A la Une

Des documents divulgués par Snowden révèlent comment les États-Unis d’Amérique ont aidé Israël dans sa guerre contre le Liban

© REUTERS / Rafael Marchante

La National Security Agency (NSA) des Etats-Unis d’Amérique a partagé des données avec Israël pendant la guerre de 2006 au Liban, selon des documents récemment divulgués par Edward Snowden. Ce n’est que la pointe de l’iceberg en matière d’échange de renseignements entre les États-Unis d’Amérique et d’autres pays, a assuré à Sputnik, l’ancien directeur technique de la NSA, Bill Binney.

Selon Binney, entre 1996 et 1997, alors qu’il travaillait à la création d’un programme informatique pour la NSA, l’un de ses collaborateurs a commencé à partager des données classifiées avec la soi-disant unité 8200 du renseignement militaire israélien.

« Il l’a fait secrètement ‘sous la table’ », a avoué l’interlocuteur de Sputnik.

Binney a démissionné de la NSA en 2001 après s’être rendu compte que le programme de collecte d’informations sur lequel il avait travaillé – surnommé « ThinThread » – était utilisé pour espionner les citoyens des Etats-Unis d’Amérique.

Selon Binney, avant de partager des données de renseignement avec d’autres pays, deux entités de la NSA, le Panel consultatif technique (TAP) et le Council on Foreign Relations, devaient déterminer si les membres de la NSA avaient obtempéré avec toutes les exigences nécessaires, telles que, par exemple, sa capacité technologique à tirer parti de la technologie partagée.

Lire plus: Exagération de la NSA sur le renseignement des Etats-Unis d’Amérique: « Personne ne sait ce qui se passe réellement »

L’ancien employé de la NSA a souligné que les États-Unis d’Amérique partageaient des renseignements avec Israël pour « soutenir son proche allié ». C’était Binney lui-même le « dernier conseiller » du Council on Foreign Relations.

Selon les documents divulgués par Snowden, les États-Unis d’Amérique ont partagé des informations secrètes avec les services de renseignement israéliens lors de la guerre du Liban de 2006 dans le but de perpétrer des assassinats sélectifs de dirigeants du mouvement Hezbollah sous prétexte de lutter contre le terrorisme.

L’un des documents déclassifiés, rédigé par un responsable de la NSA et non publié, et publié pour la première fois en 2006 dans le bulletin interne de l’agence de sécurité des Etats-Unis d’Amérique, indique que « la confiance de la tranche 822 dans la NSA était tout aussi exigeante et il s’est concentré sur les demandes de tâches urgentes, les avertissements de menace, y compris les informations tactiques [électroniques], et les informations de géolocalisation sur les éléments du Hezbollah. »

Cependant, « la dernière demande était particulièrement problématique et j’ai eu plusieurs discussions tardives, parfois tendues, au cours desquelles l’interdiction légale de la NSA de fournir des informations pouvant être utilisées pour des assassinats ciblés a été discutée en détail ».

Selon l’article, « même en pleine connaissance de la Charte des États-Unis d’Amérique, BG Harari [le chef par intérim de l’unité israélienne] a sollicité l’aide de la NSA pour le libérer de toute responsabilité vis-à-vis de cette politique légale ».

Enfin, le bureau du directeur du renseignement national (ODNI), spécialisé dans les opérations de renseignement des Etats-Unis d’Amérique à l’étranger, a proposé a proposé une solution alternative au problème, bien qu’aucun des documents divulgués ne contienne les détails du nouvel accord.

Lire aussi: La décision de la Cour suprême des États-Unis d’Amérique pourrait mettre fin au programme de la NSA

Cependant, lors d’une réunion interne tenue en avril 2007, la NSA a noté que les responsables israéliens étaient « très inquiets » pendant les combats et étaient fortement dépendants des services de renseignements des Etats-Unis d’Amérique.

Ainsi, sur l’une des diapositives filtrées intitulée ‘Que voulait l’Unité 8200? Tout!!!’ L’agence des Etats-Unis d’Amérique a rapporté qu’Israël avait demandé aux Etats-Unis d’Amérique des informations sur les soldats capturés, sur l’implication présumée de l’Iran dans les enlèvements, ainsi que sur l’emplacement géographique des membres du Hezbollah.

« Israël partage également des informations avec nous, le problème est le niveau d’échange, les Etats-Unis d’Amérique et Israël tentent de s’aider mutuellement, comme le font tous les partenaires. C’est comme un accord d’échange entre les deux pays et un effort de coopération », a conclu Binney.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :