A la Une

Hausse des prix du pétrole suite à l’annonce par les Etats-Unis d’Amérique de mettre fin aux dérogations accordées aux acheteurs de pétrole iraniens

© AP Photo / Vahid Salemi

Les Etats-Unis d’Amérique ont imposé de sévères sanctions à l’industrie énergétique iranienne en novembre 2018 après son retrait de l’accord sur le nucléaire iranien en mai. Washington a toutefois accordé des dérogations à plusieurs États qui achetaient activement du pétrole iranien afin de leur permettre de diversifier leurs sources d’approvisionnement.

Les prix des principaux mélanges de pétrole brut WTI et Brent ont fortement augmenté suite aux informations faisant état de la fin imminente de la levée des sanctions sur les pays qui achètent du pétrole iranien, décision officiellement confirmée le 22 avril par la Maison Blanche. Le WTI a augmenté de 2,34% au cours de la journée, son prix atteignant 65,92 dollars le baril à un moment donné, mais s’est ensuite stabilisé autour de 65,57 dollars.

Le Brent a atteint 73,96 dollars le baril après avoir gagné 2,77%, le prix restant plus ou moins stable. Le brut canadien a connu la plus forte croissance, gagnant presque 3% et terminant à environ 52,59 $ le baril. Les prix ont monté en flèche à la suite de reportages dans les médias selon lesquels Washington pourrait bientôt mettre fin à ses dérogations aux acheteurs de pétrole iraniens.

La mesure vise à réduire les exportations de pétrole iranien « à zéro », privant ainsi le marché mondial de son brut. Cela pourrait entraîner une hausse significative des prix du pétrole, l’Iran étant l’un des plus gros exportateurs de l’OPEP. Toutefois, l’Arabie saoudite a réagi rapidement en promettant de stabiliser les prix du marché du pétrole après l’expiration des dérogations en coordonnant l’augmentation de la production avec d’autres producteurs de pétrole, vraisemblablement avec des membres de l’OPEP ou de l’OPEP+.

Le 1er mai, toutes les dérogations précédemment accordées cesseront de protéger les pays bénéficiaires des sanctions des Etats-Unis d’Amérique qui ont été imposées au secteur de l’énergie de Téhéran en novembre 2018 sans aucun délai de grâce. Parmi ces États figurent la Grèce, l’Italie, la Chine, l’Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud et Taiwan.

LIRE PLUS: L’Arabie saoudite s’engage à stabiliser le marché alors que les États-Unis d’Amérique mettent fin à la renonciation au pétrole iranien – Ministre

Les États-Unis d’Amérique ont imposé des sanctions contre les secteurs bancaire, énergétique et maritime iraniens après son retrait du Plan d’action global commun (JCPOA), un accord prévoyant la levée de ces sanctions en échange de la limitation par Téhéran de son programme nucléaire. D’autres signataires du JCPOA ont critiqué la décision de Washington et réaffirmé leur adhésion à l’accord.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :