouvelles accusations, cela ne voudrait pas dire que Ghosn retourne au centre de détention où il a passé plus de trois mois avant de gagner sa liberté provisoire le 6 mars, selon un avocat de la localité.

« Le procureur peut frapper Ghosn de nouvelles accusations sans le renvoyer en prison. Les procureurs auraient à justifier de nouveau leur détention en affirmant qu’il risquait de fuir, qu’il pourrait détruire des preuves et que leurs chances semblent plutôt minces », a déclaré l’avocat, qui a demandé à rester anonyme.

La nouvelle est arrivée après la découverte par des avocats de Renault – la société mère de Nissan dirigée par Ghosn – d’avoir remis aux procureurs des documents faisant état de millions de dollars de paiements versés aux distributeurs du cabinet à Oman.

Une enquête interne menée par Nissan, qui coopère avec les procureurs, a révélé que M. Ghosn avait approuvé des paiements de plus de 30 millions de dollars à un distributeur à Oman, a confirmé à l’AFP une personne familière du dossier.

Une partie de cet argent a fini dans des comptes personnels, ou a été utilisé pour des achats et des investissements par Ghosn – principalement pour acheter un yacht et effectuer des investissements via l’entreprise de son fils – selon cette personne.

Un porte-parole de Ghosn a déjà rejeté ces allégations.

« Les paiements effectués par Renault au distributeur à Oman n’ont pas été détournés de leurs objectifs commerciaux et en aucun cas, tout ou partie de ces paiements n’ont bénéficié à Carlos Ghosn ou sa famille,  a déclaré le représentant dans un communiqué.

Dans un éclair du bleu qui a secoué le Japon et le monde des affaires, Ghosn a été arrêté le 19 novembre après que les procureurs eurent pris d’assaut son jet privé dans un aéroport de Tokyo et l’avaient arrêté.

Il a passé plus de 100 jours en détention avec un accès limité à un avocat avant d’être libéré sous une caution de près de 9 millions de dollars.

Nissan l’a rapidement limogé de son poste de président et devrait également le destituer du conseil d’administration lors d’une assemblée générale extraordinaire des actionnaires prévue lundi.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : DECCAN HERALD

Les procureurs japonais font venir l’ex-président de Nissan, Ghosn

TOKYO – Les procureurs japonais ont interrogé l’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, à peine un mois après sa libération sous caution avant son procès pour inconduite financière.

Des images de la télévision japonaise ont montré des fonctionnaires entrant dans l’appartement de Ghosn à Tokyo jeudi, puis une voiture se rendant au bureau du procureur.

Il pourrait faire face à ce qui sera sa quatrième arrestation en vertu de la loi japonaise. Il a été arrêté pour la première fois en novembre pour des accusations de sous-déclaration de sa rémunération. Il a été arrêté de nouveau deux fois en décembre, notamment pour corruption. Les arrestations prolongent les détentions sans procès.

La dernière accusation semble être liée à l’enquête de Renault, partenaire français de l’alliance française Renault, concernant des paiements versés à Oman à un important concessionnaire, dont certains seraient soupçonnés d’avoir été destinés à un usage personnel par Ghosn.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Japan News

Ghosn, ancien patron de Nissan, arrêté à nouveau moins d’un mois après sa libération

TOKYO (Kyodo) – L’ancien président de Nissan Motor Co., Carlos Ghosn, a de nouveau été arrêté jeudi, moins d’un mois après sa libération sous caution. Les procureurs ont alors enquêté sur l’utilisation présumée des fonds du constructeur par un distributeur d’Oman.

Un quatrième mandat d’arrêt a été signifié à Ghosn pour la nouvelle allégation d’abus de confiance aggravé. Les procureurs ont déclaré qu’il avait causé à Nissan une perte d’environ 563 millions de yens (5 millions de dollars).

Des sources proches du dossier ont indiqué plus tôt que la nouvelle allégation concernait l’utilisation d’une partie des 3,5 milliards de yens versés au distributeur omanais à partir de 2012, en tant qu’incitatifs à la vente provenant de la soi-disant réserve de PDG de Nissan, une réserve de fonds que Ghosn pourrait utiliser à sa discrétion. à l’époque.

Certains des fonds auraient été transférés par l’intermédiaire de la société d’investissement Good Faith Investments, dirigée par un haut responsable du distributeur, à une société représentée par l’épouse de Ghosn. L’argent aurait peut-être été dépensé pour l’achat d’un yacht de luxe destiné à la famille Ghosn et à d’autres objets, selon les sources.

Une société d’investissement basée aux États-Unis d’Amérique, dont le PDG est le fils de Ghosn, est également soupçonnée de recevoir de l’argent de Good Faith Investments, selon la même source.

Ghosn, qui a été libéré de la maison de détention de Tokyo le 6 mars, a été emmené jeudi matin au bureau du procureur dans une voiture, un jour après que l’homme de 65 ans eut annoncé sur Twitter qu’il organiserait une conférence de presse le 11 avril. Pour « dire la vérité sur ce qui se passe. »

Ghosn se préparait à se défendre contre des accusations de violation de la loi sur les instruments financiers en sous-déclarant la rémunération aux autorités de réglementation pendant plusieurs années, ainsi que d’abus de confiance aggravé en rapport avec le transfert présumé de pertes liées à des investissements privés à Nissan.

Pendant son séjour en détention, Nissan, Renault SA et Mitsubishi Motors Corp. ont tous renversé Ghosn, l’architecte du partenariat à trois voies, en tant que président, et se sont voués à renforcer le groupe automobile en son absence.

Le traitement réservé à Ghosn à la suite de son arrestation a placé le système de justice pénale japonais sous surveillance internationale, avec des pratiques telles que la détention d’un suspect pendant une longue période et la conduite d’interrogatoires en l’absence d’un avocat, assimilées par les critiques à une « justice des otages ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Mainichi

Ghosn se dit prêt à tenir une conférence de presse le 11 avril

L’ancien président de Nissan Motor, Carlos Ghosn, s’est dit prêt à tenir une conférence de presse le 11 avril.

Sur un compte Twitter qu’il vient d’ouvrir, Ghosn a déclaré: « Je me prépare à dire la vérité sur ce qui se passe. »

Ce message est le premier qu’il a publié directement depuis sa libération sous caution le mois dernier.

Ghosn a été inculpé de délit de confiance aggravé.

Les procureurs de Tokyo soupçonnent également qu’il a détourné une partie de l’argent versé à un concessionnaire à Oman pour son usage personnel.

Ghosn serait autorisé, en vertu de ses conditions de mise en liberté sous caution, à utiliser Internet sur des ordinateurs installés dans les bureaux de ses avocats.

News source: NHK

Traduction : MIRASTNEWS

Source : News On Japan

Les procureurs se concentrent sur la «route d’Oman» de Ghosn

n-analysis-a-20190318-870x580

Les procureurs de Tokyo préparent leur cas contre l’ancien président de Nissan Motor Co., Carlos Ghosn, pour avoir détourné une partie des fonds du constructeur automobile pour son usage personnel via une connaissance à Oman, ont indiqué des sources.

L’escouade spéciale d’enquêtes du bureau du procureur du district de Tokyo coordonne ses activités avec le bureau du procureur général, parmi d’autres agences, sur d’éventuelles accusations d’abus de confiance aggravé en vertu du droit des sociétés. Une décision finale à ce sujet est attendue sous peu.

Les procureurs soupçonnent M. Ghosn, âgé de 65 ans, d’avoir payé un total de 35 millions de dollars (environ 3,9 milliards de yens au taux de change actuel) à un concessionnaire d’Oman appartenant à sa connaissance, avec un fonds secret de Nissan appelé « Réserve pour les PDG ».

Les paiements auraient été effectués via Nissan Middle East, une filiale consolidée de Nissan basée aux Émirats arabes unis, de 2012 à 2018 environ.

Un haut responsable indien du concessionnaire Oman aurait envoyé environ 32 millions € (d’un montant d’environ 4 milliards de yens) sur un compte personnel d’une banque libanaise à Good Faith Investments (GFI), une société d’investissement basée au Liban PDG de, en 2015-2016.

Sur ce montant, au moins 7,5 millions d’euros (environ 935 millions de yens) auraient été transférés dans une société dirigée par la femme de Ghosn et éventuellement utilisée pour acheter un yacht italien.

De plus, une partie de l’argent envoyé à GFI a peut-être été transféré à une société d’investissement états-unienne dont le fils de Ghosn est le PDG, où il a été intégré au portefeuille de placements personnels de Ghosn.

Les procureurs estiment que ces virements ont été essentiellement effectués sur ordre de Ghosn et soupçonnent fortement que certains fonds de Nissan ont été acheminés vers l’ancien président via GFI.

Environ 100 millions de dollars (environ 11 milliards de yens) auraient été versés à partir des réserves du PDG depuis 2009 à des concessionnaires et à d’autres entités dans cinq pays du Moyen-Orient. Les procureurs ont axé leurs enquêtes sur ce qu’ils appellent la «route d’Oman».

Ghosn a maintenu que les paiements au Moyen-Orient étaient valables et incluaient des paiements incitatifs pour les ventes réalisées dans les différents pays.

Ghosn a été arrêté le 19 novembre pour avoir enfreint la loi sur les instruments financiers et les changes en raison de la sous-estimation de la rémunération de ses dirigeants dans les états financiers. Le 10 décembre, il a été mis en accusation par des procureurs. Le 11 janvier, il a été arrêté à nouveau, ce qui lui a valu une accusation d’abus de confiance aggravé. Après avoir passé 108 jours en détention, il a été libéré sous caution le 6 mars.

Ghosn a nié toutes les allégations.

The Yomiuri Shimbun

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Japan News

Ghosn soupçonné d’utiliser la chaîne omanaise pour payer ses emprunts et son yacht

https3a2f2fs3-ap-northeast-1.amazonaws.com2fpsh-ex-ftnikkei-3937bb42fimages2f22f62f72f32f20153762-3-eng-gb2fcropped-15542994662018-12-04t005211z_1641656976_rc1be652cda0_rtrmadp_3_nissan-

L’ancien président de Nissan Motor, Carlos Ghosn, est soupçonné d’avoir dépensé 31 millions de dollars de fonds d’entreprise pour son usage personnel. © Reuters

Les procureurs enquêtent sur un ancien président qui avait utilisé 31 millions de dollars d’argent de Nissan pour son usage personnel

TOKYO – Les procureurs japonais enquêtent sur des allégations selon lesquelles l’ancien président de Nissan Motor, Carlos Ghosn, aurait effectué des paiements irréguliers à un associé omanais en utilisant les fonds de l’entreprise pour des prêts personnels et un yacht, a déclaré une source à Nikkei mercredi, quelques jours l’annonce, son partenaire français, Renault, avait prévenu les procureurs de transactions similaires.

Le bureau du procureur général à Tokyo déciderait s’il convient d’inculper Ghosn d’un abus de confiance aggravé dans cette affaire.

Ghosn aurait apparemment effectué des paiements d’une valeur de 3,5 milliards de yens (31,4 millions de dollars aux taux actuels) à compter de 2009, à Suhail Bahwan Automobiles, un distributeur omanais appartenant à un associé, selon la source. L’argent, classé dans les dépenses de promotion des ventes, provenait d’une réserve discrétionnaire du chef de la direction à l’époque où Ghosn occupait ce poste.

Mais des documents révèlent que Ghosn a reçu un prêt d’environ 3 milliards de yens de cet associé à peu près au même moment. Un autre dirigeant de la SBA a également investi 1,6 milliard de yens pour l’achat d’un yacht pour une société dans laquelle la femme de Ghosn travaillait comme représentante.

Les fonds versés au distributeur à partir de la réserve du PDG auraient été utilisés pour l’usage personnel de Ghosn plutôt que pour des promotions commerciales.

Dans une interview accordée à Nikkei depuis son centre de détention à Tokyo le 30 janvier, Ghosn a déclaré que « la réserve du PDG n’est pas une boîte noire » et que les agents ont approuvé les paiements. Des paiements incitatifs similaires de la réserve du PDG à d’autres régions ne sont pas examinés, a-t-il noté.

Les procureurs japonais ont poursuivi leur enquête sur Ghosn, qui avait été arrêté en novembre pour suspicion de fraude financière et qui aurait omis de signaler une indemnité d’environ 9,1 milliards de yens à verser après sa retraite.

Il a été mis en accusation en janvier, accusé d’avoir transféré environ 1,28 milliard de yens d’une filiale de Nissan à un associé saoudien.

L’ancien président a été libéré sous caution le 6 mars et vit actuellement dans une résidence de Tokyo connue du tribunal.

YUSUKE KONISHI

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Japan News

Les avocats de Ghosn réclament un procès séparé chez Nissan

Un avocat de la défense de Carlos Ghosn a déclaré que son équipe juridique avait demandé à un tribunal de Tokyo de séparer le procès de l’ancien président de Nissan Motor de celui du constructeur automobile.

Ghosn est accusé d’avoir sous-estimé son revenu dans les rapports sur les titres de Nissan. La société elle-même a également été accusée de fausses déclarations financières.

L’avocat Junichiro Hironaka s’est entretenu mardi avec les médias au Club des correspondants étrangers du Japon, à Tokyo.

Le tribunal de district de Tokyo s’est entretenu avec les procureurs et l’équipe juridique de Ghosn sur la procédure à suivre pour son procès. Le tribunal prévoit de tenir sa première audience en septembre.

Hironaka a affirmé que, les hauts responsables de Nissan ayant conclu un accord de négociation de plaidoyer, l’entreprise ressemble davantage à un procureur qu’à un accusé.

Il a dit que ce serait injuste pour Ghosn si Nissan agissait en tant que procureur devant le même juge.

Hironaka a également déclaré s’attendre à ce que Ghosn tienne une conférence de presse ce mois-ci. Il a ajouté que son équipe juridique préparait actuellement les sujets de discussion de l’ancien président.

Hironaka a déclaré que les procureurs n’avaient pas demandé à interroger Ghosn depuis sa libération sous caution le mois dernier.

Il a déclaré que son équipe ne pouvait pas dire si elle accepterait une telle demande avant de savoir de quoi elle parle.

News source: NHK

Traduction : MIRASTNEWS

Source : News On Japan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :