A la Une

L’hypocrisie Huawei de Washington… Le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique est l’instrument des sociétés états-uniennes

© Getty Images

Le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique Mike Pompeo a dénoncé le fait que Huawei, le géant des télécommunications chinois, soit « un instrument du gouvernement », laissant entendre que la société constituait une menace pour la sécurité nationale en agissant en tant qu’agent de Pékin.

Comme son patron, le président Trump, et de nombreux autres à Washington, Pompeo semble aveugle à une réalité alternative éblouissante. Le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique est l’instrument par excellence des sociétés états-uniennes. Son service congénital à des fins lucratives est le véritable risque de sécurité nationale pour les citoyens des Etats-Unis d’Amérique et une menace pour la sécurité mondiale pour tous les peuples du monde en raison des guerres que Washington mène sans relâche au nom des intérêts des entreprises états-uniennes.

L’ironie ne pourrait pas être plus riche. Le président Trump a banni Huawei des marchés états-uniens par décret, au motif que les smartphones de la société pourraient constituer des appareils d’espionnage pour le gouvernement chinois. Cette décision a été prise par un pays dont les agences d’espionnage gouvernementales ont été révélées en utilisant chaque société des Etats-Unis d’Amérique de télécommunications, de technologie et de médias sociaux comme moyen de collecte de données de citoyens privés et de chefs d’État étrangers.

LIRE AUSSI

«Terrorisme économique dénudé»: la Chine contre les provocateurs et les intimidateurs de la guerre commerciale

En outre, la Maison Blanche affirme que Huawei est un instrument des autorités de l’État à Pékin comme une forme risible de projection de culpabilité. L’interdiction imposée à Huawei par le gouvernement Trump n’est rien d’autre que le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique qui abuse de son pouvoir étatique pour empêcher un concurrent chinois de surpasser les entreprises de technologie états-uniennes. Les produits Huawei sont réputés moins chers et plus intelligents que leurs concurrents états-uniens. Certains observateurs soulignent également que la technologie chinoise est invulnérable au piratage informatique de la NSA, une agence d’espionnage des Etats-Unis d’Amérique, ce qui renforce encore son attrait pour le consommateur. Rompant avec les principes du marché, le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique utilise un marteau de propagande légaliste pour extraire Huawei du marché afin de conférer un avantage injuste aux sociétés états-uniennes inférieures.

Alors, qui est exactement un instrument pour qui?

Les gouvernements de tous les pays utilisent bien sûr leurs ressources législatives, fiscales et politiques pour tenter de créer des entreprises clés pour leur développement économique national. C’est une pratique courante à travers l’histoire et dans le monde entier. Les gouvernements peuvent utiliser des allocations et des subventions pour stimuler les entreprises, ou des droits de douane pour les protéger de la concurrence étrangère.

LIRE PLUS

L’interdiction de Huawei nuira à plus de 1 200 entreprises des Etats-Unis d’Amérique et à des milliards de consommateurs mondiaux, prévient la société

Les États-Unis d’Amérique, cependant, sont un exemple frappant de la manière dont le gouvernement intervient énergiquement à toutes les étapes du marché pour aider les entreprises privées. Sans des injections massives d’argent public sous forme de subventions, de déductions d’impôt, de subventions, et ainsi de suite, les sociétés étatsuniennes n’auraient pas atteint la taille qu’elles ont, comme le dit Michael Parenti dans «Democracy for the Few». Bien entendu, cette relation contredit le mythe du «capitalisme de marché libre» des Etats-Unis d’Amérique. En réalité, les sociétés des Etats-Unis d’Amérique sont des entités financées par des fonds publics dont les bénéfices vont à des actionnaires privés. Le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique est l’agent principal de ce processus de capitalisme d’entreprise planifié de manière centralisée.

Depuis ses débuts en tant que colonie européenne, ce sont les nouvelles autorités fédérales qui ont renversé les frontières avec les Amérindiens au moyen de guerres génocidaires au profit des entreprises d’élevage et de céréale, de magnats des mines, des entreprises de télécommunication, des entreprises pétrolières et des fabricants d’armes à feu.

Dans ses jeunes années en tant que puissance impériale, c’est Washington qui organisa et dépêcha des troupes fédérales pour mener des guerres dans les Caraïbes et en Amérique latine – le tout pour le seul bénéfice de Wall Street et de l’agro-industrie en expansion. Le général de marine à la retraite, le général Smedley Butler, dans son livre des années 1930 intitulé « War is a Racket » décrit l’armée des Etats-Unis d’Amérique comme un homme de main pour les bénéfices des sociétés des Etats-Unis d’Amérique. Mais sans que le gouvernement agisse en tant que recruteur, financier et commandant en chef, l’armée des Etats-Unis d’Amérique ne pourrait pas fonctionner comme homme de main pour les corporations.

Prenons quelques exemples spécifiques dans l’histoire pour illustrer le rôle déterminant du gouvernement des États-Unis d’Amérique dans la promotion ou la défense des intérêts des entreprises. En 1953, le président Eisenhower a autorisé le coup d’État organisé en Iran par la CIA et le MI6 britannique. L’un des principaux objectifs de cette intervention était de saisir le pétrole iranien. Cinq sociétés des Etats-Unis d’Amérique ont par la suite exploité le festin iranien, jusqu’à ce que la révolution de 1979 les mette à la porte avec le dictateur pantin des Etats-Unis d’Amérique Shah Mohammad Reza Pahlavi. Il y a fort à parier que les menaces militaires actuelles du gouvernement Trump contre l’Iran sont motivées par un désir stratégique de récupérer les intérêts des entreprises états-uniennes.

LIRE AUSSI

La guerre commerciale voulue par les EUA contre la Chine pourrait coûter 600 milliards de dollars à l’économie mondiale

En 1954, le chef élu du Guatemala, Jacobo Arbenz, a décidé de nationaliser les terres agricoles sous-exploitées au profit des ruraux pauvres. Ses réformes agraires comprenaient l’expropriation de propriétés appartenant à la société états-unienne United Fruit Company, comme l’explique William Blum dans «Killing Hope». Agissant au nom des intérêts de United, Washington intervint avec un coup d’État soutenu par la CIA contre Arbenz, qui a par la suite mené à des décennies de meurtres de masse de Guatémaltèques autochtones sous les dictatures militaires des Etats-Unis d’Amérique.

Après la révolution cubaine de 1959, l’industrie des boissons non alcoolisées des Etats-Unis d’Amérique, dirigée par Coca-Cola et Pepsi, est l’un des principaux protagonistes de l’invasion militaire de l’île par les Etats-Unis d’Amérique et de ses opérations de sabotage secrètes. Ils craignaient que la nationalisation des plantations de canne à sucre par le gouvernement de Castro ne réduise leurs profits.

Il est également suggéré que le président John F. Kennedy aurait été assassiné par de puissantes forces des États-Unis d’Amérique, travaillant pour le compte d’intérêts commerciaux des États-Unis d’Amérique, parce qu’il n’avait pas adopté une politique suffisamment agressive à l’égard de Cuba après le fiasco de la baie des Cochons en 1961. L’assassinat de JFK résultait de sa réticence à entrer en guerre au Vietnam au début des années 1960, que les grandes sociétés pétrolières et les fabricants d’armes ont tous poussé avec avidité. Son successeur, le sénateur texan Lyndon Baines Johnson, qui était proche des deux industries, avait l’obligation de tracer la voie d’une guerre totale en Indochine après 1964. Près de deux millions de Vietnamiens ont été tués, ainsi que quelque 58 000 soldats états-uniens. Des millions d’autres mutilés. Les sociétés ont tiré d’énormes profits du massacre d’une décennie. Mais l’économie des États-Unis d’Amérique a commencé une longue descente qui continue aujourd’hui à contracter des dettes fiscales vis-à-vis du Vietnam, ce qui a poussé Washington à abandonner l’étalon-or et a annoncé l’âge de la monnaie, le dollar faisant office de monnaie de réserve internationale surévaluée.

De nombreux autres exemples pourraient être cités pour illustrer comment le gouvernement des États-Unis d’Amérique – à la fois la Maison Blanche et le Congrès – est un facteur de profit pour les sociétés, souvent au détriment de la paix internationale et du bien commun des Américains ordinaires.

La guerre contre l’Irak en 2003 – tuant plus d’un million de civils et mutilant des dizaines de milliers d’Américains – a été largement considérée comme un prétexte pour s’approprier le pétrole irakien pour des sociétés des États-Unis d’Amérique comme Halliburton, dont le vice-président Dick Cheney était auparavant membre du conseil exécutif.

Le bellicisme actuel vis-à-vis du Venezuela par Washington est ouvertement vanté par John Bolton, conseiller à la sécurité nationale à la Maison Blanche sur le désir des entreprises des Etats-Unis d’Amérique pour les réserves pétrolières du pays, considérées comme les plus importantes de la planète.

Parmi les 12 principaux donateurs financiers aux entreprises politiques de Washington, trois d’entre eux sont des fabricants d’armes: Boeing, Lockheed Martin et Northrop Grumman; un quatrième est le titan pétrolier Exxon-Mobil. Il existe une corrélation évidente entre les enchères des entreprises et les politiques étrangères adoptées par les gouvernements des États-Unis d’Amérique, ce qui entraîne des conflits et des guerres qui, à leur tour, rendent ces entreprises très rentables.

Le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique est le meilleur instrument que l’argent des entreprises puisse acheter.

Ainsi, lorsque Trump, Pompeo et d’autres prostituées politiques (et médiatiques) de Washington pontifient et protestent contre Huawei, n’oubliez pas: ces têtes parlantes sont achetées et payées – les écluses, les actions et les barils.

 Finian Cunningham

Finian Cunningham (né en 1963) a beaucoup écrit sur les affaires internationales avec des articles publiés dans plusieurs langues. Originaire de Belfast, en Irlande du Nord, il est diplômé d’un Master en chimie agricole et a travaillé comme éditeur scientifique pour la Royal Society of Chemistry, à Cambridge, en Angleterre, avant de poursuivre une carrière dans le journalisme. Pendant plus de 20 ans, il a travaillé en tant que rédacteur et éditeur dans de grands groupes de médias, notamment The Mirror, Irish Times et Independent. Aujourd’hui journaliste indépendant basé en Afrique de l’Est, ses articles sont publiés sur RT, Sputnik, Strategic Culture Foundation et Press TV.
Vous aimez cette histoire? Partagez-la avec un ami!

Les déclarations, opinions et points de vue exprimées dans cette colonne sont celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :