A la Une

Le Jeu dangereux du prix du pétrole de Trump

La guerre commerciale de Trump a peut-être fait chuter les prix du pétrole en début de semaine, mais la décision des États-Unis d’Amérique d’envoyer des navires de guerre au Moyen-Orient est un signe inquiétant d’une possible escalade du conflit avec l’Iran. Le marché pétrolier a dégringolé lundi alors que les traders tentaient d’équilibrer ces deux sources d’instabilité.

Le conseiller à la Sécurité nationale des Etats-Unis d’Amérique, John Bolton, a déclaré que les Etats-Unis d’Amérique enverraient un groupe de frappe de porte-avions et un groupe de travail sur les bombardiers au Moyen-Orient afin d’envoyer un message à l’Iran leur indiquant que toute attaque contre les intérêts des États-Unis d’Amérique ferait l’objet d’une « force implacable ». Bolton a toujours eu une position particulièrement belliciste vis-à-vis de l’Iran,  et qui aurait ébranlé l’instauration de la sécurité nationale il y a plusieurs mois lorsqu’il lui a demandé d’élaborer des plans pour une frappe militaire.

La décision des États-Unis d’Amérique d’envoyer des navires de guerre au Moyen-Orient doit être considérée dans ce contexte. Bolton, peut-être frustré par sa campagne de changement de régime au Venezuela, a tourné son regard vers l’Iran, une obsession éternelle.

Cette décision intervient seulement une semaine après l’expiration des dérogations aux sanctions et les États-Unis d’Amérique ont pour objectif de réduire à zéro les exportations de pétrole iranien. Trump envisage également d’autres sanctions non pétrolières comme moyen de contraindre l’Iran.

La hausse des prix du pétrole depuis le début de l’année a été un phénomène imputable à l’offre, l’OPEP+ prenant 2,2 millions de barils par jour (mb/j) hors ligne, chiffre qui inclut les pannes involontaires en Iran et au Venezuela, selon Bank of America Merrill Lynch. « Les exportations de brut iranien sont passées d’un sommet de près de 2,5 millions de b/j à un minimum d’environ 600k b/j en décembre avant de rebondir cette année », a écrit la banque d’investissement. « Alors que les levées de sanctions expirent en mai, nous prévoyons une pression supplémentaire sur les exportations iraniennes et des volumes inférieurs à 500k b/j d’ici 2H19 et pourraient même atteindre zéro, selon la prudence des acheteurs en matière de sanctions ».

Connexes: Le Nigeria ferme plus de pétrole après les manifestations dans le delta du Niger

La banque a indiqué que les coupures d’approvisionnement mondiales atteignent aujourd’hui leur niveau le plus élevé depuis plusieurs décennies: 4 Mb/j. Historiquement, chaque balance d’approvisionnement de 1 Mb/j équivaut à une variation des prix du pétrole d’environ 17 dollars le baril, a déclaré la banque d’investissement.

Cependant, alors que les prix des contrats à terme et des contrats à terme standardisés ont considérablement augmenté cette année, les contrats à terme plus longs n’ont que légèrement progressé. Comme le note Bank of America, les prix au comptant ont augmenté de 20 dollars le baril par rapport à décembre, mais les prix à terme sur trois ans n’ont augmenté que de 6 dollars. C’est pourquoi il est plus difficile pour les foreurs de schiste états-uniens [d’Amérique] de couvrir leur production future, ce qui rend plus difficile la croissance de la production. En d’autres termes, la réponse du schiste pourrait être plus modeste que la plupart des gens ne le pensent, du moins jusqu’à ce que l’arrière de la courbe des futures s’élève davantage.

Cela signifie également que l’OPEP+ a reçu une « très bonne main », comme le dit Bank of America. On craint moins que la limitation de la production suscite une réaction massive du schiste, du moins beaucoup plus importante que les niveaux actuels, qui ont déjà atteint des records. De plus, comme l’Arabie saoudite a besoin de prix du pétrole plus élevés pour équilibrer ses comptes – Bank of America a fixé son prix d’équilibre fiscal à environ 93 dollars le baril cette année – Riyad se mettra lentement à rétablir la production. Bank of America estime le prix plancher du Brent à environ 70 dollars le baril.

Connexes: La Chine sur le point de défier les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre l’Iran

L’obsession des Etats-Unis d’Amérique sur l’Iran exerce une pression à la hausse sur le brut, et le rapprochement des navires de guerre vers l’Iran est préoccupant. Du point de vue de l’administration Trump, le truc consiste à savoir comment intensifier le conflit avec l’Iran (et le Venezuela, en l’occurrence) sans faire monter en flèche le prix du pétrole. Les prix élevés constituent une menace politique intérieure.

À en juger par la réaction des marchés pétroliers lundi – une légère baisse lors des négociations à midi, mais une hausse plus tard dans l’après-midi – Trump a peut-être trouvé la solution à ce problème. Il a intensifié la guerre commerciale avec la Chine en même temps que son gouvernement avait intensifié son conflit avec l’Iran. Normalement, les craintes de conflit au Moyen-Orient feraient monter les prix. Mais ces préoccupations étaient clairement compensées par les pièges perçus de la guerre commerciale de Trump pour l’économie mondiale. Alors, semble-t-il, Trump peut avoir son conflit en Iran et contrôler les prix du pétrole en même temps. Cela pourrait ne nous coûter que la stabilité économique mondiale.

Nick Cunningham

Nick Cunningham est un rédacteur pigiste dans les domaines du pétrole et du gaz, des énergies renouvelables, du changement climatique, de la politique énergétique et de la géopolitique. Il est basé à Pittsburgh, PA.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : OIL PRICE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :