A la Une

Attaque présumée d’un pétrolier dans le golfe d’Oman: que nous savons jusqu’à présent?

© AP Photo / ISNA

Les tensions au Moyen-Orient reprennent de plus belle après un deuxième incident impliquant des pétroliers le long du plus important point de contrôle pétrolier du monde. Donc, voici un résumé de toutes les nouvelles pertinentes qui ont fait la une de cette journée.

Qu’est-il arrivé?

Deux pétroliers ont été touchés lors d’une attaque apparente dans le détroit d’Hormuz, à environ 70 miles marins du port émirati de Fujairah et à environ 14 miles marins des côtes iraniennes.

L’un des navires était le pétrolier Kokuka Courageous, de la classe Aframax, immatriculé au Panama et exploité par Bernhard Schulte Shipmanagement, de Singapour.

L’autre était le Front Altair, un pétrolier battant pavillon des Îles Marshall appartenant à la compagnie norvégienne Frontline.

Quelle était la gravité des dégâts?

C’est là que certains médias se contredisent.

Bernhard Schulte a déclaré que Kokuka Courageous était «à flot en toute sécurité», mais que la coque de son tribord avait été percée au-dessus de la ligne de flottaison. Ses 21 membres d’équipage avaient abandonné le pétrolier en toute sécurité, un membre d’équipage ayant été légèrement blessé.

La cargaison de méthanol de Kokuka était intacte, selon un porte-parole du responsable du navire.

Dans le même temps, l’iranien IRNA a annoncé que le Front Altair, qui transportait 75 000 tonnes de naphta, avait coulé.

Le directeur général de Frontline, Robert Hvide Macleod, n’a pas tardé à démystifier le rapport. « Je peux confirmer que le navire n’a PAS coulé », a-t-il déclaré à l’AFP, ajoutant que les 23 personnes à bord étaient « en sécurité ».

La société d’information maritime Dryad Global a déclaré que le navire n’avait pas coulé, mais qu’il était «en feu et à la dérive». Des images aériennes de la région semblaient montrer que l’incident avait provoqué un énorme incendie.

Qui a sauvé les marins?

Alors que Frontline et Bernhard Schulte ont tous deux confirmé la sécurité des équipages, la question de savoir qui les a sauvés a suscité la controverse.

L’IRNA a annoncé que des équipes de récusation iraniennes avaient évacué les 44 marins des deux navires et les avaient conduits au port iranien de Jask. Selon CBS, des responsables états-uniens ont qualifié ces affirmations de « manifestement fausses ».

Le journal maritime TradeWinds a rapporté, citant des sources proches du site, que l’équipage de Frontline avait été embarqué par le cargo sud-coréen Hyundai Dubai.

La Cinquième flotte basée à Bahreïn de la Marine des Etats-Unis d’Amérique a également annoncé plus tôt dans la journée qu’elle assistait les navires après leur envoi de signaux de détresse aux ports situés à proximité.

Était-ce une attaque?

Il n’y a pas eu de confirmation immédiate, mais plusieurs sources suggèrent que les navires ont probablement été touchés par des torpilles. Les autorités maritimes norvégiennes ont déclaré que le Front Altair avait été « attaqué » et trois explosions ont été rapportées.

Tradewinds a indiqué, citant des sources de l’industrie, que les deux pétroliers avaient été torpillés.

Les médias iraniens, qui ont été parmi les premiers à annoncer la nouvelle de cet incident, ont déclaré que deux explosions consécutives avaient été entendues dans la région.

Quelle a été la réaction?

Des responsables de la défense des Etats-Unis d’Amérique sans nom ont rapidement accusé Téhéran, affirmant à CBS que c’était «très probablement l’Iran à l’origine de ces attaques».

Selon l’attachée de presse de la Maison Blanche, Sarah Sanders, Donald Trump a été informé de l’incident alors que le gouvernement « fournit une assistance et continuera d’évaluer la situation ».

La Russie a mis en garde contre les « conclusions hâtives » et « toute tentative de rejeter le blâme sur ceux qui ne sont pas désirés par un certain nombre d’Etats bien connus ».

Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que le moment des attaques présumées est « suspect », car elles coïncidaient avec la visite du Premier ministre japonais Shinzo Abe en Iran pour calmer les tensions grandissantes avec les Etats-Unis d’Amérique.

Ses commentaires sont intervenus peu après que le ministère japonais du Commerce ait déclaré que les deux navires transportaient des « cargaisons liées au Japon ».

Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne, a appelé à «une retenue maximale et à éviter toute escalade du côté militaire».

Le Royaume-Uni a fait part de ses préoccupations concernant cet incident et est désormais « en contact avec les autorités locales et les partenaires de la région », a déclaré un porte-parole du gouvernement.

Dans le même temps, l’Autorité maritime norvégienne a demandé à ses navires de maintenir une distance de sécurité par rapport aux eaux iraniennes, tandis que le ministère des Affaires étrangères du pays a déclaré que de tels incidents « contribuaient à une nouvelle escalade des tensions dans la région ».

Les investisseurs sont parmi les observateurs les plus sensibles, comme d’habitude; Les prix du pétrole ont bondi de 4% aux nouvelles.

Une tendance inquiétante

Cela survient juste un mois après un autre mystérieux incident dans le golfe d’Oman, dans lequel quatre navires de commerce amarrés au large des côtes des EAU ont été pris pour cibles par des mines à crépines placées par des plongeurs qualifiés, selon les enquêteurs émiratis.

Les EAU ont conclu que c’était probablement le travail d’un «acteur étatique» [pourrait-ce être par exemple Israël ?MIRASTNEWS] mais n’ont pas donné le nom de Téhéran. Les États-Unis d’Amérique, quant à eux, ont rapidement accusé l’Iran. La raison, ont déclaré de hauts responsables états-uniens, était d’augmenter les prix mondiaux du pétrole [suggestion improbable à cause de la présence du premier ministre japonais en Iran ; l’Iran ne se tirerait pas des balles dans les pieds, quels sont ceux qui ont toujours profité de ces genres de crimes ?MIRASTNEWS] une accusation démentie par Téhéran.

Les Etats-Unis d’Amérique et l’Iran sont aux prises avec une escalade de la guerre des mots, voire de l’escalade militaire, à la suite du retrait de Donald Trump de l’accord sur le nucléaire de 2015 et de l’instauration de sanctions économiques paralysantes. Washington poursuit une politique de «pression maximale», censée contraindre l’Iran à négocier un nouvel accord nucléaire, puisque Donald Trump estime que le précédent n’a pas empêché la République islamique de poursuivre le développement de ses armes nucléaires.

Ouvrage étroitement lié :

GÉOÉCONOMIE ET GÉOSTRATÉGIE DE L’ÉNERGIE: CHAOS ET ENJEUX RÉELS

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Abe demande instamment à Rouhani d’éviter l’escalade des tensions entre l’Iran et les États-Unis d’Amérique

Que demande-t-il aux Etats-Unis d’Amérique qui ont déchiré l’accord nucléaire et instauré des sanctions ?

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a appelé mercredi le Président iranien Hassan Rouhani à éviter une nouvelle escalade de tensions et un conflit militaire imprévu au Moyen-Orient, alors qu’il cherchait à encourager Téhéran à dialoguer en tant que médiateur avec les États-Unis d’Amérique.

S’exprimant après des entretiens avec Rouhani au palais de Saadabad à Téhéran, Abe a proposé de faire tout ce que le Japon pouvait pour réduire les frictions entre l’Iran et les États-Unis d’Amérique. Mais il a ajouté que l’Iran devait également jouer un « rôle constructif » en apportant la paix et la stabilité dans la région.

« Nous devons éviter à tout prix un affrontement armé. La paix et la stabilité au Moyen-Orient sont essentielles à la prospérité de la région et du monde », a déclaré Abe aux côtés de Rouhani.

Abe a fait ces commentaires après être devenu le premier Premier ministre japonais en visite en Iran depuis Takeo Fukuda en 1978. Les tensions ont éclaté ces dernières semaines au sujet du programme nucléaire de l’Iran et de la tentative de Washington de renforcer sa présence militaire.

« Nous ne poursuivrons pas la guerre avec les Etats-Unis d’Amérique », a déclaré Rouhani, tout en ajoutant que l’Iran agirait résolument si la situation devenait une guerre.

« Nous avons assisté à une montée des tensions dans cette région et la guerre économique des Etats-Unis d’Amérique est à blâmer. Donc, si la guerre économique prend fin, nous pensons que la stabilité peut être assurée », a déclaré Rouhani.

Rouhani s’est félicité de la visite d’Abe pour apaiser les tensions et a exprimé sa satisfaction et son espoir que le Japon continue de soutenir un accord nucléaire international auquel les États-Unis d’Amérique se sont déjà retirés.

News source: Kyodo

Traduction: MIRASTNEWS

Source: News On Japan

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Attaque présumée d’un pétrolier dans le golfe d’Oman: que nous savons jusqu’à présent? – MIRASTNEWS – Histoire militaire du Moyen-Orient
  2. L’Iran rejette les accusations des Etats-Unis d’Amérique dans le cadre de la « diplomatie de sabotage », réaffirme la responsabilité de la sécurité dans le détroit d’Hormuz – MIRASTNEWS

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :