A la Une

Nissan, lié à une fusion Renault-Fiat, ferait face à un avenir beaucoup moins indépendant

Jean-Dominique Senard (à gauche), président de Renault et le président de Nissan Motor Co., Hiroto Saikawa, tiennent une conférence de presse à Yokohama le 12 mars. | BLOOMBERG

Nissan Motor Co. pourrait se retrouver enchaîné à un gorille beaucoup plus grand alors que Renault SA et Fiat Chrysler Automobiles NV ont mis en place un plan visant à resserrer leurs liens. Le constructeur japonais n’aime pas cela, mais n’a peut-être pas beaucoup de choix.

Fiat Chrysler a annoncé lundi un plan de fusion avec Renault, partenaire de Nissan depuis deux décennies, qui pourrait créer le troisième constructeur automobile mondial. Bien que la paire ne cherche pas pour le moment à fusionner avec Nissan, elle envisage d’inviter finalement Nissan et Mitsubishi Motors Corp., les partenaires de l’alliance mondiale existante de Renault, à unir leurs forces, ont indiqué des sources.

Nissan n’est pas impliqué dans les discussions entre les deux constructeurs automobiles européens et ne considère pas un accord approfondi entre eux comme un développement positif, ont déclaré des personnes ayant une connaissance du sujet. Nissan n’est pas intéressé par un scénario qui vise les ventes de voitures pour des raisons de volume, ont indiqué des sources, demandant de ne pas être identifiées, car la position de Nissan n’est pas publique.

« Etant donné que Nissan était si opposé à une fusion, la question est de savoir si forcer une de ces cartes fonctionnera », a déclaré Koji Endo, analyste chez SBI Securities à Tokyo. « Cela ne fonctionnera pas si Nissan y est forcé. »

La dépendance de Fiat Chrysler à l’égard du marché des Etats-Unis d’Amérique, où ses incitations sont encore plus élevées que celle de Nissan, n’est pas non plus attrayante, a déclaré une source. Un représentant de Nissan basé à Yokohama a refusé de commenter.

Nissan a été laissé avec moins de poids après l’arrestation de Carlos Ghosn en novembre, l’architecte et président de l’alliance à trois, pour des crimes financiers présumés au cours de son mandat en tant que dirigeant du constructeur automobile japonais. L’évolution du choc, qui a surpris Renault, a provoqué un recalibrage de sa relation. À l’heure de bouleversements dans l’industrie automobile mondiale et de pertes de bénéfices pour Nissan, la société a été soumise à une pression accrue pour fusionner avec Renault.

Bien que Nissan ait affirmé son indépendance dans le partenariat, elle peine à suivre le rythme de ses rivales mondiales. Blessé par la chute des ventes aux États-Unis d’Amérique, des modèles de véhicules vieillissants et un cycle de produits désynchronisé, le constructeur automobile a publié une perspective de faible bénéfice opérationnel et réduit son dividende pour la première fois en dix ans.

Fiat Chrysler a annoncé lundi un plan de fusion avec Renault, partenaire de Nissan depuis deux décennies, qui pourrait créer le troisième constructeur automobile mondial. | REUTERS

Renault et Fiat Chrysler estiment que leur transaction leur permettra d’économiser plus de 5 millions d’euros (613 millions de yens) et 1 million d’euros supplémentaires pour les partenaires de l’alliance, Nissan et Mitsubishi Motors.

Au total, Renault et Fiat Chrysler ont réalisé l’année dernière un total combiné de 8,7 millions de voitures qui dépasseraient les sociétés sud-coréenne Hyundai Motor Co. et Detroit General Motors. Les deux constructeurs automobiles mondiaux, Volkswagen AG et Toyota Motor Corp., ont dépassé chacun 10 millions de véhicules l’année dernière.

Bien que Renault détienne 43% du capital de Nissan, le constructeur japonais est le partenaire le plus important en termes de ventes et détient 15% du capital de Renault, sans droit de vote. Nissan a vendu 5,65 millions de voitures l’année dernière, soit plus que les 3,88 millions d’unités de Renault, mais sa rentabilité est en baisse. L’année dernière, le bénéfice d’exploitation de Nissan a été inférieur à celui de Renault pour la première fois en 10 ans.

Tout cela facilitera la tâche de Renault en faveur de changements. Selon Arifumi Yoshida, analyste chez Citigroup Global Markets Japan Inc., le scénario le plus probable consisterait en un partenariat informel qui leur permettrait de faire face à la concurrence mondiale.

«Nous entrevoyons des synergies potentielles entre les atouts de Chrysler dans les véhicules de grande taille et de gros SUV, les atouts de Fiat et de Renault dans les petites voitures, les prouesses de Nissan dans les véhicules monocoques (monocoques) de taille moyenne et la présence de Mitsubishi sur le marché de l’ANASE (ASEAN)», écrit Yoshida note de recherche. « Nissan pourrait se féliciter d’une telle alliance, à condition qu’elle soit lâche. »

Derrière la conversation se trouve une pression intense exercée sur les constructeurs automobiles pour qu’ils conjuguent leurs efforts et leurs investissements au fur et à mesure que l’industrie évolue. Alors que les ventes diminuent sur les plus grands marchés automobiles du monde, les régulateurs poussent les constructeurs à électrifier et à réduire les émissions de leur parc. Ils ont également été forcés de dépenser énormément dans la technologie de conduite autonome ou de risquer d’être laissés pour compte par de nouveaux concurrents très prisés tels que Waymo de Alphabet Inc.

« Il n’y a pas beaucoup de chevauchement et l’essentiel est de trouver des synergies entre Renault et Fiat Chrysler », a déclaré Endo. « Même dans ce cas, les négociations sur la fusion renforceront la pression sur Nissan. »

Bloomberg

Ma Jie et Maiko Takahashi

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: the japan times

Fiat Chrysler propose un rapprochement opérationnel avec Renault SA

Le président de Renault, Jean-Dominique Senard, assiste à une conférence de presse conjointe entre Renault, Nissan et Mitsubishi à Yokohama en mars. | REUTERS

MILAN – Dans le cadre d’un accord qui créerait le troisième constructeur automobile mondial, Fiat Chrysler Automobiles NV, a proposé lundi une fusion avec Renault SA.

La transaction sera structurée comme une participation à 50/50 par le biais d’une société de portefeuille néerlandaise, a déclaré Fiat dans un communiqué, ajoutant qu’il n’y aurait pas de fermeture d’usine. Dans une déclaration séparée, le constructeur français a déclaré que son conseil se réunirait plus tard dans la matinée pour discuter de la proposition.

Les pourparlers interviennent alors que les constructeurs automobiles du monde entier font face à une pression intense pour investir massivement dans les nouvelles technologies et s’adapter aux tendances telles que le covoiturage. La chute des ventes sur les plus grands marchés mondiaux – la Chine, les États-Unis d’Amérique et l’Europe – a amené une nouvelle urgence à se consolider. Fiat et Renault prévoient que leurs «synergies» communes s’élèveront à plus de 5 milliards d’euros (5,6 milliards de dollars), provenant notamment du pouvoir d’achat.

Ensemble, Renault et Fiat avaient une valeur de marché combinée de 32,6 milliards € vendredi (36,5 milliards DEUA (USAD ou USD en anglais)).

Fiat et Renault ont progressé sans le partenaire du constructeur français depuis 20 ans, Nissan Motor Co., et Mitsubishi Motors Corp., l’autre membre de leur alliance à trois. L’année dernière, Fiat et Renault ont connu des bouleversements décisifs à la suite du décès de l’ancien chef de la Fiat, Sergio Marchionne, et Carlos Ghosn, président de l’alliance franco-japonaise, a été arrêté à Tokyo en novembre pour de prétendus méfaits financiers.

Ensemble, les deux sociétés ont fabriqué près de 8,7 millions de voitures l’année dernière, ce qui leur permettrait de passer outre le groupe sud-coréen Hyundai Motor Group et le groupe General Motors Co. de Détroit. C’est toujours derrière les deux plus grands constructeurs automobiles mondiaux, Volkswagen AG et Toyota Motor Corp., qui ont tous deux dépassé les 10 millions de véhicules l’année dernière. L’alliance existante de Renault, comprenant notamment les numéros des partenaires Nissan et Mitsubishi, a également franchi cette étape.

L’ajout de Fiat et de Renault, ainsi que de ses partenaires japonais, porterait le total à plus de 15 millions de véhicules par an, avec une forte présence sur tous les principaux marchés et des marques haut de gamme telles que Jeep, Maserati, Alfa Romeo et Infiniti sous un même toit.

Fiat et Renault disposeront d’un «portefeuille de marques large et complémentaire» couvrant les marchés du luxe au grand public, a indiqué le groupe italien dans son communiqué.

Alors que les ventes diminuent sur les plus grands marchés automobiles du monde, les régulateurs poussent les constructeurs à électrifier et à réduire les émissions de leur parc. Ils ont également été forcés de dépenser énormément dans la technologie de conduite autonome ou de risquer d’être laissés pour compte par de nouveaux concurrents très prisés tels que Waymo de Alphabet Inc.

Un accord Fiat-Renault permettrait de réaliser d’importantes économies de coûts en Europe, à la fois par le partage des investissements et par la réduction des coûts sur le marché en difficulté. Près du tiers des 198 500 employés de Fiat dans le monde étaient situés dans la région à la fin de l’année dernière, alors que la société réalise la quasi-totalité de ses bénéfices en Amérique du Nord. Détenue à 15% par le gouvernement français, Renault compte sur l’Europe pour près de la moitié de ses ventes.

Ensemble, les deux sociétés ont fabriqué environ 8,7 millions de voitures l’année dernière, ce qui leur permettrait de vaincre les sociétés sud-coréennes Hyundai Motor Co. et General Motors Co de Détroit. Les deux plus grands constructeurs mondiaux, Volkswagen AG et Toyota Motor Corp., ont dépassé chacun 10 millions de véhicules l’année dernière. Renault, avec ses partenaires de l’alliance Nissan et Mitsubishi, a également atteint ce niveau.

Fiat donnerait à Renault l’accès au marché nord-américain, tout en gagnant de l’influence en Russie, deuxième marché du constructeur français avec son unité Avtovaz. Au total, les livraisons de Renault ont chuté de 5,6% à 908 348 véhicules au premier trimestre, tandis que les ventes de Fiat Chrysler ont diminué de 14% à 1,04 million de voitures et de camions légers.

Fiat a également eu des entretiens initiaux avec le propriétaire de Peugeot, le groupe PSA, dans le cadre de son évaluation des partenaires potentiels. PSA reste ouvert aux « opportunités qui créeraient de la valeur à long terme », a-t-il déclaré dans un courrier électronique.

La chute des ventes dans les trois principales régions – la Chine, les États-Unis d’Amérique (EUA) et l’Europe – a redonné toute son actualité à la cause de la consolidation défendue depuis des années par Marchionne et le président de l’alliance renversée Renault-Nissan, Ghosn.

Fiat était à la recherche d’un partenaire ces derniers mois, avec des entretiens centrés sur Renault et PSA. Elkann et son PDG, Mike Manley, ont effectué plusieurs voyages à Paris depuis le début de l’année pour des réunions de travail dans le cadre de leur recherche de moyens de renforcer le constructeur automobile, ont indiqué les responsables.

Renault tente de renforcer son alliance de deux décennies avec Nissan, bouleversée par l’arrestation de Ghosn.

Son départ a provoqué des tensions entre les partenaires. Les dirigeants de Nissan ont résisté aux nouvelles propositions de Renault visant à consolider les liens via la création d’une société de portefeuille.

Renault détient 43% du capital de Nissan – le partenaire le plus important – qui détient à son tour 15% du capital de Renault, sans droit de vote. Un accord de 2015 accordant des garanties à Nissan empêche Renault de s’immiscer dans sa gouvernance, décision jugée nécessaire par le constructeur automobile japonais car le gouvernement français est le principal actionnaire de Renault.

Le gouvernement français a été tenu au courant des discussions entre Renault et Fiat Chrysler et examinera l’impact de tout rapprochement proposé en termes d’emplois, d’empreinte industrielle et de valorisation, selon une personne proche du dossier. Les responsables français préféreraient un accord renforçant l’alliance existante de Renault en faisant intervenir Fiat, et au pire un accord avec le constructeur automobile Italie-EUA devrait être neutre, a déclaré le responsable.

Les relations entre Nissan et Renault s’étaient stabilisées ces dernières semaines avec la nomination du directeur général de Renault, Thierry Bollore, au conseil d’administration de son partenaire japonais et le renouvellement du mandat du directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, qui s’opposait à une fusion avec Renault. Néanmoins, un accord entre Renault et Fiat ferait pression sur Nissan, tout en rendant potentiellement l’entité résultante plus redoutable.

Ensemble, Renault, Nissan et Mitsubishi ont vendu 10,76 millions de voitures particulières et de camions légers l’année dernière. En rejoignant Fiat avec les partenaires français et japonais, le nombre total de véhicules atteindrait plus de 15 millions par an, avec une forte présence sur tous les principaux marchés et des marques haut de gamme telles que Jeep, Maserati, Alfa Romeo et Infiniti sous un même toit.

Le partenariat de Renault avec Nissan a été mis sous les feux des projecteurs en novembre avec l’arrestation de Ghosn, président et architecte de l’alliance mondiale pour la construction automobile.

Par la suite, le président de Nissan, Saikawa, a tenté de se retirer de l’Europe et de l’Amérique du Nord, affirmant que la société japonaise avait sacrifié le profit au profit du volume.

Fiat Chrysler recherche un rapprochement depuis la création du constructeur italien-états-unien en 2014 par Marchionne. Un an plus tard, Marchionne s’est fait entendre sur le besoin de consolidation du secteur automobile dans une présentation à l’intention des analystes intitulée «Confessions d’un Capital Junkie».

Marchionne a alors soutenu que les constructeurs automobiles gaspillaient 2 milliards d’euros (2,24 milliards de dollars) par semaine en faisant double emploi avec les investissements qu’ils pourraient partager. À l’époque, selon des sources proches du projet, Renault-Nissan était considéré comme le deuxième meilleur choix pour Fiat après General Motors. GM a repoussé les approches de Fiat.

D’autres constructeurs se cherchent également des économies.

BMW AG et Daimler AG ont écarté leurs rivalités pour unir leurs forces en partageant des services et des voitures autonomes. VW a été en pourparlers avec Ford Motor Co. pour faire équipe sur des voitures électriques et des véhicules autonomes.

Le président de la République française, Emmanuel Macron, entretient des relations étroites entre Fiat et les autorités italiennes. Un accord qui pourrait entraîner des réductions d’emplois importantes en France et en Italie sera nécessaire.

En 2013, Macron, alors haut conseiller du président François Hollande, avait eu des discussions préliminaires avec Fiat au sujet d’une fusion avec Peugeot en difficulté.

Bloomberg a annoncé en avril que Fiat et PSA discutaient d’une « super plate-forme » – le fondement d’un modèle de voiture – dans le cadre d’un partenariat visant à partager les investissements. Bien que PSA reste ouvert aux marchés, sur la base des résultats financiers de 2018, «rien ne presse de conclure un partenariat», indique un communiqué envoyé par courrier électronique.

Bloomberg

Tommaso Ebhardt et Daniele Lepido

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: the japan times

Le chef de Fiat Chrysler «embrasse» Nissan dans les discussions sur la fusion de Renault

Un constructeur français étudie une proposition qui réclame plus de 5 milliards d’euros de synergies

https3a2f2fs3-ap-northeast-1.amazonaws.com2fpsh-ex-ftnikkei-3937bb42fimages2f42f72f42f12f20951474-1-eng-gb2f0576164

Les trois sociétés entretiennent une alliance tendue depuis l’arrestation, l’année dernière, de Carlos Ghosn, ancien président des trois sociétés. (Nikkei Montage / AP)

PARIS/TOKYO – Fiat Chrysler Automobiles cherche à créer une alliance mondiale de grande envergure qui le lierait non seulement à Renault, mais également aux partenaires japonais du constructeur français Nissan Motor et Mitsubishi Motors.

« J’ai beaucoup de respect pour Nissan et Mitsubishi, ainsi que pour leurs produits et leurs entreprises », a déclaré John Elkann, président du constructeur automobile multinational italo-étatsunien, dans un communiqué adressé à Nikkei. « Notre projet de fusion avec Renault créera le potentiel nécessaire pour construire un partenariat mondial avec ces trois grandes entreprises au cours de cette période de transformation sans précédent de notre secteur. »

Elkann propose de créer un partenariat plus large qui englobe celui entre Nissan et Renault. « Notre proposition à Renault est une proposition qui, à notre avis, va transformer de nombreuses manières positives », a-t-il déclaré. « En proposant un regroupement d’entreprises avec Renault, notre esprit consiste à trouver un objectif commun qui soit bénéfique pour toutes nos sociétés, en considérant Nissan et Mitsubishi comme des partenaires précieux et respectés. »

Ce commentaire fait suite à la proposition formelle de fusion présentée à Renault dans le cadre d’une série de partenariats couvrant l’industrie automobile mondiale. Renault est propriétaire à 43% de Nissan, tandis que Nissan détient 34% de Mitsubishi.

Les trois sociétés ont fonctionné dans le cadre d’une alliance, mais le partenariat est sous tension depuis l’arrestation de Carlos Ghosn au Japon de l’année dernière, ancien président du conseil d’administration des trois sociétés.

Renault semblait positif après une réunion du conseil d’administration lundi.

« Après un examen attentif des termes de la proposition amicale de FCA, le conseil d’administration a décidé d’étudier avec intérêt l’opportunité d’un tel regroupement d’entreprises », a déclaré la société.

Selon la proposition de fusion annoncée par FCA, l’activité combinée de FCA-Renault serait détenue à 50% par les actionnaires de FCA et à 50% par ceux de Renault, et créerait des synergies de plus de 5 milliards d’euros (5,6 milliards de dollars) par an. Il propose un conseil composé initialement de 11 membres, avec quatre membres pour FCA et Renault et un membre du partenaire de l’alliance Renault, Nissan Motor.

« La combinaison proposée créerait un constructeur automobile mondial, dominant en termes de chiffre d’affaires, de volumes, de rentabilité et de technologie », a déclaré FCA. « L’entreprise combinée vendrait environ 8,7 millions de véhicules par an (…) et aurait une présence mondiale plus large et plus équilibrée que les deux sociétés », indique le communiqué.

La fusion n’entraînera aucune fermeture d’usines et permettrait des investissements plus rentables en capital dans des plates-formes et des technologies mondiales communes pour véhicules, a ajouté FCA.

Une fusion dans les trois sens créerait une énorme alliance automobile mondiale avec des ventes de 15 millions de voitures par an, y compris celles de Nissan et de Mitsubishi.

https3a2f2fs3-ap-northeast-1.amazonaws.com2fpsh-ex-ftnikkei-3937bb42fimages2f_aliases2flarge_5802f92f72f82f12f20951879-1-eng-gb2f20190527-renault-fca-table

Le président et chef de la direction de Nissan, Hiroto Saikawa, a jusqu’ici refusé de commenter l’accord controversé, qui avait été annoncé pour la première fois par le Financial Times. « Je suis ouvert à toute discussion prospective visant à renforcer l’alliance », a déclaré Saikawa aux journalistes lundi.

Il a ajouté que la haute direction de Renault, Nissan et Mitsubishi se réunirait à Yokohama, au sud-ouest de Tokyo, plus tard cette semaine, et qu’il a l’intention « d’échanger des opinions ouvertement et d’avoir un dialogue constructif ».

Interrogé par les journalistes s’il avait été informé de la proposition de fusion, Saikawa était timide en disant: « Je ne peux pas vous le dire, mais je vous le dirai quand je peux. »

Le constructeur français détient 43% du capital de Nissan, tandis que la société japonaise ne détient qu’une participation sans droit de vote de 15% dans Renault. Jusqu’à présent, Nissan a repoussé les pressions de son partenaire français pour resserrer son partenariat, estimant qu’il apportait une contribution démesurée à l’alliance.

Les analystes étaient divisés sur les perspectives du partenariat.

Masamitsu Oki, gestionnaire de portefeuille en chef chez Fivestar Asset Management, a déclaré que la proposition pourrait profiter à Nissan puisque la FCA empêcherait probablement Renault ou le gouvernement français de prendre le contrôle du constructeur automobile japonais.

Mais Christopher Richter, analyste automobile chez CLSA, avait des doutes.

L’accord proposé diminuerait la voix de Nissan au sein de l’alliance, même si sa forte présence en Chine – le plus grand marché automobile du monde – serait vitale pour Renault et la FCA, qui n’y ont aucune présence importante, a-t-il déclaré. Il existe déjà un important chevauchement entre FCA et Nissan sur le marché nord-américain.

« Cela créerait beaucoup d’incertitude quant au rôle de Nissan dans cette alliance », a déclaré Richter. « Je pense que FCA et Renault ont besoin de Nissan. La question est de savoir si cela éloignera Nissan (de l’alliance) ou créera plus de friction. »

Renault et FCA ont tous deux des racines en Europe et leur fusion fournirait l’ampleur nécessaire pour augmenter les marges bénéficiaires et investir dans le développement de voitures autonomes et électriques.

FCA, le constructeur de voitures Jeep, Maserati et Alfa Romeo, a vendu 4,84 millions de véhicules dans le monde l’année dernière, contre 3,88 millions de voitures Renault. Elle dépend fortement des ventes en Amérique du Nord, par l’intermédiaire de son unité Chrysler. Une fusion avec Renault, qui produit le plus d’argent en Europe, compléterait géographiquement les deux constructeurs automobiles. La FCA pourrait également utiliser cet accord pour nouer des relations plus étroites avec Nissan et Mitsubishi, ce qui l’aidera à pénétrer davantage en Asie, où sa présence est limitée.

Une fusion profiterait également aux deux constructeurs automobiles en termes de production et d’investissement dans de nouveaux domaines tels que l’intelligence artificielle et les véhicules électriques.

Le développement de voitures connectées, autonomes, partagées et électriques, considérées comme essentielles pour l’avenir de l’industrie, est extrêmement capitalistique. Les constructeurs automobiles s’associent de plus en plus pour éliminer les investissements qui se chevauchent.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

Hausse titre Renault

MIRASTNEWS

Source: Nikkei ASIAN REVIEW

Nissan observe patiemment la fusion entre Renault et le FCA

https3a2f2fs3-ap-northeast-1.amazonaws.com2fpsh-ex-ftnikkei-3937bb42fimages2f62f72f72f42f20964776-3-eng-gb2fcropped-15589777880507575

La présence continue de Nissan Motor dans l’alliance Renault semble vitale pour Fiat Chrysler Automobiles, qui cherche à gagner en ampleur pour les transactions impliquant une nouvelle technologie automobile. © Reuters

Fiat Chrysler cherche à tirer parti de la technologie et de la relation avec toute l’alliance

TOKYO – Le projet de fusion entre Fiat Chrysler Automobiles et Renault soulève de nouvelles questions sur l’avenir de l’alliance tumultueuse du constructeur français avec Nissan Motor, mais le partenaire japonais semble vouloir rester à l’écoute.

Si les constructeurs français et italo-étatsuniens se combinent et créent une nouvelle entité qui prend la place de Renault dans l’alliance, Nissan pourrait avoir un effet de levier pour exiger des modifications du contrat-cadre de l’Alliance réaffirmé, qui définit les termes du partenariat.

Renault, dont le principal actionnaire est le gouvernement français, détient une participation de 43,4% dans Nissan. La société japonaise détient une participation de 15% dans Renault, ainsi que 34% dans Mitsubishi Motors, membre de l’alliance junior. Ce partenariat est mis à mal depuis l’arrestation au Japon de Carlos Ghosn, ancien président des trois sociétés, l’an dernier.

L’accord-cadre laisse Nissan augmenter sa participation dans Renault à sa discrétion, si le constructeur japonais décide qu’il y avait ingérence indue dans ses décisions d’affaires du gouvernement français ou d’autres instances ont été ingérées de manière indue. En droit japonais, si Nissan augmentait sa participation à au moins 25%, Renault perdrait les droits de vote que lui confère sa lourde participation dans son partenaire.

Cependant, il est difficile de savoir si l’impact d’une fusion Renault-FCA pourrait porter atteinte aux droits de Nissan sur la base des termes de l’accord, et Nissan est considéré comme réticent à recourir à une tactique aussi dure.

« Je suis ouvert à toute discussion prospective visant à renforcer l’alliance », a déclaré lundi à la presse le chef de la direction de Nissan, Hiroto Saikawa, suggérant que l’entreprise ne considérait pas le départ comme une option.

Le président John Elkann est l’un des fondateurs de l’offre de fusion de Fiat Chrysler, selon une source proche de la situation. Elkann – un membre de la famille fondatrice de Fiat, qui contrôle toujours FCA – a déclaré à Nikkei qu’il souhaitait faire de Nissan et de Mitsubishi Motors des « partenaires précieux et respectés ».

La présence continue de Nissan est essentielle à l’un des objectifs apparents de la FCA: renforcer son pouvoir de négociation alors que les constructeurs automobiles recherchent des partenariats avec des acteurs extérieurs pour s’adapter aux bouleversements technologiques en cours dans ce secteur.

Les entreprises de technologie utilisant des évaluations massives ainsi que des budgets de recherche et développement correspondants, comme Alphabet avec sa filiale de voiture autonome Waymo, ont progressé dans le domaine de CASE – véhicules connectés, autonomes, partagés et électriques. Des sociétés telles que la société chinoise contemporaine Amperex Technology Ltd., premier fabricant mondial de batteries pour véhicules automobiles, renforcent leur domination en matière d’électrification.

Une seule alliance regroupant Fiat Chrysler, Renault, Nissan et Mitsubishi Motors permettrait d’atteindre un chiffre d’affaires annuel supérieur à 15 millions de véhicules, ce qui lui donnerait un avantage concurrentiel dans les négociations avec de grandes entreprises étrangères.

La FCA cherche également à exploiter l’expertise de l’alliance dans le domaine des véhicules électriques. La société italo-étatsunienne reste loin derrière la courbe dans ce domaine, tirant une grande partie de son argent des gros véhicules critiqués comme des « énergivores » en Amérique du Nord.

NATSUKI YAMAMOTO et AKITO TANAKA

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Nikkei ASIAN REVIEW

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :