A la Une

« Le pétrole est tout »: pourquoi des alliés occidentaux comme les Etats-Unis d’Amérique et la France font-ils passer le poids de Haftar en Libye?

FICHIER PHOTO © REUTERS / Philippe Wojazer

Le général Haftar, dont les forces sont en mouvement vers Tripoli, est le bon homme pour que l’Occident nourrisse son appétit de pétrole, mais c’est également lui qui peut changer rapidement de camp, ont déclaré des analystes à RT.

Les forces fidèles au général Khalifa Haftar avancent régulièrement vers Tripoli, où le gouvernement d’accord national reconnu par les Nations Unies appelle à l’aide et se prépare à la hâte à la défense de la capitale libyenne en difficulté. Mais les puissances occidentales, qui ont établi des liens formels avec GNA, restent également en contact avec leur rival majeur – simplement parce qu’il contrôle un atout qui décide de presque tout dans ce pays déchiré par la guerre.

« Assurer l’accès au pétrole et la protection du pétrole – c’est ce que Haftar prétend faire », a déclaré à RT Alessandro Bruno, analyste politique indépendant et expert libyen.

Il a expliqué que cette huile est généralement de haute qualité et qu’elle est principalement transformée dans les raffineries italienne et française – les deux pays de l’OTAN fortement impliqués dans la tourmente libyenne depuis qu’ils ont aidé à renverser le colonel Mouammar Kadhafi en 2011.

    Le pétrole est tout en Libye, il n’y a guère d’autre.

Néanmoins, il ne contrôle pas les finances libyennes et la compagnie pétrolière nationale, qui a son siège à Tripoli, a expliqué Grigory Lukyanov, maître de conférence à la Higher School of Economics, basée à Moscou.

« Tous les transferts d’argent liés au pétrole libyen – même le pétrole foré dans des régions de la Libye contrôlées par Haftar – passent par Tripoli », ce qui rend extrêmement difficile le retour sur investissement.

LIRE AUSSI

Un avion de l’armée nationale libyenne abattu à Tripoli alors que Haftar se rend en Egypte

Sans surprise, les ressources naturelles dominent une grande partie des discussions entre Haftar et les grandes puissances. Cette semaine, le président Donald Trump a salué le « rôle significatif de l’homme fort libyen dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières de la Libye » lors d’un appel téléphonique.

Le mouvement semble indiquer que les Etats-Unis d’Amérique pèsent de tout leur poids en faveur de Haftar, estime Bruno.

« Cela suggère certainement que Trump n’empêchera pas Haftar d’aller à Tripoli, comme l’espérait le Premier ministre [du GNA] Fayez al-Sarraj », a-t-il déclaré. Sarraj est considéré comme faible, « et Trump n’aime pas les faibles … il est également soutenu par l’ONU, et Trump n’aime pas les Nations Unies. »

Dans le même temps, la France, qui a des intérêts de longue date dans les anciennes colonies africaines, souhaite qu’il devienne celui qui pourrait influencer les choses à Tripoli.

Jeudi, la GNA a accusé Paris d’avoir appuyé Haftar, déclarant que cela avait rompu tous les « accords de sécurité bilatéraux ». Alors que la France a nié les allégations de « soutien incessant » du général, elle fait tout son possible pour en faire un acteur politique légitime, a ajouté Loukianov.

La politique mise à part, la France a également apporté son aide à l’armée nationale libyenne (LNA) de Haftar. De même, Paris espère que Haftar fera progresser les intérêts français dans la région, qu’il s’agisse de vente d’armes ou de forage pétrolier.

Des conseillers militaires français ont aidé à diriger le personnel de la LNA, lui ont fourni des renseignements et formé ses troupes en Libye.

Mais alors que l’Occident place ses espoirs sur Haftar, il y a plusieurs revers. Le général « a 75 ans, il n’est pas en parfaite santé », a noté Bruno. Mis à part son âge, sa fiabilité en tant que partenaire peut également être un problème. « Quelle est la fiabilité de Haftar? C’est une grande question », se demanda l’expert.

Son histoire personnelle montre [qu’il est quelqu’un] qui change de loyauté très rapidement … Peut-être est-il plus fiable pour les Américains.

À la fin des années 1980, Haftar et 300 de ses hommes ont été capturés au cours d’un bref conflit avec le Tchad, avant d’être désavoués par Kadhafi. Cela l’a amené à consacrer les deux prochaines décennies de sa vie à renverser le dirigeant libyen décédé.

Jusqu’en 2011, il vivait en exil en Virginie, et la proximité du siège de la CIA à Langley a donné naissance à des rumeurs concernant des liens étroits avec la communauté du renseignement des Etats-Unis d’Amérique. « Peut-être qu’il est un atout de la CIA », a déclaré Bruno.

En fin de compte, « les Libyens seront les perdants » car il n’y aura aucune perspective de paix car Khaftar « est déterminé à prendre le pouvoir par des moyens militaires », a-t-il conclu.

https://cdnv.rt.com/files/2019.04/5cb9dff0fc7e93eb128b45ba.mp4?download=1

Vous aimez cet article? Partagez-le avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :