A la Une

Les prix du pétrole sont suffisamment bas pour que les Etats-Unis d’Amérique restent fermes face aux sanctions imposées sur le Venezuela – Penc

Le vice-président des Etats-Unis d’Amérique Mike Pence écoute la rencontre du président Donald Trump avec Fabiana Rosales, épouse du chef de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido, au bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, aux États-Unis d’Amérique, le 27 mars 2019. REUTERS / Carlos Barria

WASHINGTON – Le vice-président des Etats-Unis d’Amérique Mike Pence a déclaré mardi que les Etats-Unis d’Amérique continueraient à faire pression sur l’industrie pétrolière vénézuélienne et sur ceux qui le soutiennent par des sanctions [politiques à effets – MIRASTNEWS] économiques, estimant que les prix mondiaux du pétrole étaient suffisamment bas pour permettre ces mesures.

Les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau depuis novembre, avec un brut de Brent approchant les 70 dollars le baril, en partie par crainte que les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre l’Iran et le Venezuela, membres de l’OPEP, n’entraînent une réduction de l’offre mondiale. [O/R]

« Nous reconnaissons l’importance de l’énergie pour les États-Unis d’Amérique », a déclaré Pence à la presse. « Mais le prix du pétrole dans le monde est assez bas depuis un certain temps, assez compétitif depuis un certain temps et nous allons simplement continuer à rester fermes et à exercer encore plus de pression sur ce régime », a-t-il déclaré.

[Ainsi pour vendre les hydrocarbures de schiste, les Etats-Unis d’Amérique ont grandement besoin de réduire les quantités des autres grands producteurs jusqu’à épuisement de leurs gisements, d’où les sanctions imposées à d’autres pays concurrents. En effet, la fracturation hydraulique réclame l’injection d’énormes fonds empruntés sur les marchés financiers pour les extraire, lesquels doivent impérativement être recouvrés et remboursés et produire des bénéfices. Une offre abondante sur le marché réduit les chances pour les producteurs états-uniens de rentrer dans leurs frais et met donc en danger l’existence de cette branche d’activité devenue relativement juteuse. MIRASTNEWS].

Un responsable de la Maison Blanche a déclaré que les prix du pétrole ont récemment progressé par rapport à leurs plus bas niveaux historiques, mais qu’ils sont encore sous les plus hauts de l’année dernière.

Les commentaires de Pence contrastaient avec les préoccupations exprimées par le président Donald Trump concernant les prix du pétrole. Pas plus tard que la semaine dernière, Trump a appelé l’Organisation des pays exportateurs de pétrole à augmenter sa production, affirmant sur Twitter que le prix du pétrole « devenait trop élevé ».

[Les autorités des Etats-Unis d’Amérique font très attention à ce que les prix des hydrocarbures ne dépassent pas un certain seuil raisonnable pour la rentabilité, afin de ne pas mécontenter les populations états-uniennes et sans doute provoquer des troubles. – MIRASTNEWS].

Pence, qui aide à diriger la campagne de la Maison-Blanche pour déloger le président vénézuélien Nicolas Maduro du pouvoir, a tenu ces propos lors d’une réunion avec les membres de la famille de six cadres emprisonnés au Venezuela depuis 2017. Les dirigeants travaillaient pour Citgo Petroleum, la division de raffinage de la société pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA aux Etats-Unis d’Amérique. [Une filiale que les Etats-Unis d’Amérique ont saisie avec la complicité de l’opposition vénézuélienne. –MIRASTNEWS].

Les États-Unis d’Amérique et la plupart des pays occidentaux ont soutenu le chef de l’opposition vénézuélienne, Juan Guaido, qui s’est déclaré président par intérim en janvier, affirmant que la réélection de Maduro en 2018 était illégitime. Maduro a qualifié Guaido de marionnette des États-Unis d’Amérique.

Les Etats-Unis d’Amérique ont imposé des sanctions sévères à PDVSA en janvier, dans le but de couper le gouvernement de Maduro des revenus pétroliers.

Trump envisage d’étendre les mesures avec des sanctions aux entreprises étrangères qui font des affaires avec le Venezuela, a déclaré vendredi son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton.

«Nous allons continuer à faire pression sur l’industrie pétrolière. Nous allons continuer à faire pression sur les pays de cet hémisphère qui soutiennent la dictature au Venezuela», a déclaré M. Pence.

[Guaido qui veut prendre le pouvoir par la force avec l’aide des Etats-Unis d’Amérique ne s’est pas présenté aux dernières élections présidentielles. Son but est de confisquer le pouvoir et de donner les commandes aux autorités des Etats-Unis d’Amérique qui lorgnent et veulent mettre la main sur les ressources naturelles du pays, au détriment de l’Etat et de la grande majorité des populations vénézuéliennes. MIRASTNEWS].

Pence a également déclaré que le gouvernement Trump envisageait de nouvelles mesures pour punir Cuba, qui entretient des liens étroits avec Maduro. [Depuis de longues années, les Etats-Unis d’Amérique appliquent un embargo sauvage contre Cuba en raison de son indépendance fortement affichée vis-à-vis des puissances prédatrices. – MIRASTNEWS].

« Nous envisageons une action énergique contre Cuba, qui continue de fournir du personnel et un soutien à la dictature au Venezuela », a-t-il déclaré.

[Les Etats-Unis d’Amérique par leurs actions violentes représentent la plus grande menace de dictature dans le monde. Ils continuent à vouloir appliquer des politiques à caractère unilatéraliste qui s’appuient sur le droit faillible des Etats-Unis d’Amérique, enterrant jour après jour le droit international au lieu de le faire évoluer de manière positive. – MIRASTNEWS.

«RENCONTRÉS POUR LEUR VIE»

Pence a exprimé sa sympathie aux membres de la famille des six dirigeants de Citgo – cinq citoyens des Etats-Unis d’Amérique et un résident permanent – arrêtés à Caracas lors de réunions de travail et accusés de détournement de fonds et de blanchiment d’argent.

Pence a déclaré que les hommes avaient été « illégalement détenus » et que 16 audiences avaient été annulées, car ils mourraient dans des cellules du sous-sol sans nourriture ni traitement médical suffisant. Il a dit que l’administration Trump travaillait pour la libération des prisonniers.

« Nous sommes juste inquiets pour leur vie et nous voulons juste qu’ils rentrent chez eux le plus tôt possible », a déclaré Carlos Anez, qui a déclaré à Pence que son père travaillait pour Citgo depuis plus de 20 ans avant d’être placé en détention.

Traduction et commentaires : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Reuters

Washington préoccupé par le maintien de Maduro au pouvoir

Elliot Abrams lors de la session du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le Venezuela | Photo: Reuters

Washington doit réévaluer la situation au Venezuela après avoir été surpris par le maintien du pouvoir de Maduro à la suite du coup d’État manqué de janvier. Ceci selon un rapport d’une source diplomatique anonyme, publié dans El Nuevo Herald.

Le maintien de Maduro au pouvoir a préoccupé Washington ainsi que divers pays voisins de la région qui s’inquiètent de la situation. Il semble que les voisins du Venezuela aient tenu une fausse promesse de se débarrasser assez rapidement du président vénézuélien. Selon le rapport, les alliés des États-Unis d’Amérique sont déçus du résultat et remettent en question leur décision de reconnaître Juan Guaido comme président par intérim.

Une invasion militaire semble être la seule méthode disponible pour atteindre son objectif, et un tel scénario ne plairait guère aux pays comme la Colombie et au Brésil, selon le rapport.

Le président autoproclamé, Juan Guaido, a également intensifié son discours sur une intervention militaire étrangère alors que les gens commençaient à remettre en question ses propres intentions. Lors d’un rassemblement à Los Teques, près de Caracas, Guaido a parlé à une foule de personnes exprimant sa volonté de faire exploser sa propre puissance dans son pays. « Bien sûr, nous allons parler de 187. Nous n’avons pas parlé ici entre les lignes, ici nous avons parlé très clairement. » Référence à l’article 187.11 de la constitution vénézuélienne, qui régit l’autorisation d’une mission militaire étrangère dans le pays.

Il a été démontré que les États-Unis d’Amérique étaient de plus en plus désespérés face à la situation au Venezuela. Elliot Abrams, l’envoyé spécial de Trump au Venezuela et condamné comme criminel de guerre, a même proféré des menaces à l’encontre de la Russie, alliée du Venezuela, affirmant qu’elle « paierait le prix fort » pour son soutien au pays.

Entre temps, la Russie et la Chine ont rejeté les menaces proférées par les Etats-Unis d’Amérique. Le député du département de l’information du ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine, Geng Shuang, a riposté après les déclarations faites par les États-Unis d’Amérique, affirmant que « l’Amérique latine n’appartient à aucun pays et ne constitue pas non plus l’arrière-cour d’un État ».

La semaine dernière, la Chine a livré environ 65 tonnes de fournitures médicales au Venezuela, à la suite d’un accord de coopération dans ce secteur. Le Venezuela cherche à soutenir son développement médical en raison de sanctions économiques rendant les importations presque impossibles.

Traduction et commentaires : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : teleSUR

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :