A la Une

La Russie cèdera-t-elle sa technologie fétiche à des membres de l’OTAN ? – Erdogan: La Turquie fabriquera les S-500 avec la Russie après l’achat des S-400

Le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan. / Reuters

Le président turc a répété que l’achat de systèmes anti-aériens S-400 à la Russie était un marché fermé.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a réaffirmé samedi que l’achat de systèmes anti-aériens S-400 à la Russie est un accord conclu et a avancé qu’Ankara produira conjointement avec les systèmes de défense S-500 de Moscou.

Lors d’une réunion avec des jeunes au palais de Dolmabahçe à Istanbul, le dirigeant turc était également confiant qu’Ankara obtiendrait « tôt ou tard » le F-35 des Etats-Unis d’Amérique, malgré le retard causé par l’achat du S-400.

Erdogan a déclaré que la livraison des systèmes russes commencerait en juillet ou même plus tôt, tout en soulignant que c’était « un système de défense, pas d’attaque ». Après la S-400, la S-500 viendra, a annoncé le dirigeant turc, ajoutant qu’elles seraient le résultat d’une « production en commun ».

« Tôt ou tard, nous recevrons le F-35 »

À propos des avertissements des Etats-Unis d’Amérique en ce qui concerne le fait que l’achat du S-400 russe compromettrait la sécurité de l’avion F-35, Erdogan a souligné que la Turquie avait effectué un travail technique lui permettant de conclure que ce problème n’existait pas.

« Ils [USA] passent le ballon au milieu du terrain, montrant une certaine réticence, mais tôt ou tard, nous recevrons le F-35, ne pas les livrer n’est pas une option », a-t-il déclaré.

  • Les EUA (USA) a répété à maintes reprises que la Turquie ne pourrait pas participer au programme de création et d’acquisition des avions de combat polyvalents F-35 si elle achetait les systèmes de missiles anti-aériens russes S-400 Triumf de la Russie, affirmant qu’ils n’étaient pas compatibles avec les défenses de l’OTAN et que leur acquisition compromettrait la sécurité de l’Alliance
  • Le président turc Recep Tayyip Erdogan a souligné lors d’une réunion tenue le 8 avril avec son homologue russe Vladimir Poutine que personne ne peut forcer son pays à ne pas acheter le S-400 russe, cette décision étant un «un droit souverain» d’Ankara
  • Le président turc a déclaré par la suite que le programme des F-35 serait « voué à l’échec » si la Turquie restait sur la touche

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :