A la Une

Huawei devance Apple et Samsung dans la hausse de R & D

Les gens sont vus sur le stand de la société de technologie chinoise Huawei au Congrès mondial de la téléphonie mobile (MWC) 2019 à Barcelone, en Espagne, le 25 février 2019. (GUO QIUDA / XINHUA)

Le géant chinois de la technologie Huawei a annoncé une augmentation de 149% de ses dépenses en recherche et développement de 2014 à 2018, soit plus rapidement que ses homologues Apple et Samsung, selon un rapport de Bloomberg publié vendredi dernier.

L’augmentation des dépenses de R & D de la société était juste derrière Amazon, qui avait augmenté de 210% au cours de la période de 5 ans.

A LIRE AUSSI: Huawei conteste l’interdiction de la 5G en Australie

En 2018, Huawei a consacré 15,3 milliards DEUA (de dollars des Etats-Unis d’Amérique) à la R & D technologique, se classant au quatrième rang derrière Samsung, Alphabet, la société mère de Google, et Amazon. Les données ont également montré que la société avait réalisé 14% de ses ventes annuelles en recherche l’année dernière, le deuxième plus élevé après Alphabet.

Les dépenses de recherche et développement de Huawei ont totalisé 480 milliards de yuans (71,3 milliards DEUA ou $EUA) au cours des 10 dernières années, selon son rapport annuel. En outre, le géant technologique a réalisé des ventes mondiales de 721,2 milliards de yuans en 2018, une augmentation de 19,5% par rapport à l’année précédente, et un bénéfice net de 59,3 milliards de yuans, en hausse de 25,1% par rapport à l’année précédente.

Les ventes de smartphones de la société ont augmenté de 348,9 milliards de yuans l’année dernière, soit une hausse de 45,1% sur un an, représentant 48,4% du chiffre d’affaires total.

Au 15 avril, Huawei avait signé 40 contrats commerciaux pour du matériel 5G et expédié plus de 70 000 stations de base 5G, a annoncé la société lors de son sommet annuel des analystes mondiaux.

LIRE AUSSI: Huawei de la Chine conclut un accord pour la construction d’un réseau 5G au Cambodge

Le chef du secteur des télécommunications investira également 300 millions de dollars des Etats-Unis d’Amérique par an pour soutenir la recherche universitaire sur la science fondamentale, la technologie et l’innovation technologique, a déclaré Xu Wenwei, directeur du conseil d’administration de Huawei et président de l’Institut de recherche stratégique de la société, récemment créé.

Huawei a publié lundi dernier un chiffre d’affaires de 179,7 milliards de yuans au premier trimestre, soit une croissance de 39% sur un an.

Wang Junwei

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : China Daily

La menace des Etats-Unis d’Amérique de repenser le partage d’informations avec les pays utilisant Huawei a des implications pour la Thaïlande et les Philippines

Le géant chinois de la technologie Huawei. Photo: Reuters
  • Un responsable de la cybersécurité, Robert Strayer, a déclaré que Washington envisagerait l’insertion d’un tel « fournisseur douteux » dans le réseau d’un autre pays comme un risque pour la sécurité.
  • Ses commentaires interviennent alors que les alliés des Etats-Unis d’Amérique utilisant l’équipement de Huawei font l’objet d’une surveillance accrue, après que la Grande-Bretagne l’eusse fait dans des parties non essentielles de son réseau 5G.

Washington repensera la connectivité et le partage d’informations avec tous les pays utilisant des équipements fabriqués par la technologie chinoise du géant Huawei – y compris ses alliés en Asie du Sud-Est, selon le responsable de la cybersécurité des États-Unis d’Amérique à la tête de la campagne de Washington contre Huawei.

Robert Strayer a déclaré lundi que les États-Unis d’Amérique ne faisaient aucune distinction entre les parties essentielles et non essentielles des réseaux de la 5G, décrivant une position pouvant avoir des implications pour la Thaïlande et les philippines.

Les deux alliés du traité des États-Unis d’Amérique utilisent les équipements Huawei dans leur infrastructure de télécommunication actuelle et effectuent des tests avec les équipements 5G de la société chinoise.

Ils ne sont pas les seuls à vouloir utiliser le matériel Huawei. D’autres pays, dont la Malaisie, sont également à bord. Au deuxième forum Ceinture et Route à Pékin la semaine dernière, le secrétaire commercial des Philippines Ramon Lopez et le ministre malaisien du Commerce, Darell Leiking ont indiqué que leurs pays n’étaient pas préoccupés par les problèmes de sécurité soulevés par les États-Unis d’Amérique.

Robert Strayer au Mobile World Congress à Barcelone, en Espagne. Photo: Reuters

Strayer, le sous-secrétaire adjoint chargé de la cyberactivité et de la politique de communication internationale et d’information au département d’État des Etats-Unis d’Amérique, a fait ces commentaires lors d’une conversation téléphonique avec les journalistes avant une réunion à Prague, en République tchèque, sur les directives pour la mise en œuvre sécurisée de la technologie 5G.

«Si un fournisseur indigne de confiance est inséré dans le réseau d’un autre pays, nous devrons évaluer notre capacité à partager des informations et la manière dont nous partagerions ces informations», a-t-il déclaré à la demande du South China Morning Post sur l’avenir des communications états-uniennes et le partage d’informations en Asie du Sud-Est.

« Les États-Unis d’Amérique sont d’avis que le fait de placer Huawei ou tout autre fournisseur indigne de confiance dans une partie quelconque du réseau de télécommunications 5G constitue un risque. »

Le ministre britannique des Affaires étrangères appelle à la prudence sur le rôle de Huawei dans le réseau 5G

Selon des informations divulguées la semaine dernière au Conseil de sécurité nationale britannique, les équipements Huawei seraient autorisés dans les parties non principales de son réseau 5G, avec certaines restrictions accrues.

« Il n’y a aucun moyen de réduire le risque d’avoir un fournisseur indigne de confiance dans le réseau [5G d’un allié des Etats-Unis d’Amérique] », a déclaré Strayer.

Timothy Heath, un analyste de la Rand Corporation qui faisait auparavant partie du US Pacific Command, a déclaré qu’acquérir dans l’écosystème chinois de la 5G rendrait les pays de l’Asie du Sud-Est plus dépendants de la technologie chinoise à l’avenir.

«En termes de partage de renseignements, la coopération entre l’Asie du Sud-Est et les États-Unis d’Amérique pourrait en souffrir. La capacité des forces états-uniennes à coopérer avec les forces armées de l’Asie du Sud-Est et à faire respecter la loi contre les menaces terroristes et criminelles pourrait être compromise par le manque de technologie de communication compatible des États-Unis d’Amérique pour les réseaux 5G.»

Le secrétaire philippin au Commerce, Ramon Lopez, a déclaré que son pays ne considérait pas Huawei comme un risque pour la sécurité. Photo: SCMP / Simon Song

Strayer, du département d’Etat, a évoqué les risques liés aux lois sur le renseignement en Chine, qui pourraient obliger les entreprises à transmettre des données au gouvernement et «compromettre potentiellement la capacité des personnes à avoir la liberté d’expression, à se réunir pacifiquement ou à exercer leur liberté de religion».

Il a pointé du doigt la province du Xinjiang, dans l’ouest de la Chine, comme exemple de la façon dont la surveillance déployée par le gouvernement avait abouti à la détention de plus d’un million de personnes.

« Dans le contexte où les États-Unis d’Amérique continuent de réprimer Huawei et découragent leurs alliés de coopérer avec Huawei, il est clair que la coopération avec les pays de l’Asie du Sud-Est revêt une importance positive pour la Chine », a déclaré Nie Wenjuan, professeur agrégé de relations internationales à l’Université des affaires étrangères de Chine.

Toutefois, elle a mis en garde contre une interprétation excessivement politisée de cette coopération, affirmant que le choix devrait être fait par chaque pays de l’Asie du Sud-Est, en fonction de ses propres intérêts.

Strayer a déclaré que les pays participant à l’initiative Ceinture et Routes de la Chine seraient les bienvenus s’ils se tournaient vers les États-Unis d’Amérique pour obtenir de l’aide, notamment sur l’infrastructure de télécommunications.

« L’initiative Belt and Road propose des conditions de prêt que vous ne trouverez jamais dans aucune banque de développement occidentale », a-t-il déclaré. “Pensez aux ficelles attachées. Ce sont essentiellement des prêts prédateurs.

Meaghan Tobin 

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : South China Morning Post

Huawei, Huawei. Huawei, Huawei. Se sentir chaud, chaud, chaud: les États-Unis menacent de couper le Royaume-Uni du partage d’informations sur le géant chinois des technologies

La guerre contre le matériel 5G de l’Empire du Milieu se réchauffe

Analyse – Les retombées de la décision prise par le gouvernement britannique d’autoriser les équipements du fabricant chinois Huawei à intégrer les réseaux 5G « non essentiels » de Grande-Bretagne se sont poursuivies pendant une deuxième semaine.

Lundi, Robert Strayer, secrétaire adjoint du département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique, a déclaré à la presse que, pour l’Amérique, il n’y avait pas de différence entre les réseaux centraux et non centraux, et avait de nouveau menacé de retirer le partage des renseignements aux Britanniques si leur gouvernement approuve l’utilisation de l’équipement de réseau Huawei.

« Les Etats-Unis d’Amérique sont d’avis que le fait de placer Huawei ou tout autre fournisseur indigne de confiance dans le réseau de télécommunication 5G constitue un risque », a déclaré Strayer. « Si d’autres pays insèrent et autorisent des fournisseurs non fiables à se structurer et à devenir les fournisseurs de leurs réseaux 5G, nous devrons réévaluer la possibilité pour nous de partager des informations et d’être connectés avec eux de la manière dont nous sommes aujourd’hui. »

La déclaration s’inscrit dans un débat politique au Royaume-Uni sur la manière dont la décision d’autoriser l’équipement de Huawei sur la majorité de ses réseaux 5G a été rendue publique en premier lieu. Le feu vert a été donné lors d’une réunion secrète du Conseil de sécurité nationale (CNS) la semaine dernière, mais des détails ont été retrouvés entre les mains des journalistes si rapidement que la décision elle-même était presque submergée par l’outrage provoqué.

Ceux qui ont le plus à gagner de la divulgation d’informations – ceux qui s’opposent à la décision, notamment les ministres Jeremy Hunt, Sajid Javid, Gavin Williamson, Liam Fox et Penny Mordaunt – ont tous nié en être la source.

Mais, signe que le processus est suivi de près par toutes les parties, le gouvernement chinois a utilisé lundi un éditorial publié dans le Global Times pour faire connaître son point de vue sur la providence de la fuite: les services de renseignement des Etats-Unis d’Amérique.

« La décision d’impliquer Huawei dans la 5G relève plutôt de la loyauté envers les Etats-Unis d’Amérique. Washington demande à tous ses alliés de supprimer Huawei. Certains soutiennent que ces considérations diplomatiques devraient dominer la décision finale du Royaume-Uni », lit-on dans l’éditorial avant d’affirmer:

« Ces fuites sans précédent reflètent la capacité des Etats-Unis d’Amérique à intervenir dans les affaires britanniques. Washington peut infiltrer la réunion la plus confidentielle du Royaume-Uni et divulguer les informations à la presse afin de déclencher une résistance immédiate de la part de l’opposition. »

Le Brexit Britannique

D’une part, cela pourrait être Pékin qui cracherait ou brouillerait les eaux. Les journalistes ont été tranquillement informés de toutes sortes de problèmes la semaine dernière, alors que le Centre national de la cybersécurité du GCHQ organisait à l’époque un événement sur la sécurité informatique en Écosse, et que c’était le Daily Telegraph du Royaume-Uni qui avait annoncé la décision du CNS (NSC) sur Huawei.

De l’autre côté, c’est une chose extraordinaire à considérer, même cinglée: les services de renseignements des Etats-Unis d’Amérique ont infiltré le gouvernement britannique aux plus hauts niveaux, de telle sorte que les ministres du Cabinet feraient passer les intérêts étrangers avant leur propre gouvernement. Mais nous sommes à l’époque du Brexit Britannique et tout est possible.

Il serait certainement dans l’intérêt des États-Unis d’Amérique que les détails de la réunion du CNS soient rendus publics immédiatement afin de rassembler le soutien des opposants à Huawei afin de faire pression sur la première ministre britannique Theresa May pour qu’elle change d’avis avant que la politique ne soit figée.

Et la nouvelle menace consistant à retirer le partage du renseignement – une chose qui risque de ne pas se produire dans la réalité – est apparemment destinée à donner aux personnes en mesure de faire pression sur Theresa May pour qu’elle revienne sur la décision. Le gouvernement de May est extrêmement instable en ce moment, à cause du désordre qui règne actuellement dans le Brexit, et elle a besoin de tout le soutien politique possible.

La décision du Royaume-Uni est particulièrement importante dans le cadre de la bataille mondiale plus vaste opposant les États-Unis d’Amérique et la Chine, qui pourrait s’avérer être le point de basculement de nombreux autres pays pour décider d’autoriser ou non l’équipement de Huawei dans leurs réseaux mobiles de prochaine génération.

L’Europe a déjà fait savoir qu’elle rejetterait les pressions manifestes des États-Unis d’Amérique. Le président de la CE, Jean-Claude Juncker, a déclaré à la fin de la semaine dernière qu’il ne bloquerait pas les entreprises chinoises si elles suivaient les règles du marché. « Nous ne rejetons pas quelqu’un parce qu’il vient de très loin, parce qu’il est chinois, les règles doivent être respectées », a déclaré Juncker à la presse à propos de la pression exercée par les États-Unis d’Amérique sur les réseaux Huawei et 5G.

Le commentaire de Juncker réitère la position de la chancelière allemande Angela Merkel, qui a également précisé qu’elle n’approuverait pas l’interdiction de l’interdiction de Huawei.

Mais la campagne des Etats-Unis d’Amérique a eu un certain succès: l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont accepté l’interdiction des équipements Huawei et les raisons invoquées sont identiques à celles préconisées par les États-Unis d’Amérique: l’équipement représente un risque pour la sécurité.

Suivez-moi dans le terrier du lapin

La logique est que Huawei est compromis par le gouvernement chinois. Au niveau le plus bas, les États-Unis d’Amérique ont fait valoir que Pékin était en position de forcer Huawei à ajouter des portes dérobées à son réseau à un moment ultérieur afin que les réseaux occidentaux puissent être espionnés de loin, ce que Huawei nie catégoriquement. La Chine pourrait utiliser ces arrière-plans pour obtenir de ses alliés les renseignements de l’Oncle Sam.

Cet argument des Américains n’a cependant pas suffi à contenir suffisamment d’eau en Europe. Les services de renseignement britanniques et allemands ont procédé à leurs propres évaluations et ont conclu que, malgré certaines préoccupations, les risques pour la sécurité pouvaient être atténués. D’où la distinction entre réseaux «centraux» et «non centraux» – ce qui signifie essentiellement empêcher les équipements chinois d’entrer dans les réseaux utilisés pour partager des informations gouvernementales confidentielles.

Bien que ce soit un bon compromis du point de vue du Royaume-Uni, ces réseaux « centraux » ne représentent qu’un très faible pourcentage de l’investissement total dans les réseaux mobiles. La grande majorité des réseaux sont utilisés par le grand public et sont « non centraux ».

Le fait que les États-Unis d’Amérique refusent maintenant de permettre une distinction entre le noyau central et le noyau non-central ne fait que renforcer la suspicion selon laquelle la campagne menée par les Etats-Unis d’Amérique est davantage une affaire d’économie que de sécurité. Les équipements chinois 5G sont aussi bons que les équipements de télécommunication états-uniens, mais ils sont beaucoup moins chers. Et le déploiement des réseaux 5G au cours de la prochaine décennie représente des dizaines de milliards de dollars.

Et ainsi ces dernières semaines, la rhétorique s’est intensifiée. Les services de renseignements états-uniens ont commencé à informer les politiciens et les médias que Huawei est financé directement par les services de sécurité chinois. Les preuves à ce sujet sont minces, voire inexistantes. Et il y a eu toute une série d’articles affirmant que Huawei est secrètement contrôlée par le gouvernement chinois et n’est en fait pas une société privée.

Cette histoire suit un modèle que tous ceux qui ont suivi les actions des services de renseignement britanniques au cours des 50 dernières années reconnaîtront: un rapport rédigé par une personne ayant des liens étroits avec l’industrie de la défense, qui est ensuite couvert par des organes de presse qui entretiennent depuis longtemps une relation avec les services de sécurité. C’est presque toujours le Sunday Times. Comme c’était en effet ce dimanche.

« Le géant chinois des télécoms au centre des débats qui lui permettront de fournir des technologies au nouveau réseau britannique 5G agit presque certainement pour le compte de ses agences de renseignement nationales, selon un rapport co-rédigé par un ancien conseiller gouvernemental à la sécurité, » l’article correspondant commence.

Vernis écaillé

Dans ce cas, le rapport a été rédigé par Peter Varnish OBE pour la Henry Jackson Society. La Henry Jackson Society, bien qu’elle soit un « groupe de réflexion » britannique, tire son nom d’un sénateur états-unien qui était un faucon libéral et que cette organisation exerce une influence des forces conservatrices états-uniennes au sein du système politique britannique.

Il entretient des relations étroites avec les services de sécurité britanniques et états-uniens. Ses « déclarations de principes » lors de sa création en 2005 ont été signées notamment par l’ancien président du MI6, Sir Richard Dearlove, et par les « les patrons », notamment l’ancien responsable de la défense de Reagan, Richard Perle, le néo-conservateur états-uniens Bill Kristol et l’ex-président de la CIA, James Woolsey. . En 2017, la Henry Jackson Society a été accusée de mener une propagande anti-chinoise.

Son rapport dans cette affaire affirme que Huawei est secrètement contrôlée par le gouvernement chinois. Comment? En utilisant la logique selon laquelle la société est presque entièrement détenue par un syndicat et les syndicats en Chine opèrent sous le Parti communiste.

En tant que tel, la conclusion du rapport selon laquelle il est « sûr que Huawei agisse pour le compte des organes de renseignement chinois » doit être interprétée comme ce qu’il est: un effort calculé pour introduire le PID (peur, incertitude, doute ; fear, uncertainty, doubt (FUD) en anglais) dans le débat sur Huawei.

Quelle que soit la façon dont vous regardez la question Huawei, cependant, les deux mêmes faits fondamentaux se dégagent:

  1. L’administration des Etats-Unis d’Amérique actuelle a décidé de faire pression de manière agressive sur les autres gouvernements pour qu’ils abandonnent les équipements 5G fabriqués en Chine, et son argument principal est qu’ils représentent un risque pour la sécurité. Et certainement rien à voir avec le kit Huawei étant moins cher que les produits états-uniens, et aussi bons sinon meilleurs en termes de fonctionnalités.
  2. Rien ne prouve qu’un tel équipement pose un risque de sécurité théorique.

Le gouvernement chinois est resté en grande partie à l’écart et a plutôt permis aux représentants de Huawei de faire valoir leurs propres arguments selon lesquels leurs produits ne sont pas contaminés et qu’ils sont autonomes par rapport au parti communiste.

Mais avec les efforts administratifs des Etats-Unis d’Amérique qui s’égarent dans les fuites, les informations erronées et les nouvelles menaces du public de retirer les renseignements, le gouvernement chinois a commencé à émettre ses propres avertissements. L’éditorial du Global Times de ce matin indique: « En ce qui concerne Huawei, il existe deux types de pays: ceux qui suivent les Etats-Unis d’Amérique et boycottent Huawei et ceux qui ne le font pas. L’attitude de la Chine à l’égard de ces pays devrait être différente. »

« La coopération économique mise en place par la Chine concerne ses intérêts fondamentaux. Tout pays qui suit les États-Unis d’Amérique pour faire du mal à la Chine devrait en payer le prix, quelle que soit la qualité de ses propos. »

En résumé, Huawei et la 5G sont devenus une bataille indirecte pour la domination économique mondiale entre les États-Unis d’Amérique et la Chine. Et le Royaume-Uni est coincé au milieu. Et, bien entendu, le Brexit ne fait qu’aggraver les choses, car il ne peut pas se consacrer à l’Europe.

Kieren McCarthy

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The Register

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :