A la Une

Examen de Carlos Ghosn et du système japonais de « justice des otages »

Carlos Ghosn, ancien président de Nissan Motor Co., quitte le bureau de son avocat à Tokyo le 6 mars, à la suite de sa libération. Il a été arrêté de nouveau le 4 avril. / BLOOMBERG

Alors que la saga de Carlos Ghosn continue de se dérouler, l’attention nationale et internationale continue de se focaliser sur ce que beaucoup appellent un système de «justice des otages».

Le président déchu de Nissan Motor Co., qui avait déjà passé 108 jours au centre de détention de Tokyo avant d’être libéré sous caution pour un milliard de yens, a été arrêté à nouveau le 4 avril et sera emprisonné au moins jusqu’au 22 avril, les procureurs cherchant à inculper le magnat de l’automobile autrefois fier pour abus de confiance aggravé, en plus d’autres accusations de sous-déclaration de son salaire.

Sa détention provisoire – qualifiée d’arbitraire par Ghosn et ses alliés – a fomenté les critiques internationales à l’encontre du système judiciaire du pays, au contraire des idéaux auxquels devrait obéir une société ouverte et démocratique comme le Japon.

Les procureurs japonais soumettent les suspects à un interrogatoire quotidien pouvant durer jusqu’à huit heures, dans le but d’obtenir des aveux, interdisant l’accès à leur famille et les empêchant d’obtenir l’assistance d’un avocat pendant l’interrogatoire. Et selon le récit populaire, tout est fait de manière capricieuse, avec les machinations néfastes de l’État qui se cache derrière.

Certains prétendent même que le processus de détention avant jugement est particulièrement dur pour les ressortissants étrangers. Le jour où les procureurs ont emmené Ghosn en prison et l’ont arrêté pour la quatrième fois, Dagen McDowell, présentateur de Fox Business Network, a déclaré: « Carlos Ghosn et sa famille sont visés parce qu’ils sont gaijin – ils ne sont pas japonais. »

Ce n’est pas que Ghosn. Le mois dernier, Mark Karpeles, ancien PDG de Bitcoin Exchange Mt. Gox a été reconnu coupable de falsification de données et condamné à une peine de 30 mois de prison avec sursis à quatre ans. Auparavant, il avait passé 348 jours en détention depuis son arrestation en août 2015.

Comment sont traités les hauts dirigeants

Les critiques sur la justice en matière d’otages et le traitement plus sévère réservé aux ressortissants étrangers sont-elles exactes?

Il semble y avoir une certaine confusion dans les médias et des idées fausses sur les deux problèmes.

En effet, certains pensent généralement que les dirigeants d’entreprises japonaises impliquées dans des affaires très controversées comme celles de Tokyo Electric Power Company Holdings Inc. et d’Olympus Corp. sont traités différemment de Ghosn ou Karpeles.

Existe-t-il des différences et, s’il en existe, sont-elles fondées sur le droit – ou le fiat? Une comparaison plus sereine des faits indique que la « détention arbitraire » est plus un récit qu’une réalité prouvée.

Vous trouverez ci-dessous un tableau des affaires bien connues impliquant des crimes de cols blancs dans lesquels les suspects ont été arrêtés et détenus pendant de longues périodes avant d’être libérés sous caution.

Les crimes en col blanc mentionnés ici peuvent paraître similaires, mais les principales différences qui conduisent à un traitement différent sont basées sur les accusations spécifiques et les faits pertinents dans chaque affaire.

Les infractions pénales en vertu du Code pénal ou de la Loi sur l’instrumentation et les échanges financiers (FIEA) prévoient des sanctions spécifiques pour chaque crime défini dans chaque loi.

Les dirigeants d’Olympus, l’ancien dirigeant de Nissan, Greg Kelly, ainsi que Ghosn pour son premier acte d’accusation, ont été inculpés en vertu de la FIEA, qui comprend cinq accusations criminelles possibles. Chaque infraction est punie d’une peine d’emprisonnement maximale de 10 ans et d’une amende pouvant aller jusqu’à 10 millions de yen. Karpeles a été inculpé en vertu d’une disposition du Code pénal relative à la falsification d’un disque électromagnétique, passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans et d’une amende de 500 000 ¥.

Des accusations d’abus de confiance aggravées ont été portées contre Karpeles, ainsi que Ghosn. Karpeles a été acquitté de cette accusation, tandis que Takafumi Horie, l’ancien PDG de la société Internet Livedoor, a commis une fraude fiscale en 2006 sur les valeurs mobilières et l’impôt sur le revenu, était régi par le Code pénal et était considéré comme «aggravé» parce que les procureurs avaient allégué que les accusés avaient été personnellement enrichis par d’importantes fraudes.

Les tribunaux sont plus susceptibles d’être plus sévères en ce qui concerne les demandes de mise en liberté sous caution et moins susceptibles de suspendre une peine, comme ce fut le cas dans l’affaire Horie, si une personne est arrêtée ou condamnée pour un important cas de fraude et s’il est déterminé que le défendeur en a bénéficié directement du crime.

Il est également juste de dire que, dans les affaires décrites, il n’y a pas de discernement discutable quant à la manière dont les procureurs utilisent la détention en fonction de la nationalité.

Des crimes similaires dans des situations comparables semblent être traités de la même manière – de la détention au procès en passant par la peine.

Les procureurs ont examiné les éléments à l’appui des demandes de mise en liberté sous caution de ces dirigeants, notamment le risque de fuite et le risque que les éléments de preuve soient détruits, tout en tenant compte des situations spécifiques dans lesquelles l’accusé avait exercé ses activités.

Tsuyoshi Kikukawa d’Olympus et les dirigeants de Tepco étaient des «PDG d’employés». Ils servent pendant quelques années, puis prennent leur retraite, mais sont presque toujours remplacés en interne. Ils avaient déjà démissionné au moment de leur arrestation.

De leur côté, Horie et Karpeles étaient des «PDG propriétaires» dont la parole était absolue au sein de la société. Ils avaient trié sur le volet tous les cadres supérieurs travaillant pour eux et contrôlaient leur société au moment de leur arrestation.

Et Ghosn? Après près de 20 ans à la barre de Nissan, l’autorité personnelle du dirigeant responsable de la mise au point a continué d’augmenter au fil des ans. Il a trié avec soin tous les cadres supérieurs et il était président au moment de son arrestation, ce qui le plaçait sans doute dans le dernier groupe.

En fin de compte, le problème n’est pas que les procureurs ne respectent pas la loi et se montrent capricieux quant aux personnes qu’ils détiennent ou non.

Ils suivent la loi. Et c’est la loi qui doit être changée.

Un système imparfait

Au Japon, le système de détention avant jugement comporte deux défauts majeurs: la durée excessive de la détention et l’absence d’avocat lors de l’interrogatoire.

Karpeles et Ghosn ont été détenus pendant un maximum de 20 jours avant d’être inculpés. Leurs détentions ont ensuite été prolongées par des examens judiciaires périodiques des demandes de mise en liberté sous caution de l’accusé, ce qui, en cas de rejet, a entraîné une nouvelle détention.

Au cours de leur détention, les deux procureurs ont procédé à un interrogatoire approfondi sans la présence d’un avocat. Des cassettes vidéo de l’interrogatoire de Ghosn – une nouvelle fonctionnalité ajoutée à la loi de réforme de la procédure pénale de 2016 en réponse directe à des violations documentées – ont été mises à la disposition de ses avocats présents au centre de détention, mais aucun avocat n’a été autorisé à se rendre dans la salle où l’interrogatoire a eu lieu.

C’est la pratique courante en matière de détention avant jugement au Japon pour toute personne accusée d’un crime grave, quels que soient sa nationalité ou son statut de résident, et elle fait à juste titre l’objet de vives critiques à la fois au pays et à l’étranger.

Le système doit changer.

Voici ce que le Japon devrait mettre en œuvre pour que son système judiciaire se rapproche de la norme des pays démocratiques:

Tout d’abord, tout suspect devrait avoir le droit de consulter un avocat dès que l’affaire est entre les mains des procureurs et l’interrogatoire devrait être interdit en l’absence d’un avocat.

Deuxièmement, la durée de la détention avant la tenue d’une audience sur le cautionnement devrait être ramenée du maximum actuel de 20 jours à un maximum de cinq jours. La norme dans les pays démocratiques est de deux à six jours.

Troisièmement, les tribunaux ne devraient pas systématiquement accorder des prolongations de la détention à plus de 20 jours pour de «nouvelles» accusations. Les procureurs devraient pouvoir ajouter ou modifier les charges à mesure que de nouvelles informations sont révélées, mais cela ne devrait pas déclencher une nouvelle période de détention.

Enfin, les conditions de la mise en liberté sous caution devraient refléter la réalité actuelle. Les tribunaux japonais devraient reconnaître que la technologie disponible, comme les systèmes de surveillance de la cheville et les caméras vidéo à circuit fermé, permet une surveillance appropriée des accusés considérés comme présentant un risque de fuite.

Une tendance inquiétante

Et, alors que le risque d’aveux obtenus sous la contrainte au Japon fait l’objet de plus en plus de critiques de la part de la communauté internationale, et à juste titre, il existe une forme distincte d’aveux soumis à la contrainte qui se développe rapidement dans le monde entier.

La négociation de plaidoyer – bien que très variable selon les 66 pays qui l’autorisent actuellement – implique une négociation entre le procureur et l’avocat de l’accusé en vertu de laquelle l’accusé accepte de plaider coupable pour une accusation moins grave.

Pour un certain nombre de pays occidentaux, cette méthode est devenue la principale méthode utilisée par les juges, les procureurs et les procureurs nommés par les tribunaux surchargés pour gérer leurs dossiers.

En Angleterre et en Australie, plus de 60% de toutes les affaires pénales ont été clôturées par négociation de plaidoyer en 2017, selon une étude réalisée dans 90 pays par Fair Trials International, un groupe de sensibilisation qui a découvert qu’en 1990, 19 seulement avaient recours à une forme ou une autre de négociation de plaidoyer. En novembre 2017, 66 pays l’avaient fait. Aux États-Unis d’Amérique, 97% des décisions des tribunaux fédéraux et plus de 95% des décisions des tribunaux des États sont résolues par la négociation de plaidoyers.

Ces séances de négociation ne se déroulent pas devant les tribunaux. En fait, il n’y a pas du tout d’essais.

Selon les recherches de Lucian Dervan, professeur associé à l’Université Belmont de Nashville, dans le Tennessee, «un pourcentage élevé d’individus innocents factuels plaideront faussement coupables en échange des avantages d’une négociation de plaidoyer».

Dervan a noté qu’il avait observé une tendance similaire dans plusieurs autres pays, indépendamment des différences de culture et de systèmes juridiques. « La volonté d’un individu de confesser faussement en échange d’une clémence est une condition humaine et, par conséquent, j’estime que ce phénomène se produit aux quatre coins du monde. »

Le fait que le recours à la négociation de plaidoyers augmente rapidement une fois qu’elle est introduite est particulièrement troublant, en dépit d’accusations croissantes d’abus généralisé et d’aveux forcés.

Depuis juin dernier, le Japon a autorisé un suspect ou un co-accusé potentiel à offrir aux procureurs des preuves et des témoignages personnels de certains crimes commis par des tiers ou des sociétés. Les crimes éligibles à la négociation de plaidoyer incluent des crimes spécifiques tels que la fraude et la corruption, ainsi que des infractions aux lois antitrust et fiscales, et un accord peut être conclu pour supprimer ou réduire les accusations pénales d’un suspect – dans certains cas, une peine avec sursis peut être sécurisé ou les charges peuvent être entièrement abandonnées.

Ce nouveau système a été mis en place en partie à la suite de scandales en matière d’information financière et de comptabilité impliquant Olympus, Toshiba Corp. et d’autres sociétés, afin de soutenir les lanceurs d’alerte internes qui avaient connaissance de crimes commis par des hauts dirigeants ou qui avaient participé à de tels crimes. Son introduction est intervenue avec l’introduction au Japon de nouvelles lois et réglementations plus strictes en matière d’information financière et de conformité des entreprises.

Des garanties ont été introduites dans ce processus de «témoin coopératif», y compris la participation obligatoire d’un avocat de la défense à toute négociation.

C’est ce nouveau système qui semble avoir conduit les deux lanceurs d’alerte rapportés de Nissan à contacter pour la première fois les procureurs de Tokyo dans les affaires Ghosn et Kelly.

Le Japon a des zones où des abus peuvent se produire et se sont produits et où l’apparence d’injustice existe. Il devrait immédiatement remédier à ces faiblesses afin de mieux équilibrer les droits de l’accusé et le pouvoir de poursuite.

Les sagas de Carlos Ghosn et Mark Karpeles seront peut-être bénéfiques, et leur cas pourra conduire à une amélioration du système de justice pénale japonais assiégé.

Mise en contexte du système de justice pénale japonais souvent critiqué

Bien que la «justice des otages» soit critiquée à juste titre, très peu de personnes se sont exprimées sur l’ensemble du système de justice pénale du pays – de la première arrestation à la libération sous caution jusqu’à l’incarcération – et sur les aspects qui pourraient se comparer favorablement à ceux d’autres pays développés. En être témoin:

Le Japon jouit d’un faible taux de criminalité

Le nombre total d’arrestations au Japon pour tous les crimes est très faible, avec une moyenne d’environ 150 000 par an, selon les statistiques de l’Agence nationale de la police. À titre de comparaison, selon la société de base de données Statista, les États-Unis d’Amérique ont enregistré en moyenne près de 11 millions d’arrestations par an au cours des cinq dernières années. Selon les statistiques de la police, l’Allemagne a enregistré environ 2 millions d’arrestations l’année dernière. En conséquence, la police, les avocats, les procureurs et les juges japonais ne sont pas submergés par le grand nombre d’affaires comme on le voit ailleurs.

Jury à trois juges

Contrairement aux systèmes de justice qui reposent sur des juges ou des jurys indépendants, le système japonais utilise des panels composés de trois juges. Le Japon n’a eu à peu près aucun cas signalé de corruption de juges ou de rachat de jurys. Il y a quelques années, le Japon a mis en place un système prévoyant un examen par un groupe de profanes des décisions prises par le parquet afin de garantir l’équité.

Taux de condamnation de 99%

On a beaucoup parlé du taux de condamnation élevé du Japon et de ce que cela implique pour la présomption d’innocence.

À titre de comparaison, le Canada compte 97% et la Cour fédérale des Etats-Unis d’Amérique plus de 95%. La présomption d’innocence est-elle mise en doute au Canada ou à la Cour fédérale des Etats-Unis d’Amérique en raison de leurs taux de condamnation comparables?

En fait, avoir des taux de condamnation plus bas n’est pas une bonne chose, car cela en dit long sur la qualité des enquêtes de la police et du parquet. Alors qu’est-ce que tout cela signifie?

Chaque année, environ 150 000 personnes sont arrêtées sur les 135 000 détenues effectuées au Japon. Parmi les détenus, quelle que soit leur durée, 67% sont condamnés et 32% sont libérés ou licenciés. Aux États-Unis d’Amérique, cependant, environ 8% seulement des personnes inculpées sont libérées.

Il est notoirement difficile de comparer les taux de condamnation entre pays, car il n’y a pas de cohérence dans la manière dont chaque pays communique ses données. Plutôt que de se focaliser excessivement sur le taux de condamnation, une plus grande attention portée à l’équité globale du procès lui-même constituerait une mesure plus fiable de la qualité de la justice rendue.

Les centres de détention ne sont pas pleins

Le taux d’occupation des centres de détention japonais est de 67%. Selon le World Prison Brief, cela se compare à l’Italie à 120%, à la France à 116% et aux États-Unis d’Amérique à 104%.

Au Japon, le nombre de personnes en détention provisoire est inférieur à 10%. Dans de nombreux pays occidentaux, le taux est beaucoup plus élevé. En Italie, il est de 32%, en Suède de 30% et aux États-Unis d’Amérique de 21%. Un des points à retenir ici est que l’habeas corpus à lui seul ne peut pas rendre justice si les pauvres et les minorités ne peuvent pas payer la caution.

Tout système de justice pénale vise une justice égale devant la loi, mais il doit fonctionner dans son contexte socioculturel.

Là où le système judiciaire japonais est faible, d’autres pays peuvent bénéficier de protections renforcées, et inversement.

Edo Naito

Edo Naito est un administrateur externe, un défenseur de la gouvernance d’entreprise au Japon et un commentateur de la politique, du droit et de l’histoire du Japon. Avocat spécialisé dans les affaires internationales à la retraite, il a occupé des postes de direction dans plusieurs multinationales états-uniennes et japonaises.
Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The Japan Times

L’épouse de l’ex-patron de Nissan, Carlos Ghosn, craint que son procès au Japon soit injuste

Carole Ghosn, épouse de l’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, se dirige vers une voiture qui attend à l’entrée du centre de détention de Tokyo, où son mari est arrêté à Tokyo en mars. L’épouse de Carlos Ghosn a déclaré mercredi qu’elle craignait que son mari, détenu au Japon pour inconduite financière, ne puisse obtenir un procès équitable, et elle a exprimé son indignation devant un système judiciaire qui l’a ramené en détention. | AP

L’épouse de Carlos Ghosn, ex-président de Nissan et de Renault, se dit inquiète de savoir si son mari, détenu au Japon pour inconduite financière, obtiendra un procès équitable.

Dans un entretien téléphonique mercredi à New York, Carole Ghosn a exprimé son indignation face au système judiciaire japonais qui a ramené son mari en détention après sa libération sous caution.

Ghosn a déclaré que 20 procureurs étaient entrés dans leur appartement à Tokyo sans aucune explication alors qu’elle était en pyjama et avaient saisi son téléphone portable, son passeport et les documents du procès que les avocats de la défense étaient en train de préparer.

Carlos Ghosn, qui a dirigé Nissan Motor Co. pendant 20 ans, a été arrêté en novembre et libéré sous caution le mois dernier, mais a de nouveau été arrêté le 4 avril. Il se dit innocent.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The Japan Times

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :