A la Une

Gardiens de la révolution iranienne: le «scénario des porte-avions est terminé»

© AP Photo / Autorité du canal de Suez via AP

Les Etats-Unis d’Amérique ont récemment accru leur présence militaire au Moyen-Orient dans un contexte de tensions croissantes avec l’Iran. Washington a notamment envoyé l’un de ses groupes de frappe de porte-avions dans le golfe Persique dans le but de « dissuader » une « menace » iranienne présumée.

Le général Hossein Salami, commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI ; IRGC en anglais), a déclaré que Téhéran ne craignait plus que Washington envoie ses porte-avions à ses frontières, le pays disposant désormais d’un moyen de les contrer, a rapporté Fars News. Selon lui, l’Iran a obtenu un système capable de « diriger un missile balistique » vers toute cible mobile, le qualifiant de « miracle » de technologie détenue par une poignée d’États seulement.

« Le scénario des porte-avions est terminé pour nous. Aujourd’hui, nous sommes une puissance formidable et invincible car nous avons connu et vaincu tous les scénarios de l’ennemi », a-t-il déclaré.

Salami a en outre déclaré que l’Iran avait réussi à « briser » les opérations de guerre psychologique des Etats-Unis d’Amérique et à assécher la « capacité de guerre de l’ennemi ». Le responsable du CGRI a noté que l’Iran n’était plus confiné à ses frontières et était devenu une puissance régionale robuste. Il a également rejeté les récentes menaces proférées par des responsables à Washington, affirmant que Téhéran en était déjà « saturé ».

« Nous ne sommes pas inquiets par les intrigues de l’ennemi et sommes dans la dernière phase de la bataille contre lui », a déclaré Salami.

Ses paroles viennent alors que les tensions entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Iran ne montrent aucun signe de baisse. Les États-Unis d’Amérique ont envoyé un porte-avions dans la région sous le prétexte de dissuader une prétendue « menace » iranienne et ont récemment annoncé le déploiement de 1 500 soldats et bombardiers B-52 au Moyen-Orient dans le même but.

LIRE PLUS: L’Iran salue les accusations de Bolton d’implication dans des attaques contre des pétroliers des EAU

L’Iran a répété à maintes reprises de telles manœuvres, affirmant que certains cercles et bellicistes au sein de l’administration des Etats-Unis d’Amérique tentaient de le pousser à la guerre avec Téhéran. Dans le même temps, le guide suprême iranien Ali Khamenei a déclaré que le peuple du pays ne cherchait pas la guerre avec les Etats-Unis d’Amérique, mais avait également promis que l’Iran résisterait aux pressions des Etats-Unis d’Amérique jusqu’à ce qu’ils se retirent.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

La garde iranienne dit ne pas avoir peur de la guerre des États-Unis d’Amérique

TÉHÉRAN (AP) – Les influents Gardiens de la révolution iranienne ont déclaré mardi qu’ils ne craignaient pas une guerre possible avec les Etats-Unis d’Amérique et ont affirmé que l’Amérique n’avait pas terminé la croissance de sa puissance ces dernières années – le dernier discours dur de Téhéran face à l’escalade des tensions régionales et à une crise avec Washington.

« L’ennemi n’est pas plus puissant qu’avant », a déclaré le porte-parole de la Garde, le général Ramazan Sharif.

Les tensions entre Washington et Téhéran ont récemment pris de l’ampleur à propos du déploiement par les Etats-Unis d’Amérique d’un porte-avions et de bombardiers B-52 dans le golfe Persique, sur une menace encore inexpliquée qu’il perçoit de Téhéran. Les États-Unis d’Amérique prévoient également d’envoyer 900 soldats supplémentaires au Moyen-Orient et de prolonger le séjour de 600 autres soldats, des dizaines de milliers d’autres étant également sur le terrain dans la région.

La crise s’enracine dans le retrait du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump de l’accord nucléaire de 2015 entre Téhéran et les puissances mondiales qui avaient limité les activités d’enrichissement d’uranium de l’Iran en contrepartie de la levée des sanctions. Washington a ensuite réimposé des sanctions à l’Iran, faisant basculer son économie dans la chute libre.

Trump a fait valoir que l’accord n’avait pas réussi à limiter suffisamment la capacité de l’Iran à développer des armes nucléaires ou à mettre fin à son soutien aux milices à travers le Moyen-Orient qui, selon les Etats-Unis d’Amérique, déstabilisent la région et abordent le problème des missiles de Téhéran, qui peut atteindre à la fois les bases régionales des Etats-Unis d’Amérique et Israël.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à Téhéran, Sharif a déclaré que la Garde ne « soutenait pas l’engagement dans une guerre » tout en ne craignant « pas la survenue d’une guerre. »

« Nous sommes suffisamment prêts pour défendre le pays », a-t-il déclaré, ajoutant que l’Iran avait renforcé sa puissance militaire au cours des 30 dernières années.

Dans le même temps, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, n’a pas semblé impressionné par l’offre japonaise de médiation dans la crise, affirmant que Trump devrait préciser ses intentions à propos de tout dialogue avec l’Iran par des actes et non par des paroles.

Zarif a déclaré lundi dans un tweet tardif: « Les actions, pas les paroles, montreront si c’est l’intention réelle de DonaldTrump. »

Au Japon, lundi, Trump a annoncé qu’il soutiendrait les efforts du Premier ministre Shinzo Abe pour ouvrir une communication avec l’Iran. « Je crois que l’Iran aimerait parler et s’ils veulent parler, nous parlerons aussi », a déclaré Trump.

L’Iran a déclaré qu’il n’avait aucun intérêt à négocier avec Washington à la suite du retrait de Trump de l’accord nucléaire et de la réimposition des sanctions contre l’Iran. Dans son tweet, Zarif a également attribué la tension économique à la pression économique exercée par Trump sur l’Iran.

Cependant, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, a tempéré les propos de son ministre en disant que l’Iran «attendrait de voir» avant de se prononcer sur toute offre de négociation.

Les médias japonais ont rapporté qu’Abe envisageait une visite en Iran le mois prochain. L’agence Kyodo News, citant des sources gouvernementales non identifiées, a annoncé vendredi que la visite de M. Abe serait probable à la mi-juin. Plus tôt ce mois-ci, Zarif s’est rendu à Tokyo.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : The Japan News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :