A la Une

La reprise du projet de fusion FCA-Renault pourrait dépendre de la réduction de la participation de Nissan, selon des sources

Fiat Chrysler Automobiles et Renault seraient à la recherche de moyens pour relancer leur plan de fusion effondré. | REUTERS

PARIS – Fiat Chrysler Automobiles NV et Renault SA cherchent des moyens de relancer leur plan de fusion qui s’est effondré et d’obtenir l’approbation du partenaire de l’industrie automobile française, Nissan Motor Co., selon plusieurs sources proches des sociétés.

Nissan est sur le point de demander à Renault de réduire de manière significative sa participation de 43,4% dans la société japonaise en échange de son soutien à tout rapprochement FCA-Renault, ont déclaré deux personnes bien informées sur sa délibération.

Il est encore loin d’être clair si un effort concerté visant à relancer l’accord complexe et politiquement difficile peut réussir.

Le président de FCA, John Elkann, a brusquement retiré son offre de fusion d’un montant de 35 milliards de dollars aux premières heures du 6 juin après que le gouvernement français, principal actionnaire de Renault, ait bloqué le vote de son conseil d’administration et exigé plus de temps pour obtenir le soutien de Nissan. Les représentants de Nissan avaient déclaré qu’ils s’abstiendraient.

L’échec, que FCA et Renault imputent carrément au gouvernement français, a privé les deux entreprises de la possibilité de créer le troisième constructeur automobile mondial avec 5 milliards d’euros (613,6 milliards de yens ; 5,6 milliards de dollars) de synergies annuelles promises.

Il a également mis en lumière les relations de Renault avec Nissan, qui sont passées de vrilles à frénétiques depuis l’arrestation en novembre de l’ancien président de l’alliance, Carlos Ghosn, en attente d’un procès au Japon pour des accusations de mauvaise conduite financière qu’il nie.

La société italo-états-unienne FCA – dont la marque comprend les runabouts Fiat, les SUV Jeep, les camionnettes RAM et les voitures de sport Maserati – a jusqu’ici fait la sourde oreille aux suggestions des responsables français selon lesquelles sa proposition de fusion pourrait être réexaminée.

Mais depuis la rupture, Elkann et son homologue français, Jean-Dominique Senard, ont parlé de relancer le projet qui a laissé le président de Renault et son directeur général, Thierry Bolloré, optimistes quant à cette perspective, ont annoncé trois sources de l’alliance.

Renault et un porte-parole de FCA ont refusé de commenter.

Toby Myerson, l’un des principaux conseillers d’Elkann lors de l’opération de fusion de Renault, était attendu lundi au siège de Nissan à Yokohama pour des entretiens exploratoires avec la direction, ont annoncé deux personnes au courant. Le PDG de Nissan, Hiroto Saikawa, était probablement présent. Myerson n’a pas répondu à un message demandant un commentaire.

La réunion a lieu au milieu de tensions croissantes qui pourraient empêcher tout compromis, après que Senard a averti Saikawa que Renault était prêt à bloquer les réformes clés de la gouvernance de Nissan dans un différend sur les comités du conseil d’administration.

Sinon, l’escalade des tensions et les positions de négociation pourraient céder le pas à une percée, car la logique industrielle et les économies réalisées par FCA-Renault sont difficiles à ignorer.

Saikawa, qui a toujours affirmé que les participations de l’alliance devaient «se rééquilibrer» pour refléter la taille supérieure de Nissan, plaiderait pour une réduction substantielle de la participation de Renault dans le cadre de tout accord, selon les mêmes personnes. La participation de 15% de Nissan dans Renault ne comporte aucun droit de vote.

« Si FCA s’attend à une sorte de négociation, elle doit anticiper cette demande », a déclaré l’un d’eux.

L’accord FCA-Renault qu’Elkann avait signé – du moins pour le moment – aurait permis aux deux sociétés d’être acquises par une société de portefeuille néerlandaise cotée à 50% par les actionnaires actuels de FCA et de Renault, après le versement d’un dividende spécial de 2,5 milliards d’euros à Actionnaires FCA.

Paris avait obtenu des garanties et des conditions d’emploi renforcées, notamment un paiement en espèces aux actionnaires de Renault, à la suite des critiques du public selon lesquelles l’offre était sous-évaluée pour Renault.

Pour Nissan, toutefois, la fusion «échangerait un petit actionnaire de 43% contre un actionnaire plus important de 43% qu’il ne connaît pas», a déclaré une source proche de la pensée de la direction. Nissan ne pourrait soutenir l’accord FCA-Renault qu’avec une « réduction substantielle » de la participation du constructeur automobile français, ont-ils déclaré.

La France ne peut pas automatiquement s’opposer à une réduction de la participation de Nissan si elle assure la place de Renault au sein d’un groupe consolidé. Le gouvernement a également déclaré qu’il pourrait réduire sa participation de 15% dans Renault, dans le même but.

« Toutes les options peuvent être envisagées », a déclaré le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, au journal Le Figaro, après la faillite de la transaction.

Mais un haut responsable du ministère a refusé d’expliquer cette possibilité. «La proposition a disparu», a-t-il déclaré.

FCA peut également être disposée à faire des compromis en vue d’une alliance qui promet de combler les lacunes technologiques menaçant sa capacité à suivre le rythme de l’électrification des véhicules et du respect des normes en matière d’émission.

Il a peu de partenaires potentiels, après que les discussions avec le constructeur Peugeot, PSA, se soient terminées de manière peu concluante plus tôt cette année. Les synergies FCA-PSA estimées étaient plus proches de 3 milliards d’euros, selon une personne informée à ce sujet.

FCA a déjà lancé une option d’achat qui permettra à Nissan d’augmenter sa participation de vote de 7,5% dans le FCA-Renault, a annoncé un autre intervenant.

Néanmoins, rien de plus qu’une réduction symbolique de la participation de Renault dans Nissan aurait probablement bouleversé l’évaluation des transactions et se révéler désagréable pour son futur partenaire de fusion.

« Ce n’est pas quelque chose que FCA voudrait réduire », a déclaré la même personne. « C’est une partie intrinsèque de la valeur de Renault. »

Elkann et Senard avaient prévu d’aller de l’avant avec un accord de fusion et des discussions formelles sur l’abstention de Nissan, persuadés que l’économie de l’accord l’obligerait à suivre et à coopérer, ont indiqué des sources proches du conseil d’administration de Renault.

En bloquant cette stratégie à la onzième heure, l’État français aurait pu offrir à la société japonaise une nouvelle occasion de négocier. Une chose sur laquelle Renault et Nissan peuvent s’entendre est que toute fenêtre pour relancer la fusion risque d’être courte.

« S’il y a un accord, ce sera probablement dans quelques semaines plutôt que dans plusieurs mois », a déclaré un responsable de l’alliance.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : the japan times

Renault va bloquer le remaniement de Nissan

Le constructeur automobile français Renault SA a averti son partenaire d’alliance, Nissan Motor Co, qu’il bloquerait le plan du constructeur japonais visant à remanier sa structure de gouvernance, a confirmé hier Nissan, un geste qualifié de « regrettable ».

La firme japonaise a déclaré dans un communiqué avoir reçu une lettre de Renault « indiquant l’intention de s’abstenir de voter », ce qui signifierait que les changements proposés seraient inférieurs à la majorité des deux tiers requise.

« Nissan trouve extrêmement regrettable la position de Renault sur cette question, car cela va à l’encontre des efforts de la société pour améliorer sa gouvernance d’entreprise », a déclaré le directeur général Hiroto Saikawa dans un communiqué.

La décision de Renault, rapportée pour la première fois par le Financial Times, a été prise sur la crainte que les changements de gouvernance proposés ne réduisent son influence, a indiqué le journal.

Le geste de Renault, principal actionnaire de Nissan, risque de tendre davantage les relations entre les deux sociétés après l’arrestation choc de l’ancien patron Carlos Ghosn.

Un porte-parole de Renault n’a fait aucun commentaire.

Renault fait pression pour une fusion complète entre la paire, mais le plan chez Nissan suscite un profond scepticisme.

Le mois dernier, Fiat Chrysler Automobiles (FCA) NV a sidéré le monde de l’automobile en proposant une fusion avec Renault qui créerait avec les partenaires japonais de Renault, Nissan et Mitsubishi Motors Co, un géant automobile à l’échelle mondiale.

L’accord s’est toutefois effondré jeudi, le constructeur automobile italo-états-unien FCA affirmant que les négociations étaient devenues « déraisonnables » en raison de la résistance politique à Paris.

Les deux entreprises étudient les moyens de relancer leur projet de fusion. Leurs présidents ont discuté de cette possibilité, a rapporté Reuters, citant des personnes non identifiées proches des constructeurs automobiles.

Les deux constructeurs recherchent des solutions pour obtenir l’approbation de Nissan, a ajouté Reuters.

Les relations entre Renault et Nissan ont été mises à l’épreuve depuis l’arrestation en novembre dernier de leur co-patron, Ghosn, qui attend son procès au Japon.

Nissan a déclaré que la faute présumée résultait de défaillances de la gouvernance et que les révisions proposées étaient nécessaires pour éviter les actes répréhensibles.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : TAIPEI TIMES

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :