A la Une

Facebook lance une application qui paie les utilisateurs pour les données sur l’utilisation de l’application

Facebook a lancé mardi une application qui permettra aux utilisateurs de partager des informations avec le géant des médias sociaux sur les applications qu’ils utilisent.

La société avait précédemment déployé deux applications similaires permettant de suivre les activités des utilisateurs sur leurs téléphones. Mais tous deux ont été fermés après avoir été critiqués pour avoir porté atteinte à la vie privée et aux directives de l’App Store d’Apple.

Facebook a déclaré que la nouvelle application, appelée Study, est différente des deux précédentes et a été construite à partir de zéro. Et il n’est disponible que sur le Google Play Store, bien que Facebook ait déclaré que cela pourrait fonctionner pour l’étendre à iOS ultérieurement.

La nouvelle application collectera des informations sur les applications utilisées par les utilisateurs et sur leur durée, y compris les fonctionnalités utilisées. Cela pourrait donner à Facebook une idée précieuse de la manière dont les gens utilisent les services de ses concurrents.

Facebook a déclaré qu’il ne suivrait pas les mots de passe ou les identifiants de compte et rappellerait périodiquement aux personnes que l’application collectait leurs données.

Une application de recherche sur le marché de la société, appelée Research, a été mise dans l’eau plus tôt cette année quand un rapport a révélé que les adolescents l’utilisaient et qu’elle contournait les directives d’Apple. Apple l’a démarré depuis son app store et Facebook l’a finalement complètement fermé.

L’autre application, appelée Onavo Protect, était un service de réseau privé virtuel utilisé pour préserver la confidentialité des informations dans des lieux publics. Elle collectait également des informations sur l’utilisation des applications et les transmettait à Facebook. Cette application a également été fermée.

Les Facebook semblent agir de manière plus franche cette fois, a déclaré Lance Cottrell, responsable scientifique de la société de cybersécurité Ntrepid.

« Ils sont un peu moins intrusifs avec celui-ci », a-t-il déclaré, notant que Facebook déclarait ne pas collecter certaines des informations les plus sensibles des téléphones des utilisateurs, telles que des photos et des recherches sur le Web.

Cottrell soupçonne qu’il va donner à Facebook un avantage supplémentaire sur ses concurrents, car il sera en mesure de déterminer la durée d’utilisation des applications et même les fonctionnalités les plus populaires. Cottrell a déjà déclaré que Facebook avait déjà franchi une étape supplémentaire dans la mise en place de telles études de marché. Peu d’autres entreprises pourraient mettre en place un service similaire et attirer autant de participants que Facebook.

« C’est beaucoup d’intelligence concurrentielle, mais un peu moins d’espionnage des utilisateurs », a-t-il déclaré.

Cependant, certains experts en protection de la vie privée craignent que les utilisateurs ne sachent toujours pas exactement quelles informations ils envoient.

Will Strafach, chercheur en sécurité des applications mobiles, a étudié le code sous-jacent de l’application Recherche de Facebook plus tôt cette année.

Et si Facebook met à jour les règles de confidentialité, il n’y a aucune garantie qu’ils en soient directement conscients, a-t-il déclaré.

« Je pense que c’est le travail de Facebook de rendre les choses extrêmement claires (comment ça marche) », a-t-il déclaré. « Ils ne l’ont pas fait par le passé. » Dans tous les cas, l’application ne manquera pas de donner à Facebook un meilleur aperçu des données personnelles et de l’utilisation, non seulement de ses propres services, mais également de ses autres services.

Facebook a déclaré que l’application ne serait pas utilisée pour la diffusion d’annonces de personnes et que les informations ne seraient pas partagées avec des sociétés tierces – une ligne que la société suit avec attention depuis le scandale Cambridge Analytica de l’année dernière, qui a exposé les données de millions d’utilisateurs de Facebook à une firme de recherche politique externe.

L’application Study est maintenant disponible aux États-Unis d’Amérique et en Inde. Facebook ne dit pas combien il va payer les participants pour partager leurs informations.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : the pioneer

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :