A la Une

L’économie des Etats-Unis d’Amérique va mourir d’une mort traditionnelle… l’inflation va monter

Dans le programme d’aujourd’hui, nous entendrons Axel Merk de Merk Investments. Axel met fin à la guerre commerciale avec la Chine et nous donne une idée précise de la stratégie probable employée par le président Donald Trump dans ce pays, ainsi que des raisons pour lesquelles il voit les pressions inflationnistes se rétablir et les répercussions qu’elles auront sur le prix de l’or. Ne manquez pas une autre merveilleuse interview du très respecté Axel Merk, qui suivra après la mise à jour du marché cette semaine.

Alors que les marchés continuent de faire face au commerce mondial et aux menaces tarifaires, les métaux précieux luttent pour capter l’intérêt des investisseurs.

Dernièrement, la grande poussée dans les actifs alternatifs a été dans le Bitcoin. Le prix de la crypto-monnaie a doublé au cours des deux derniers mois, même s’il reste bien en dessous de son ancien sommet.

L’or est le seul métal à afficher une résistance malgré la récente vente d’actions. Cependant, son élan s’est arrêté en milieu de semaine et a ralenti jeudi. Depuis vendredi, les prix de l’or sont en baisse de 0,8% pour se négocier à 1 277 $ l’once.

En ce qui concerne les métaux blancs, l’argent montre une perte hebdomadaire de 2,6% pour ramener les prix au comptant à 14,46 dollars l’once – un niveau de négociation inégalé depuis décembre dernier. Le platine est en baisse de 5,3% cette semaine pour se négocier à 823 $. Et enfin, le palladium est en hausse de 1,3% pour se négocier à 1 323 $.

Toutes les implications des nouveaux tarifs des Etats-Unis d’Amérique et des tarifs de rétorsion appliqués par la Chine n’ont pas encore été prises en compte par les marchés. Les médias ont expliqué comment les droits de douane pourraient aider ou nuire à certaines industries. Les agriculteurs des Etats-Unis d’Amérique, par exemple, craignent de subir les représailles chinoises.

Le président Donald Trump est sans aucun doute conscient du fait que les agriculteurs et les communautés rurales du centre du pays figuraient parmi ses plus fervents partisans en 2016. Il ne peut pas se permettre de les perdre s’il veut être réélu. Il s’est donc engagé à ce que le gouvernement achète les cultures vivrières aux agriculteurs et les distribue ensuite aux pays pauvres à titre d’aide humanitaire.

D’où viendra l’argent pour renflouer les agriculteurs? Personne ne semble savoir ou s’en soucier. Ce n’est qu’un petit programme parmi d’autres qui poussent les dépenses fédérales à des niveaux record. Selon les données du département du Trésor, le gouvernement fédéral a dépensé 2 570 milliards de dollars au cours des sept premiers mois de l’exercice en cours, qui a débuté en octobre dernier. C’est plus en termes réels que dans toute période précédente de sept mois.

Bien entendu, le gouvernement établit des records de dépenses en termes nominaux chaque année. Mais ce qui est particulièrement alarmant au sujet de l’augmentation actuelle des largesses fédérales, c’est qu’il établit également un record en termes corrigés de l’inflation, dépassant le précédent sommet de 2011. Ceci est basé sur la jauge d’inflation du Bureau of Labor Statistics, qui sous-estime certaines composantes de l’inflation réelle.

Wal-Mart, le plus grand détaillant au monde, est souvent un bon indicateur des tendances de l’inflation. Les responsables de Wal-Mart préviennent actuellement que les tarifs de Trump entraîneront des prix plus élevés pour une grande variété de produits.

Bien que peu d’économistes voient un problème majeur d’inflation émerger à cause des guerres commerciales, la situation pourrait dégénérer rapidement. La Chine a déjà entamé le processus de déchargement des titres du Trésor et de réduction de ses réserves en dollars. Cela poussera peut-être la Réserve fédérale au lancement d’un autre programme d’assouplissement quantitatif, comme le président Trump l’a demandé.

À Washington, d’autres craignent que le dollar des États-Unis d’Amérique (DEUA) ne finisse par perdre son statut dominant dans le commerce international. L’Etat profond et les principaux responsables du système bancaire feront presque tout pour que le système de la Réserve fédérale continue de régir le monde financier. Des guerres ont été menées pour préserver l’hégémonie du dollar et certains membres du Congrès pensent apparemment que le dollar est vulnérable à un marché libre de crypto-monnaies.

Le membre du Congrès démocrate Brad Sherman mène une campagne législative pour interdire totalement la crypto-monnaie. Dans sa dernière attaque verbale sur les pièces numériques, Sherman a clairement expliqué que sa bataille était une bataille idéologique – destinée à vaincre le mouvement de la liberté et à protéger les pouvoirs politiques et financiers enracinés de la concurrence.

Représentant Sherman: Je cherche des collègues qui se joignent à moi pour présenter un projet de loi interdisant la crypto-monnaie. Si vous regardez la publicité pour le renforcement de la crypto-monnaie, elle s’appréhende comme quelque chose entre le libertarisme et l’anarchisme.

Une grande partie de notre puissance internationale provient du fait que le dollar est l’unité de base de la finance et des transactions internationales, compensée par la Fed de New York. Et c’est le but annoncé par les partisans de la crypto-monnaie de nous enlever ce pouvoir.

C’est un aveu tout à fait étonnant et honnête de la part d’un partisan de l’Etat profond, ce qui devrait faire réfléchir tout le monde.

Les crypto-monnaies, dans leur forme actuelle, présentent encore de nombreux défauts qui les empêcheront probablement de supplanter les monnaies fiduciaires nationales. La fraude et les cyberattaques sur les échanges cryptographiques demeurent des problèmes persistants. La volatilité des prix continue également d’être extrême. Le Bitcoin est loin d’être une réserve de valeur stable. Et à un niveau fondamental, il est impossible d’attribuer une quelconque valeur au Bitcoin. N’ayant ni support tangible ni statut légal, sa valeur repose entièrement sur le réseau numérique dans lequel il existe.

Mais comme nous le savons avec toutes les innovations technologiques, les anciennes technologies finissent par devenir obsolètes. Le Bitcoin sera-t-il même techniquement viable dans des décennies? Ou sera-t-il détruit en premier? Ce sont des questions que quiconque devrait poser avant de spéculer sur la crypto-monnaie.

C’est une classe d’actifs totalement distincte de l’argent dur – l’or et l’argent. Alors que les prix des métaux précieux peuvent être à la traîne par rapport aux actifs les plus récents et les plus éclatants d’une période donnée, l’argent fort a dépassé toutes les monnaies fiduciaires, tout en servant de réserve de valeur au fil des décennies, voire des siècles. Les monnaies numériques n’ont pas de tels antécédents.

Eh bien maintenant, sans plus tarder, passons à l’interview exclusive de cette semaine.

Mike Gleason: C’est pour moi un privilège d’accueillir à présent Axel Merk, président et directeur des investissements chez Merk Investments, et auteur du livre Sustainable Wealth. Axel est un commentateur de marché bien connu et un gestionnaire d’argent. Il est un invité très recherché lors de conférences financières et dans les médias du monde entier. C’est un plaisir de le revoir parmi nous.

Axel, c’est toujours un plaisir et merci de nous rejoindre à nouveau.

Axel Merk: Merci pour cette aimable présentation.

Mike Gleason: Axel, nous aimerions connaître votre opinion sur la récente escalade de notre guerre commerciale, car cela semble être la grande nouvelle. Les droits de douane sur la Chine ont été augmentés à 25% sur environ deux cent milliards de dollars de marchandises. Le président reçoit beaucoup de soutien pour ses efforts visant à uniformiser les règles du jeu avec la Chine et à lutter contre le vol de la propriété intellectuelle, etc. Mais nous pensons maintenant où le caoutchouc commence à rencontrer la route.

Auparavant, l’impact des droits de douane était limité pour les consommateurs des Etats-Unis d’Amérique. Vous avez mentionné quelque chose d’intéressant sur Twitter récemment. Il existe un débat sur la manière dont les entreprises des Etats-Unis d’Amérique réagiront aux droits de douane sur les biens qu’elles importent. Certains peuvent être en mesure de s’approvisionner ailleurs, d’autres peuvent absorber les coûts plus élevés et d’autres peuvent augmenter les prix. Mais, il existe une autre possibilité qui ne suscite pas beaucoup d’attention, à savoir que certaines entreprises des Etats-Unis d’Amérique ne pourront pas faire autre chose et finiront par disparaître.

Alors, que pensez-vous de la qualité du discours sur les tarifs? Pensez-vous que les gens, y compris le président, maîtrisent bien les répercussions des droits de douane et ont-ils le courage de supporter ce qui pourrait l’être?

Axel Merk: Oh mon Dieu, combien d’heures avez-vous?

Mike Gleason: Une question chargée, je sais.

Axel Merk: Eh bien, commençons peut-être par ce que vous avez dit. Le président a beaucoup de soutien et, je ne remets pas cela en question, je ne l’approuve pas, mais c’est bien l’essentiel. Tout est question de politique.

Maintenant, si vous êtes un politicien, évidemment, si vous êtes le travailleur qui doit fermer son entreprise ou perdre son emploi, c’est un peu différent. Mais, si vous y réfléchissez, d’un point de vue politique, les tarifs sont une bonne politique. Je ne suis pas un partisan des droits de douane, mais juste un contexte, mais d’un point de vue politique, c’est une bonne politique. Maintenant, le défi auquel Trump était confronté était que les négociations allaient bien, il était accusé d’être trop mou, et s’il avait eu un accord, il aurait peut-être disparu des nouvelles au moment des élections.

Et donc, pour être dans les nouvelles au moment des élections, il doit avoir une solution plus tard et, appelez-le cynique, mais c’est juste la nature de la politique. Il a donc intérêt à faire traîner cela, et vous pouvez vous demander s’il fait ce qui est bien ou mal, mais seulement d’un point de vue politique.

L’autre chose que vous avez mentionnée concerne le genre de fermeture des affaires. Le plus grand perdant dans ce domaine est la petite entreprise et la raison pour laquelle les petites entreprises des Etats-Unis d’Amérique sont le plus grand perdant est que, si vous êtes une grande entreprise, vous pouvez modifier vos canaux d’approvisionnement, vous pouvez remplacer les biens, et quoi encore, mais si vous êtes plus petit, vous n’avez pas la flexibilité financière nécessaire pour que les ressources changent aussi rapidement et supportent la période où les choses sont plus incertaines. Et aussi, ces fluctuations de prix, vous pourriez ne pas être en mesure d’absorber le choc et les pertes temporaires que vous pourriez avoir si vous êtes une petite entreprise.

Maintenant, la question est, qu’est-ce que nous nous soucions à propos de tout cela? Et puisque nous parlons, nous nous soucions des produits de base, de l’économie dans son ensemble et donc, d’un point de vue général, les droits de douane initiaux sont vraiment destinés à nuire aux Chinois. Maintenant, presque par définition, plus vous mettez de droits de douane en place, moins vous pourrez les adapter de manière à réellement blesser les Chinois et ainsi, vous allez également toucher plus d’entreprises des Etats-Unis d’Amérique, et ainsi de suite.

Et si vous faites quelque chose comme la chose la plus célèbre, si vous achetez un grille-pain, eh bien vous achetez un grille-pain de Malaisie ou peut-être en achetez-vous un fabriqué aux États-Unis d’Amérique mais d’autres produits que vous ne pouvez pas remplacer aussi facilement d’ailleurs et qui sont plus perturbants.

Du point de vue du marché, ce que vous voulez vraiment, en définitive, c’est la clarté. Donnez-moi les règles du pays et je les traiterai. L’incertitude liée au type de règle par type de Tweet n’est pas très utile à mon avis.

De toute évidence, il existe une stratégie derrière cela, vous voulez secouer la cage pour faire avancer les choses, et certaines personnes l’aiment, certaines personnes ne l’aiment pas, mais si vous voulez provoquer un changement, c’est un bon point de vue.

En ce qui concerne l’or, c’est certain, cela peut augmenter en période d’incertitude, en particulier lorsque les gens fuient en quelque sorte les avoirs à risque. Mais encore une fois, beaucoup de gens, je crois, continuent de croire que cela est en train de pâturer, que nous voulons obtenir un accord et que les choses vont s’arranger. Et puis, bien sûr, si tel est le cas, alors, la croissance économique subira des dommages temporaires et, en fonction de la manière dont vous pensez que cela va se dérouler, nous aurons peut-être une réforme structurelle, mais, plus important encore, ce bruit va s’atténuer avec le temps.

Mike Gleason: Les marchés des actions ont bien résisté, les actions ont retrouvé ce qui avait été perdu lors des turbulences de la fin de l’année dernière. Maintenant, un peu de peur et de volatilité est de retour. Ce différend commercial va-t-il aller au-delà de ce que les marchés des actions peuvent supporter ou pensez-vous que l’économie des Etats-Unis d’Amérique est assez forte pour y résister? Par exemple, certains économistes estiment que les droits de douane ne feront que réduire de 0,2% le PIB.

Axel Merk: Gardons à l’esprit que l’économie des Etats-Unis d’Amérique est vraiment une économie très focalisée sur le marché intérieur, alors que la Chine ou l’Europe est très concentrée sur les exportations. Les États-Unis d’Amérique sont une économie axée sur la consommation.

De toute évidence, si les consommateurs doivent payer davantage, ils achètent peut-être un peu moins, mais le marché de l’emploi restreint que nous avons aux États-Unis d’Amérique n’est pas vraiment motivé par le commerce.

Or, certaines sociétés internationales, dont beaucoup d’entre elles, pourraient souffrir un peu et, ce qui a également un impact sur l’économie des Etats-Unis d’Amérique, c’est que les Chinois ont réellement connu un grave ralentissement. Les marchés financiers se sont montrés très sensibles à cela et, nous l’avons vu, se heurter à quelques ratés, évidemment, qui échappent à cela.

Mais dans l’ensemble, l’économie des Etats-Unis d’Amérique est moins dépendante du commerce que beaucoup d’autres, et c’est une des raisons pour lesquelles Trump peut en quelque sorte casser le pied et obtenir ce genre de choses.

Évidemment, si cela vous affecte, si vous êtes un agriculteur du Midwest, alors, oui, cela pourrait avoir un impact direct sur votre entreprise, mais, étant donné la diversité de l’économie des Etats-Unis d’Amérique, ce qui compte le plus, c’est la certitude, et vous aurez moins de chances d’investir. Vous voyez que, avec les entreprises qui n’investissent pas au Royaume-Uni à cause du Brexit, vous le voyez sur d’autres choses.

L’autre chose qui va arriver, l’Allemagne, Volkswagen, je ne donne pas de recommandation d’investissement, vient d’annoncer qu’elle investit un milliard d’euros dans une usine de batteries en Allemagne. Alors, ils décident pourquoi ils se donnent la peine de le faire en Chine ou aux États-Unis d’Amérique ou ailleurs dans le monde. Les entreprises des Etats-Unis d’Amérique peuvent donc faire de même en investissant aux États-Unis d’Amérique. Cela fait évidemment partie des objectifs de ces politiques. Je doute que les gens soient mieux ou moins bien lotis. En fin de compte, ce n’est pas notre affaire de dire si nous aimons ces politiques ou non, la question est de savoir quelles sont les implications pour les investisseurs.

Et votre question de savoir si les marchés boursiers vont le supporter, eh bien, mettons cela dans le contexte. Je pense que l’expansion économique continue d’être en place, mais nous en sommes aux dernières étapes. Les taux d’intérêt ont également augmenté. Et lorsque vous vous trouvez dans cet environnement, il est normal que la volatilité soit supérieure et, lorsque la volatilité est supérieure, le risque augmente, il est également prudent que les investisseurs prennent les décisions qui s’imposent.

La plupart des gens ont un certain profil de risque et ensuite, lorsque la volatilité augmente, cela signifie qu’ils doivent réduire leur risque. Maintenant, de préférence, vous le faites à l’avance, évidemment, plutôt que lorsque les choses plongent, mais il est toujours naturel que les gens deviennent un peu plus défensifs. Ce n’est pas qu’ils deviennent plus défensifs, ce sont les investissements qui deviennent plus risqués. Ils rééquilibrent simplement leur portefeuille et s’ils ont un plan, ils pourront s’en sortir.

Et donc, notre scénario de base est que, en réalité, cette économie continuera de croître. En fait, je pense que l’inflation, disent tout le monde, n’est pas un problème, est-ce que cela va ralentir à cause du marché du travail serré et, même si le marché envisage de plus en plus de chances de réduire les taux plus tard cette année, je ne pense pas que ce soit dans les cartes à ce stade.

Mike Gleason: Pensez-vous qu’il est possible que la Chine dépose une série de bons du Trésor des Etats-Unis d’Amérique en guise de représailles à la guerre commerciale, Axel? Et que se passerait-il s’ils le faisaient?

Axel Merk: Eh bien, ce sujet revient tout le temps. La raison pour laquelle ils détiennent des bons du Trésor est que c’est dans leur intérêt. Et je pense que ce que font les Chinois, c’est qu’ils vont réfléchir aux moyens d’être moins dépendants des États-Unis d’Amérique. Mais s’ils vidaient les bons du Trésor, cela augmenterait la valeur de leur monnaie, ils n’ont aucun intérêt à cela, ils veulent avoir une monnaie plus faible, le cas échéant, non?

C’est donc l’une des raisons pour lesquelles cela ne se produira probablement pas, à moins, bien sûr, que l’on parle toujours de faire grimper nos taux. Déjà, si vous tenez compte de ce scénario – qui, selon moi, est moins réaliste, à savoir « le dumping des bons du Trésor » – ces derniers mois, les étrangers ont de moins en moins participé aux adjudications aux États-Unis d’Amérique, aux adjudications de trésorerie et inversement , bien sûr, le gouvernement des États-Unis d’Amérique émet une tonne de dettes parce que les déficits sont élevés, ce qui est inhabituel pour l’expansion économique.

Et pourtant, les taux sont très bas. Et donc, il y a apparemment encore une demande suffisante mais, la demande est plus domestique. En fin de compte, peu importe le prix, qu’il s’agisse d’un acheteur étranger ou national. À moyen terme, comme dans tout pays, vous devez rendre l’achat de la dette plus attrayant et, ces jours-ci, oui, vous pouvez expliquer pourquoi ils l’achètent pour des milliards de dollars, le fait est que les gens continuent d’acheter la dette.

J’ai la conviction que l’inflation aux Etats-Unis d’Amérique va bloquer les taux actuels et non justifiés, mais c’est le point de vue d’une seule personne, n’est-ce pas? Je veux dire, c’est déjà le marché qui, de toute évidence, crée la confusion.

Mike Gleason: Revenons un instant à la politique de la Fed. Vous en avez parlé il y a un instant. Nombreux sont ceux qui s’attendent à ce que le prochain geste consiste à réduire les taux. Donnez-nous davantage de vos réflexions sur la politique monétaire, Axel. Que voyez-vous que Powell et ses cohortes font ici?

Axel Merk: L’autre jour, j’ai assisté à une conférence à Stanford, à l’Institut Hoover, et je retiens que les gens disent que l’inflation est inférieure à 2% depuis une décennie maintenant, c’est donc en deçà de notre objectif et, c’est un problème. Cela veut dire que, cette fois-ci, c’est différent, nous devons le monter plus haut, la personne la plus radicale aurait pu être le président de la Fed de San Francisco qui dit: « Eh bien, si nous voulons informer les gens et le ralentissement lorsque nous ne pouvons pas descendre en dessous de zéro, nous sommes prêts à repousser l’inflation plus haut, nous devons être prêts à considérer que l’inflation est d’environ 2% cette fois-ci pour être crédible à la baisse. »

Et, donc, il est le plus explicite à ce sujet, mais le thème de plusieurs d’entre eux, évidemment pas tous, mais, avec plusieurs membres de la Fed, est que l’inflation est trop basse.

De toute évidence, l’inflation a été réduite pour de nombreuses raisons, notamment la crise financière. La question est, est-ce que cette fois c’est différent? Et, disent-ils, il y a effectivement plus de concurrence étrangère et ainsi de suite, de la population asiatique, etc. C’est peut-être le cas, mais ce qui n’a pas changé, c’est que nous vivons dans un environnement où le taux de chômage est très bas et où les salaires augmentent déjà très rapidement d’une année sur l’autre, cela ne s’est tout simplement pas traduit par des mesures que la Fed considère comme inflationnistes.

Maintenant, ne vous y trompez pas, il arrive un moment où il y aura inflation lorsque nous ne pourrons plus attirer les gens sur la touche. Personne ne sait quand. Mais, simplement parce que cela n’est pas arrivé, nous ne pouvons pas avoir d’inflation, je pense que c’est un jeu dangereux. Et, la Fed ayant ce point de vue, cet état d’esprit, augmente les chances que nous y arrivions. Et, si nous y arrivons, je ne suis pas du tout d’accord avec le président de la Fed de San Francisco qui dit: «hé, oui, alors nous avons montré que nous étions prêts à le faire.» Non, alors vous avez un désordre sur vos mains. Et donc, le risque est là.

Maintenant, je ne dis pas que cela doit nécessairement se produire, mais une Fed qui est complaisante est un problème. S’il y a une chose qui me préoccupe, c’est la complaisance. L’évaluation de la technologie dans les années 90 était complaisante, à son tour, vis-à-vis du logement alors, et à propos du manque d’inflation à l’heure actuelle.

Et, généralement, cela ne se termine pas bien. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai dit, à un moment donné, si l’économie continuait de croître et que nous ne poussions pas le pays dans une récession avec les préoccupations commerciales, et comme vous l’avez souligné, les chances que cela se produise sont: actuellement, nous n’avons pas à nous soucier de créer des emplois à un rythme qui n’est pas durable. La Fed ne le fait pas, et c’est pourquoi je pense que j’ai soutenu que cette économie mourrait de la mort traditionnelle, ce qui signifie que l’inflation va augmenter, la Fed doit basculer dans une économie en ralentissement, je n’exclue pas cela.

Maintenant, sera-ce nécessairement le cas? Est-ce que je m’attends à une réduction du taux d’ici décembre? Non. Le marché s’attend-il à une réduction de taux en décembre? Oui, le marché fait.

Mike Gleason: Passant maintenant aux métaux, notre analyse évite toute augmentation importante de la hausse des prix, car il serait difficile pour les marchés des métaux d’obtenir quoi que ce soit pendant que les marchés boursier et obligataire se redressent. Les prix de l’or et de l’argent ont besoin d’un moteur, c’est-à-dire de la peur de l’inflation ou de l’achat de valeurs refuge auprès de personnes inquiètes du fait que les marchés boursiers ont tendance à s’abaisser et à chuter. Quelle est votre prise? Seriez-vous d’accord pour dire que l’inflation des prix ou les difficultés sur les marchés boursiers seront nécessaires pour donner un coup de pouce aux métaux dans les mois à venir ou, y a-t-il d’autres facteurs que vous envisagez peut-être?

Axel Merk: Eh bien, c’est la peur de voir ces choses se produire, plutôt que ce qui se passe réellement et qui, je pense, va le conduire.

N’oubliez pas que, généralement, lorsque la valeur de l’inflation est supérieure aux prévisions, la monnaie augmente dans tous les pays. Et la raison de la hausse de la monnaie tient au fait que la Banque centrale devrait prendre les mesures qui s’imposent. Ce n’est que lorsque le marché se rendra compte que la Banque centrale ne prend pas les mesures qui s’imposent que la monnaie s’affaiblit.

Et donc, dans le contexte actuel, oui, quand il y a la menace d’une grande volatilité sur les marchés, l’or, parce qu’il n’y a pas de trésorerie, qu’il n’y a pas d’augmentation d’actualisation, il a tendance à bien se porter. Et donc, quand les gens sont préoccupés par les évaluations, oui, l’or va bien. Et puis, sur les taux d’intérêt, c’est la peur du ralentissement.

Au moment où nous discutons, le verre est à moitié plein sur l’économie et l’or fait un peu en arrière. Et si, le lendemain, le verre est à moitié vide, il monte un peu plus haut et c’est pourquoi je pense que nous sommes dans la fourchette. Et si vous avez écouté les scénarios que j’ai présentés, il s’agit d’un processus et il existe différentes personnes de part et d’autre de ce commerce et, en passant, nous avons des positions commerciales sur les taux d’intérêt pour exprimer ce point de vue.

Mais le fait est que la raison pour laquelle l’or a été négocié dans une fourchette est précisément à cause de cela, parce que certaines personnes avancent dans un sens, d’autres disent, et c’est précisément ce qui fait un marché.

À mon avis, à mesure que ces pressions inflationnistes augmenteront et que la Fed tardera à réagir, cela devrait être favorable au prix de l’or. Et donc, pour moi, cela s’ajoute au fait que nous sommes à la fin du cycle, cet or, j’appelle le moyen de diversification le plus facile, pas toujours le meilleur, mais le plus facile en raison de sa corrélation presque nulle à long terme aux actions, et, parce que cela a bien fonctionné sur la plupart des marchés au cours des dernières décennies, à l’exception du moment où les taux d’intérêt réels étaient très, très élevés.

Et donc, cela intéresse en quelque sorte les gens pour le prix de l’or, mais de temps en temps, vous avez de bons chiffres économiques et vous dites, hé, peut-être que les taux devraient être plus élevés et encore une fois, ils sont légèrement repoussés.

Mike Gleason: Oui, et c’est bien expliqué. Il y a beaucoup d’efforts en cours pour le maintenir dans cette fourchette.

Alors que nous commençons à terminer, Axel, donnez-nous vos dernières pensées pour nous aujourd’hui ou tout ce que vous croyez que les gens devraient regarder ou penser à cela. Peut-être que nous n’avons pas encore commenté, à la fermeture.

Axel Merk: Eh bien, la seule chose que je peux dire aux gens, c’est d’avoir un plan. Il n’est même pas nécessaire que ce soit un bon plan, mais un plan vaut mieux que pas de plan. Et, la raison pour laquelle je dis que, si vous venez d’écouter le dernier texte de presse que vous avez entendu de moi ou de quelqu’un d’autre, vous devez changer d’avis et, avec le genre de volatilité que nous avons vu, alors vous êtes presque certain de perdre de l’argent. Mais, ayez un plan, évidemment, révisez une fois si cela a du sens, mais les gens qui écoutent les dernières nouvelles et changent d’actualité ne servent à rien.

Et l’autre chose aussi, c’est que, n’écoutez pas, mais agissez aussi. Le simple fait d’écouter tout le monde n’aide pas non plus. Vous devez avoir un plan et le mettre en œuvre.

Mike Gleason: Oui, bon conseil. Eh bien, merci, comme toujours, Axel, nous apprécions toujours votre temps et aimons avoir votre point de vue sur l’état de la situation. Avant de vous laisser partir, veuillez en dire un peu plus aux gens sur votre entreprise et sur vos services, ainsi que sur la manière dont ils peuvent vous suivre de plus près.

Axel Merk: Bien sûr. Eh bien, MerkInvestments.com est notre site Web. Je suis sur Twitter, c’est @AxelMerk. Nous avons un bulletin d’information, nous publions des classements sur toutes sortes de sujets, nous avons plusieurs produits de placement, dont des produits en or, que je ne pourrais pas détailler sans ouvrir une boîte de Pandore sur les informations réglementaires, mais notre site Web peut vous fournir beaucoup plus d’informations sur les services que nous offrons.

Mike Gleason: Excellent. Merci encore, Axel. Je suis sûr que nous reparlerons dans peu de temps et j’espère que vous passerez un excellent week-end. Prenez soin.

Axel Merk: Je vous en prie.

Mike Gleason: Bien cela se fera pour cette semaine. Encore une fois, merci à Axel Merk, président et chef des placements de Merk Investments et gestionnaire des fonds Merk. Pour plus d’informations, assurez-vous de consulter MerkInvestments.com.

Et revenez ici vendredi prochain pour notre prochain Market Wrap Podcast hebdomadaire. Jusque-là, c’était Mike Gleason avec Money Metals Exchange, merci de votre écoute et passez un bon week-end à tous.

Mike Gleason

MoneyMetals.com

Mike Gleason est président de Money Metals Exchange, la société nationale de métaux précieux nommée «Concessionnaire de l’année» 2015 aux États-Unis d’Amérique par un groupe de notation mondial indépendant. Diplômé de l’Université de Floride, Gleason est un chef d’entreprise chevronné, un investisseur, un stratège politique et un activiste local. Gleason est souvent apparu sur des chaînes de télévision nationales telles que CNN, FoxNews et CNBC, et ses écrits ont paru dans des centaines de publications telles que le Wall Street Journal, le Detroit News, le Washington Times et le National Review.

© 2019 Mike Gleason – Tous droits réservés.

Clause de non-responsabilité: Le contenu de ce qui précède fait l’objet d’une opinion fournie uniquement à titre d’information générale et ne constitue pas un conseil en investissement. Les informations et analyses ci-dessus proviennent de sources et utilisent des méthodes réputées fiables, mais nous ne pouvons être tenus responsables des pertes que vous pourriez subir suite à cette analyse. Les particuliers devraient consulter leurs conseillers financiers personnels.

MoneyMetals

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Market Oracle

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :