A la Une

Iran Oil Show 2019: « L’Iran n’est pas seul sur le marché du pétrole »

TÉHÉRAN, 5 mai (MNA) – Les exposants européens participant à la 24ème exposition iranienne du pétrole, du gaz, du raffinage et de la pétrochimie (Iran Oil Show 2019) estiment que les récentes pressions des Etats-Unis d’Amérique pour isoler l’économie iranienne ne les empêcheraient pas de chercher un moyen de collaborer avec les secteurs pétrolier, gazier et pétrochimique de l’Iran.

L’exposition, qui s’est tenue du 1er au 4 mai au Salon international permanent de Téhéran, a accueilli quelque 1150 entreprises nationales et étrangères de 21 pays, dont l’Azerbaïdjan, l’Espagne, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Turquie, la Chine, la Russie, les Pays-Bas, l’Ukraine, et etc.

Pour avoir une idée des points de vue des entreprises participant à l’exposition de cette année, Téhéran Times a interrogé des représentants de nombreuses entreprises européennes. Ce qui suit est un bref recueil de ces entretiens.

 «L’Iran, toujours une mine d’or»

Interrogée sur la présence d’entreprises italiennes dans le salon pétrolier iranien 2019, Andrea Zucchini, ancien homme politique italien, président d’I-Pars, entreprise qui collabore avec l’agence ICE, le ministère italien des Affaires étrangères, l’ambassade et le consulat italiens et coopère également avec La Confindustria Emilia (la principale association de sociétés de production et de services en Italie) a déclaré: «Cette année, nous sommes réunis ici avec une délégation de 14 sociétés italiennes et certaines sociétés participent également en tant que visiteurs».

Il a en outre évoqué les négociations en cours entre les représentants de sociétés italiennes et leurs homologues iraniens et a déclaré: « De nombreuses négociations sont en cours, mais les sociétés italiennes sont très réservées à ce stade en raison des sanctions des Etats-Unis d’Amérique. »

A propos de l’avenir de la coopération entre les entreprises iraniennes et italiennes compte tenu des récentes pressions des Etats-Unis d’Amérique, Zucchini a déclaré: «Je pense qu’il est possible de travailler pour des entreprises italiennes en Iran même pendant les sanctions injustes imposées par les États-Unis d’Amérique. Les Iraniens sont des gens forts et habitués à subir des pressions externes, ils vont donc résister.»

Interrogé sur l’INSTEX (le mécanisme financier européen pour le commerce avec l’Iran) et son impact sur le commerce entre l’Iran et l’Europe, le responsable a déclaré: « Le système Instex est une solution correcte. Pour le moment, toutefois, on ne sait toujours pas comment l’utiliser. Il est donc important que l’Europe se dépêche de faire fonctionner ce système. Nos entreprises l’attendent et je pense que cela pourrait donner davantage de confiance à l’ensemble du système.”

« La foire de cette année s’est très bien déroulée et je pense toujours que l’Iran est et sera une mine d’or pour les entreprises italiennes », a-t-il ajouté.

 « Un excellent partenaire commercial pour l’Europe »

Arjen Mosselman, représentant des entreprises néerlandaises, a estimé que, compte tenu de la position géopolitique de l’Iran dans la région, le pays pourrait être un excellent partenaire commercial pour l’Europe.

« L’Iran est le pays qui présente le plus fort potentiel de croissance au Moyen-Orient et je pense que l’avenir est prometteur en dépit de tous les obstacles. »

Le représentant du pavillon espagnol Cecilio Castro Lopez, conseiller en commerce international de l’ambassade d’Espagne à Téhéran, avait des points de vue similaires avec le responsable néerlandais concernant le marché iranien.

Interrogé sur le nombre d’entreprises espagnoles présentes cette année, il a déclaré: «L’Espagne est ici [l’exposition] depuis de nombreuses années, mais cette année, en raison des sanctions imposées par les États-Unis d’Amérique, seules deux entreprises participent.»

Concernant l’INSTEX, Castro a déclaré que l’Europe et l’Iran avaient toujours entretenu de bonnes relations. Ainsi, malgré les efforts des Etats-Unis d’Amérique, INSTEX était inévitable et devrait être opérationnel dans un avenir proche.

«Sur le plan économique, cela sera très important pour les deux côtés car la situation est actuellement un peu difficile et avec INSTEX, nous espérons que les choses iront mieux», a-t-il ajouté.

« L’Iran est un très bon marché et de nombreuses entreprises espagnoles sont intéressées par une collaboration dans le secteur pétrolier et gazier iranien. »

Un partenaire allemand de la société ATAC, qui a demandé à rester anonyme, a déclaré qu’il existait «un grand espoir parmi les entreprises allemandes en matière de commerce avec l’Iran et c’est la raison pour laquelle nous sommes ici».

«Nous n’allons pas disparaître… nous sommes aux côtés de l’Iran… L’Iran est un grand marché…. la situation est décevante [mentionnant les sanctions des Etats-Unis d’Amérique]», a-t-il ajouté.

 «Ensemble nous sommes plus forts»

Anastasia Rudenok, experte en commerce de United Engine Corporation, a déclaré: «C’est la cinquième fois que nous participons à cette exposition, c’est une exposition plutôt traditionnelle pour nous maintenant.»

Interrogée sur l’exposition, elle a répondu: «C’est beaucoup plus grand que ce à quoi je m’attendais. C’est une excellente occasion de présenter vos produits.»

À propos des sanctions, Rudenok a déclaré: «Bien sûr, il est beaucoup plus difficile de faire du commerce international, mais je crois que nous [la Russie] et de nombreux autres pays en développement comme l’Iran sommes dans le même bateau, nous devons donc rester unis et ensemble, nous sommes plus forts.»

Valerie Kobeeva, chef adjointe du département du commerce extérieur de JSC Proton, un fabricant russe d’optoélectronique renommé, a déclaré: «14 sociétés russes participent cette année… nous sommes tous très intéressés par le marché iranien.»

En ce qui concerne l’impact des sanctions imposées par les États-Unis d’Amérique, Kobeeva a déclaré: «Les sanctions imposées par les Etats-Unis d’Amérique ont certes des répercussions sur le commerce des deux parties, mais compte tenu des bonnes relations politiques entre les deux pays, il sera plus facile de maintenir leurs relations commerciales».

Ebrahim Fallahi

MNA / TT

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Mehr News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :