A la Une

Un cadeau du Deep State états-unien ? – Un groupe qui cherche le changement de pouvoir en Corée du Nord défi Kim Jong-un

© AP Photo / Wong Maye-E

L’auteur de l’attentat aveugle contre l’ambassade de Corée du Nord à Madrid du 22 février est déjà connu. C’est une organisation qui s’appelle Cheollima Civil Defence, un groupe rebelle qui souhaite le changement de pouvoir en Corée du Nord.

À l’heure actuelle, on sait très peu de choses sur l’organisation, également connue sous le nom de Free Joseon, et ses membres. Ce sont principalement ce qu’ils racontent sur eux-mêmes, a déclaré dans une interview à Sputnik, l’analyste spécialisé sur la Corée et directeur du cabinet de conseil Korea Risk Group, Andréi Lankov.

Selon l’interviewé, le rôle clé dans cette organisation ne concerne pas les Sud-Coréens ni les Nord-Coréens, mais la diaspora coréenne.

« Les textes publiés par le groupe sont écrits dans une version assez étrange de la langue coréenne. Nous pouvons donc en conclure que les auteurs sont des personnes qui n’ont pas été scolarisées dans les universités du sud ou du nord, c’est-à-dire les dirigeants du groupe, apparemment, ce sont surtout des [descendants] d’émigrés », a-t-il déclaré.

Ne le manquez pas: Pyongyang décrit l’assaut de l’ambassade de Corée du Nord à Madrid comme une attaque

Le chef de ce groupe est probablement Adrian Hong Chang, qui a déjà une histoire de combat contre Pyongyang. On lui attribue précisément l’attaque contre l’ambassade de Corée du Nord à Madrid.

Il a 35 ans et est originaire du Mexique. Il a fait des études supérieures aux États-Unis d’Amérique. Hong est l’un des fondateurs du groupe états-unien Liberty en Corée du Nord (LiNK), qui aide les Nord-Coréens à fuir le pays.

Cependant, les membres de la diaspora ne sont pas les seuls membres du groupe: il n’est pas exclu qu’il y ait des Nord-Coréens. Mais ils sont peu nombreux et n’ont pour la plupart aucune expérience du combat. Celles qui fuient la Corée du Nord sont pour la plupart des femmes âgées de 40 ans qui n’ont pas terminé leurs études secondaires, elles ne peuvent donc pas être la base du groupe, a-t-il ajouté.

« Cela signifie que les personnes qui ont servi dans l’armée et sont aptes à utiliser des armes sont gardées en Corée du Nord. Elles ne font donc pas partie des migrants, sans parler des membres des services spéciaux de la Corée du Nord. Toute tentative d’activités contre l’État est immédiatement réprimée », a-t-il déclaré.

Il est peu probable que l’organisation soit directement parrainée par un service de renseignement, mais il est évident que personne n’aurait pu négliger ses activités, c’est-à-dire que les services de renseignement sont au courant de son existence, y compris celles de la Corée du Sud et des États-Unis d’Amérique, a déclaré Lankov.

Autrement dit, des groupes comme celui-ci existent parce que les services de renseignement étrangers le permettent. Ces derniers ne font rien pour empêcher leurs activités tant que cela leur convient. Mais cela signifie nécessairement qu’ils étaient au courant de leurs projets. Il est à espérer qu’ils ne surveilleront pas chacune de leurs opérations, car elles ne représentent pas un plus grand danger pour les Etats-Unis d’Amérique.

[Contre – MIRASTNEWS] Révolutionnaires ou terroristes?

Free Joseon, en tant que groupe rebelle, ne diffuse aucune information sur ses activités, ni sur le nombre de personnes qui en font partie. On sait seulement qu’une dizaine de personnes ont pris part à l’attaque contre l’ambassade de Madrid.

L’attaque contre l’ambassade de Corée du Nord à Madrid, le 22 février, visait à compromettre le sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un du 27 au 28 février, car certains craignaient que Trump ne fasse des concessions à la Corée du Nord, a souligné Lankov.

« Je ne serais pas surpris si certaines têtes brûlées de la CIA avaient organisé cette attaque pour empêcher le sommet », a-t-il déclaré.

À la suite de l’attaque, Pyongyang a qualifié les actions des assaillants de « grave attaque terroriste ».

Cela peut vous intéresser: Le paradis socialiste: le Vietnam donne une leçon à Kim Jong-un

Sur son site Internet, Free Joseon a déclaré que les événements de Madrid ne constituaient pas une attaque et que le groupe devait « réagir à une situation urgente » à l’ambassade. Selon l’organisation elle-même, ses membres ont été invités à l’ambassade et n’ont pas utilisé d’armes par respect pour le pays hôte, l’Espagne. La lecture du texte montre clairement qu’il est plein de contradictions.

En outre, les auteurs du message ont assuré que l’action n’avait aucun lien avec le sommet de Hanoi. La note en général justifie les actions des assaillants et indique que les « ambassades du régime » nord-coréennes « lancent des plates-formes de cyberattaques, de vols, d’assassinats et d’enlèvements ».

La question des meurtres est très sensible pour la Corée du Nord car le gouvernement nord-coréen est accusé d’avoir tué Kim Jong-nam, le frère de Kim Jong-un, en février 2017. Lankov a attiré l’attention sur le fait qu’il était possible que son fils, Kim Han-sol, âgé de 23 ans, veut se venger de la mort de son père et faire ainsi partie de Free Joseon.

L’objectif principal de l’organisation est de changer le pouvoir en Corée du Nord, mais il est très peu probable qu’ils réussissent, a déclaré l’expert. Ils sont plus susceptibles de continuer à recourir à des attaques à plus petite échelle, tout comme les terroristes irlandais et basques, a-t-il déclaré.

« Ce sont des militants. Si vous ne les aimez pas, vous pouvez les qualifier de terroristes, si vous les soutenez, vous pouvez les qualifier de révolutionnaires. Tout cela est une question de goût, cependant, Free Joseon est un type d’organisation qui cherche à atteindre ses objectifs par la violence », a souligné la personne interrogée.

Dans son message sur les événements à Madrid, le groupe a indiqué qu’il avait réussi à obtenir des informations qu’il a ensuite partagées avec le FBI des Etats-Unis d’Amérique. C’est censé être une information cryptographique très importante, a déclaré Lankov.

Le fait même de fournir les données ainsi obtenues est encore pire que l’émergence du groupe rebelle lui-même, a-t-il ajouté.

« S’ils récupèrent les périphériques utilisés pour le cryptage et les confient ensuite aux services spéciaux des Etats-Unis d’Amérique, cela sort de l’ordinaire. Le plus inquiétant n’est pas l’apparition du groupe, mais la violation de la sécurité des ambassades et du fait que Washington a profité des fruits de cette attaque », a-t-il conclu.

Lire plus: L’autre partie de la Corée du Nord: un lieu de confiance dans le système communiste

Denis Lukyanov

Traduction et ajout au Titre 1 : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :