A la Une

«Depuis Osaka, la Chine, la Russie et l’Inde pourraient envoyer un signal fort à l’Occident»

© Sputnik . Mikhaïl Klimentiev

Lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine à Bichkek, au sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), le Premier ministre indien Narendra Modi a proposé de tenir une rencontre tripartite Russie-Inde-Chine en marge du G20 à Osaka. Deux politologues, un Russe et un Chinois, ont parlé à Sputnik de l’importance d’un tel événement.

Un nouveau sommet Russie-Inde-Chine pourrait bien se tenir en marge du G20 à Osaka. Il importe par ailleurs qu’une telle «rencontre se déroule sous les yeux du Président états-unien Donald Trump», a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Igor Chatrov, directeur adjoint de l’Institut national russe du développement de l’idéologie contemporaine.

«Un tel événement manifesterait la proximité des positions de ces trois grandes puissances que sont la Russie, la Chine et l’Inde sur fond d’effondrement pratique du système de coopération internationale non seulement sur le plan politique, mais aussi économique», a indiqué l’expert.

Et d’expliquer que les guerres commerciales déclenchées par les États-Unis avaient sérieusement compromis le système des rapports économiques internationaux.

«Depuis Osaka, la Chine, la Russie et l’Inde pourraient envoyer un signal fort à l’Occident. Quoi qu’il en soit, si une telle rencontre se tient, elle sera un important événement politique. […] Il n’est pas non plus à exclure que les parties élaborent une réaction conjointe aux démarches des États-Unis […] et discutent d’une éventuelle réorientation de flots commerciaux afin de résorber les problèmes créés par le protectionnisme américain», a supposé M.Chatrov.

Un autre interlocuteur de Sputnik, Wu Enyuan, du Centre d’étude de la Russie, de l’Europe orientale et de l’Asie centrale à l’Académie des sciences sociales de Chine, a insisté tout particulièrement sur l’actualité d’un tel sommet tripartite.

«On ne peut que saluer la tenue d’un sommet Chine-Russie-Inde qui serait un grand événement mondial. De telles rencontres entre les dirigeants chinois, indien et russe attirent invariablement l’attention du monde entier, car il s’agit là non seulement des problèmes de l’Asie du Sud, non uniquement de la situation en Asie, mais aussi des affaires dans le monde en général», a expliqué le spécialiste.

Les membres du G20 se réuniront à Osaka les 28 et 29 juin, le Japon exerçant pour la première fois la présidence de ce groupe.

Source: Sputnik News – France

Vidéo: Press TV

1. La Chine, la Russie et l’Inde envoient un signal fort à l’Occident

Lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine à Bichkek, au sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), le Premier ministre indien Narendra Modi a proposé de tenir une rencontre tripartite Russie-Inde-Chine en marge du G20 à Osaka.

Un nouveau sommet Russie-Inde-Chine pourrait bien se tenir en marge du G20 à Osaka. Il importe par ailleurs qu’une telle « rencontre se déroule sous les yeux du président états-unien Donald Trump », a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Igor Chatrov, directeur adjoint de l’Institut national russe du développement de l’idéologie contemporaine.

« On ne peut que saluer la tenue d’un sommet Chine-Russie-Inde qui serait un grand événement mondial. De telles rencontres entre les dirigeants chinois, indien et russe attirent invariablement l’attention du monde entier, car il s’agit là non seulement des problèmes de l’Asie du Sud et de la situation en Asie, mais aussi des affaires dans le monde en général », a expliqué le spécialiste.

Source : Sputnik

2. Armuriers russo-américains : le cheval de Troie chinois ?

Tous les composants électroniques des systèmes d’armes occidentaux et russes sont fabriqués en Chine !

Les avioniques des avions de combat Eurofighter Typhoon, Dassault Rafale, Lookheed Martin F-35 Lightning II et le Soukhoï Su-57 comportent des composants électroniques fabriqués en République de Chine populaire.

Idem pour les avioniques des hélicoptères de combat Apache (US), Eurocopter Tigre (France/Allemagne/Espagne), Kamov Ka-52 Alligator (Russie).

Des centaines de systèmes d’armements occidentaux ou russes utilisent de manière intensive des circuits intégrés et des composants électroniques made in China.

Source : Strategika 51

3. Invasion israélienne en Patagonie

Les Argentins comme les Chiliens sont alarmés : ils estiment à 8 000 ou 10 000 par an les militaires israéliens qui viennent « faire du tourisme » en Patagonie, et ce depuis 40 ans, à 10 000 km du Moyen-Orient.

Les implantations israéliennes se trouvent dans les provinces de Chubut, Río Negro, Neuquén et Santa Cruz.

Sur ces immenses étendues, il est difficile d’approcher les propriétés terriennes israéliennes, reconnaissables en ce qu’elles sont fortifiées avec des barbelés, et que l’entrée y est impossible pour le commun des mortels : les chemins d’accès sont bloqués, les voies d’eau également. Une nouvelle Palestine occupée est-elle sur le point de voir le jour ?

Source : Axe de la Résistance; Press TV

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :