A la Une

Les EUA (USA) pourraient cesser de partager des informations avec leurs alliés européens s’ils utilisaient des téléphones Huawei avec le réseau 5G

La mesure n’est pas de nature commerciale, mais est liée à la sécurité, a déclaré un haut responsable de la cybersécurité au département d’État des Etats-Unis d’Amérique.

Si les alliés européens aux États-Unis d’Amérique utilisent des appareils de la société chinoise Huawei avec le réseau 5G, Washington réévaluera la nécessité de partager leurs informations avec eux, a déclaré un haut responsable de la cybersécurité au département d’État des Etats-Unis d’Amérique, Robert Strayer, cité par Reuters.

« La position des Etats-Unis d’Amérique est que placer Huawei ou tout autre fournisseur peu fiable n’importe où sur le réseau de télécommunications 5G pose un risque », a déclaré M. Strayer.

« Si d’autres pays insèrent et permettent à des fournisseurs non fiables de devenir fournisseurs de leurs réseaux 5G, nous devrons réévaluer la capacité de partager des informations et de nous y connecter comme nous le sommes aujourd’hui », a-t-il ajouté.

Technologie de cinquième génération, une arme stratégique?

La société Huawei est soumise à une pression constante du gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, qui accuse la société d’espionnage chinoise que la société rejette et exhorte ses partenaires à ne pas coopérer avec elle.

« Malheureusement, les Etats-Unis d’Amérique considèrent la technologie 5G comme une arme stratégique. Pour eux, c’est une sorte de bombe nucléaire », a déclaré le fondateur du géant asiatique Ren Zhengfei dans une interview accordée aux journaux allemands Wirtschaftswoche et Handelsblatt.

Cependant, malgré les avertissements répétés de Washington à ses alliés de ne pas utiliser les produits Huawei et d’interdire le développement de technologies de cinquième génération sur son territoire, plusieurs pays européens, dont la France et l’Italie, les ont ignorés, refusant resserrer le contrôle sur ce service.

La Chine souligne pour sa part que les pays qui envisagent d’implanter la 5G sur leur territoire ne devraient pas céder aux pressions externes. Comme annoncé dimanche par l’ambassadeur de Chine à Londres, le gouvernement de Theresa May – qui, prétendument, aurait décidé d’exclure la participation de Huawei au développement du réseau 5G sur le territoire britannique – doit prendre ses décisions en toute indépendance et résister aux pressions exercées par d’autres pays.

Selon des sources de Reuters, le Conseil de sécurité nationale britannique a accepté d’autoriser à terme la participation de Huawei, mais de manière limitée et avec certaines restrictions supplémentaires.

Si cela vous a plu, partagez-le avec vos amis!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Les Etats-Unis d’Amérique vont ‘réévaluer’ le partage d’Intel avec leurs alliés de l’UE qui utilisent la technologie Huawei 5G

© REUTERS/ Dado Ruvic

Les États-Unis d’Amérique estiment que le géant chinois des télécommunications a installé des portes dérobées dans ses équipements pour permettre à Pékin d’espionner ses clients, y compris des organismes gouvernementaux étrangers. Huawei a nié avec véhémence ces accusations.

Washington va réévaluer sa politique de partage de renseignements avec ses alliés européens qui ont décidé d’utiliser des équipements Huawei chinois dans leurs réseaux 5G, a déclaré le 29 avril dernier le secrétaire adjoint des Etats-Unis d’Amérique en charge des Cyber, de la Communication internationale et de la Politique de l’information. Il a affirmé que l’utilisation d’équipements provenant d’un « fournisseur peu fiable », sous quelque forme que ce soit, compromet le réseau tout entier.

« Si d’autres pays insèrent et autorisent des fournisseurs non fiables à se structurer et à devenir les fournisseurs de leurs réseaux 5G, nous devrons réévaluer la possibilité pour nous de partager des informations et d’être connectés avec eux de la manière dont nous sommes aujourd’hui », a-t-il déclaré.

Un peu plus tôt, des rapports ont révélé que le Royaume-Uni avait décidé d’autoriser l’utilisation d’équipements Huawei dans des éléments non essentiels de son réseau 5G; Cependant, Strayer a déclaré que Washington ne ferait pas la distinction entre les aspects fondamentaux et non essentiels lorsqu’il prend sa décision de limiter le partage du renseignement.

Le Royaume-Uni n’est pas le seul allié des Etats-Unis d’Amérique en Europe à avoir autorisé l’utilisation des équipements 5G du géant chinois. Jochen Homann, directeur de l’Agence fédérale allemande des réseaux (Bundesnetzagentur) – a déclaré que son agence n’empêcherait pas Huawei de quitter le pays, car rien ne lui avait permis de savoir que la société chinoise espionnait ses clients. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a également défendu le géant de la technologie en affirmant que le bloc n’interdirait pas Huawei simplement parce qu’il « est chinois ».

LIRE AUSSI: Chine et Royaume-Uni au milieu de la 5G dans la rangée des fuites: ne discriminez pas contre Huawei

Les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande ont associé leurs efforts des services de renseignement à un programme appelé Five Eyes, qui prévoit le partage d’opérations utiles d’intelligence et d’espionnage conjoint, qui auraient parfois été utilisées pour contourner les lois nationales sur la surveillance.

Si cela vous a plu, partagez-le avec vos amis!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :